Histoire de l\'aviation

Charles Weymann, un pionnier de l\'aviation, le premier aviateur haïtien

Publié le 2009-09-15 | Le Nouvelliste

La tradition veut que le premier aviateur haïtien soit Léon Désiré Paris qui atterrit au Bowen Field le 26 Avril 1926 à bord de son avion le « Toussaint-Louverture ». Cette affirmation, qui est de celles qui ont la vie dure, est malheureusement inexacte. Au cours de nos recherches, nous avons pu découvrir au moins deux autres aviateurs avant lui dans les premières années du XXe siècle. Le premier est sans conteste Charles Weymann de Port-au-Prince, qui fut aussi un pionnier de l\'aviation. L\'autre est Edouard Martin du Cap-Haitien. Puisqu\'on parle beaucoup d\'aviation ces jours-ci avec le retour de la Delta Airlines dans notre ciel, c\'est l\'occasion pour nous de parler de Charles Terres Weymann. Le Nouvelliste du 9 Novembre 1910 lui consacre toute sa première page. Sur cette première page, nous trouvons en effet un récit tiré d\'une publication étrangère sur Weymann accomplissant le raid aérien Paris-Clermont-Ferrand avec la légende « un héros de l\'aviation d\'origine haïtienne Charles Weymann accomplissant le fameux raid Paris- Clermont-Ferrand ». On trouve également sur cette première page une photo de l\'avion de Weymann survolant un champ à très basse altitude, barrant toute la page, et en bas de page un petit texte écrit par la rédaction du Nouvelliste que nous allons reproduire ici : Le Nouvelliste écrit en effet en bas de page sous la photo : « Le nom de Charles Weymann a souvent figuré dans nos télégrammes parmi les plus brillants pionniers de l\'aviation dont les progrès merveilleux contribueront pour beaucoup à la gloire de ce siècle. On sait qu\'il tenta comme l\'infortuné Geo. Chavez (NDLR. Georges Chávez ou Jorge Chávez, Péruvien vivant en France, mort en essayant de traverser les Alpes, l\'aéroport de Lima porte son nom) la traversée des Alpes, et qu\'il ne réussit pas dans son aventureux dessein, malgré deux vols magnifiques, parce que son appareil n\'était pas suffisamment réglé. Il est bon de souligner que ce jeune conquérant est notre jeune congénère, né en effet à Port-au-Prince, le 2 août 1889. Il y est resté jusqu\'à son adolescence, et beaucoup de nos jeunes hommes de vingt ans, qui furent à l\'école ses condisciples, doivent bien se le rappeler.- Notre héros est le fils de M. Charles Weymann, commerçant américain bien connu de notre place et de Mlle Miot, d\'origine haïtienne ; il est le neveu de M. Edmond Miot qui vit toujours au milieu de nous. Dans une certaine mesure, nous pouvons être fiers du succès du jeune Charles Weymann à qui la « Vie au Grand Air », la grande revue sportive de Paris, a consacré dans son numéro de septembre (1910) plusieurs pages et de nombreuses illustrations, en l\'honorant du titre de « Héros de Paris-Clermont- Ferrand ». Concourant pour le prix Michelin (100 000 francs), le jeune et courageux aviateur a convert brillamment, en sept heures, la distance de 480 kilomètres, avec un passager- « C\'est la plus belle performance qui ait été accomplie en aéroplane », dit la grande revue sportive. Nous enregistrons ce fait, très flatteur pour le héros, avec d\'autant plus de plaisir qu\'il n\'a pas encore 21 ans révolus : le plus bel avenir s\'ouvre donc en sa faveur pour la conquête de l\'air. Nous souhaitons les plus grand succès à notre jeune et vaillant congénère qui est déjà classé parmi les 5 plus hardis hommes-oiseaux. » (Le Nouvelliste, mercredi 9 novembre 1910) Il semble que Charles T. Weymann ait fréquenté le Petit-Séminaire Collège Saint-Martial. Il semble aussi que le consul américain à Port-au-Prince, John Terres, ait été son parrain, et que c\'est à son parrain qu\'il doit son second prénom de Terres. Sa mère était Cornélie Miot, soeur de Vérus Miot, qui est le père du Dr Anténor Miot, notre ancien professeur. Sa grand-mère maternelle était une demoiselle Rivière et son arrière-grand-mère une demoiselle Laferrière. Charles Weymann parlait couramment le français, l\'anglais et le créole. On l\'appelait parfois Ti-Charles Weymann, parce qu\'il portait le même nom que son père et peut-être aussi parce qu\'il était de petite corpulence. Quelle fut la nationalité de Charles Terres Weymann ? Nos recherches ont établi qu\'il était effectivement de nationalité haïtienne, parce qu\'il est né le 2 août 1889 à Port-au-Prince sous la présidence du général François Denys Légitime et sous l\'empire de la Constitution de 1888 qui disposait en son article 7 : «Article 7. Sont Haïtiens : 1) Tous individus qui, jusqu\'à ce jour, ont été reconnus en cette qualité ; 2) L\'enfant légitime ou naturel né en Haïti ou en pays étranger d\'un père haïtien ; 3) L\'enfant né par mariage, même à l\'étranger, reconnu seulement par sa mère haïtienne.» De plus, en ce temps-là, la nationalité américaine du parent américain ne pouvait pas se transmettre à un enfant né à l\'étranger d\'un auteur américain. Ceci ne deviendra possible qu\'à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Jusqu\'à présent, le droit américain regarde ces enfants nés à l\'étranger avec suspicion. Certains juristes américains vont jusqu\'à prétendre qu\'ils ne sont pas des « Natural Born Citizens », selon la vision de la Constitution américaine, et qu\'ils ne peuvent donc devenir ni présidents ni vice-présidents des Etats-Unis conformément aux exigences faites par la Constitution de 1787. D\'autres juristes américains au contraire soutiennent que ces enfants sont saisis de la nationalité américaine à la naissance, qu\'ils sont des « Citizens at Birth », donc qu\'ils sont tout à fait des « Natural Born Citizens », et qu\'à ce titre ils peuvent être présidents ou vice-présidents. Cette controverse n\'est pas encore tranchée dans le droit américain actuel parce que le cas d\'un Américain né à l\'étranger qui serait candidat à la présidence ou à la vice-présidence des Etats Unis ne s\'est pas encore présenté. La Cour suprême des Etats-Unis aura très certainement à trancher un jour cette question. Nous pensons de notre côté que la seconde thèse est plus logique que la première et que ces jeunes Américains nés à l\'étranger sont bien des « Natural Born Citizens » ; dès lors qu\'on invoque le droit du sang, le lieu de naissance est sans importance. Toujours est-il qu\'en 1889, Mr Charles Weymann père ne pouvait transmettre sa nationalité américaine à son fils Ti-Charles né en Haïti d\'une mère haïtienne. Mme Weymann, en femme avisée, a certainement dû déclarer la naissance de son fils légitime à un officier d\'état civil haïtien. Avec un peu de chance et beaucoup de patience, on peut retrouver cet acte. On peut aussi retrouver l\'acte de baptême du jeune Charles, car les archives de l\'Église catholique sont très bien tenues. Les parents de Charles Weymann étaient catholiques. Les Miot sont catholiques. La famille Weymann est originaire de Thann en Alsace, selon un petit-cousin de Charles, Ray Weymann, qui vit aux Etats-Unis et qui est le petit-fils d\'Auguste Weymann, frère de Charles Weymann père. Charles Terres Weymann était une sorte de Barack Hussein Obama à l\'envers. Nous sommes certain que le président Obama prendrait plaisir à lire cet article. Il semble que Charles Weymann soit resté Haïtien pendant toute sa vie et qu\'il ait été fier d\'être Haïtien. Nous n\'avons pu savoir s\'il avait acquis une autre nationalité, américaine ou autre, pendant sa vie. La page anglaise du site www.wikipedia.org écrit à propos de Charles Weymann : « Charles Terres Weymann était un pilote pionnier de l\'aviation et un homme d\'affaires. Il était né à Port-au-Prince le 2 août 1889 d\'un père américain d\'une mère haïtienne. Il parlait couramment l\'anglais et le français et semble avoir eu la double nationalité. Il est mort en France en 1976. Pendant la Première Guerre mondiale, il a volé pour l\'avionneur Nieuport comme pilote d\'essai et il reçut le grade de chevalier de la Légion d\'Honneur. Après la guerre, il a utilisé ses connaissances en fabrication de fuselages d\'avion pour développer un système de fabrication de carrosseries en tissu pour automobiles. Il ouvrit des usines à Paris en 1921, à Londres en 1923 et à Indianapolis en 1928. Le marché pour ses carrosseries augmenta énormément et Weymann breveta son système auprès des marques les plus prestigieuses de l\'Europe. Un changement de mode à la fin des années vingt amena une demande de carrosseries peintes en métal, et le marché pour les voitures en toile disparut. L\'usine française de Weymann disparut en 1930, suivie par celle d\'Indianapolis en 1931. L\'usine anglaise se tourna vers la fabrication de carrosseries d\'autobus et survécut. Mais Weymann se retira de la compagnie en 1932. Weymann revint à l\'aviation et continua à concevoir des aéronefs et des autogires. Faits Marquants Parmi ses exploits comme pionnier de l\'aviation, il y a les faits suivants : • il détient la licence de l\'Aéroclub Américain numéro 24, délivrée en 1909; • En août 1910, il a participé à la compétition aérienne française « Circuit de l\'Est ». • En septembre 1910, il a tenté de gagner le prix Michelin en volant de Paris au Puy-de-Dôme avec un passager. Le voyage dura sept heures, mais il lui manqua 10 Kilomètres pour arriver à destination à cause du mauvais temps. (NDLR... C\'est ce voyage même qui fait l\'objet du récit du Nouvelliste publié le 9 novembre 1910 en 1re page sur Weymann et son passager). • En mai 1911, pilotant un avion Nieuport, il participa au vol Paris-Madrid. • En juin 1911, il participa au vol Paris- Rome. • En juillet 1911, il prit part au Circuit Européen. • En Novembre 1911, il fut le gagnant des essais du Concours Militaire tenu à Reims. • En 1911, Il représenta Gordon Bennett à East Church en Angleterre. Il a été un gagnant pilotant un avion Nieuport de 100 chevaux sur les 25 allers retours de 6 kilomètres chacun à une vitesse moyenne de 78,1 mph (125,663 kph) En 1912, il gagna la première course internationale aérienne entre Jersey et Saint-Malo à une vitesse moyenne de 60 mph. • Il participa en 1912 au concours d\'hydravions de Monaco à Saint-Malo (les deux en France) et aux concours d\'hydravions de Temse de 1912 en Belgique. • En 1913, il a concouru pour la France à la course du Trophée Schneider à Monaco, mais fut obligé d\'abandonner à cause d\'une défaillance de son moteur alors qu\'il était en tête ». (Traduction de l\'auteur). L\'article de la version française de Wikipedia est plus laconique. Il se lit comme suit : « Charles Terres Weymann Né le 2 août 1889 à Port-au-Prince, en Haïti, Charles Terres Weymann était un pionnier de l\'aviation reconverti après la Première Guerre mondiale dans la carrosserie pour automobiles. Il mit notamment au point un système d\'assemblage « souple » des chassis qui connut un grand succès dans les années 1920 et s\'exporta dans le monde entier. Il mourut à Paris en 1976 ». Charles Weymann reçut également la Croix de Guerre 1914-1918. En 1975, l\'année précédant sa mort, il fut fêté dans un banquet à Paris par les « Vieilles Tiges », une association de pionniers de l\'aviation. Il est mort à l\'âge de 87 ans durant l\'été de 1976. Nous parlerons dans notre prochain article de l\'aviateur Edouard Martin.
Georges Michel Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".