La Gonâve/Développement

Des entrepreneurs impatients face à l\'inaction du gouvernement

Publié le 2009-06-29 | Le Nouvelliste

La Gonâve Economic Development Group ( réunissant des entrepreneurs haïtiens) et le Global Renewable Energy Group basé aux Etats-Unis ont fait part de leur impatience, vendredi, face à la lenteur du gouvernement haïtien à donner le feu vert au démarrage d\'un ambitieux projet de développement visant particulièrement l\'île de La Gonâve. Devant un parterre de journalistes, à l\'hôtel Montana, les initiateurs et promoteurs de « La Gonâve pour une nouvelle Haïti » ont présenté ce projet qui vise à faire de La Gonâve le plus grand port touristique de la Caraïbe. L\'un des membres du partenariat public/privé connu sous le label La Gonâve Development Authority (LGDA), en l\'occurrence le pasteur Chavannes Jeune, a parlé de méga-projet en référence à cette initiative qui va s\'étendre sur une période de 20 ans et dont le coût est estimé à 48 milliards de dollars américains. Les différentes activités de dévelopment incluses dans ce mega projet cible des domaines aussi variés que la construction, l\'énergie, le tourisme, l\'agriculture. Selon les plans présentés par les promoteurs du projet, LGDA projette de construire à La Gonâve un port touristique international capable d\'accueillir six bateaux de croisière par semaine avec une capacité de cinq mille touristes par bateau, soit trente mille touristes par semaine. Les promoteurs envisagent également la construction préalable d\'un petit aéroport exécutif qui va permettre aux techniciens de se rendre plus facilement sur l\'le et ainsi accélérer le projet. « Après, on aura un grand aéroport international ». Pour nourrir ces trente mille touristes, les initiateurs de « Mouvement La Gonâve pour une nouvelle Haïti » misent sur la production locale et l\'élevage qu\'ils comptent améliorer en mettant en valeur deux cent cinquante mille (250 000) hectares de terre. En somme, les activités de développement comprises dans ce projet visent tout le pays et permettront de créer environ deux cent quatorze mille (214 000) emplois à La Gonâve et un million cinq cent mille emplois à travers Haïti, informe Chavannes Jeune. Des investisseurs étrangers appuient fortement ce projet pour lequel des millions de dollars sont déjà investis depuis trois ans. Cependant, face au mutisme affiché par les autorités haïtiennes, la plupart de ces investisseurs commencent à désespérer et expriment leur volonté de laisser tomber si d\'ici le 30 juin aucune décision ne vient du gouvernement haïtien donnant le signal de démarrage du projet. Selon les promoteurs, les Gonâviens ont déjà donné leur adhésion à ce projet qui leur promet un avenir lumineux. Pour montrer leur engagement au projet, quarante mille habitants de l\'île ont signé une pétition pour demander aux autorités haïtiennes d\'approuver le projet par la signature d\'un contrat avec les initiateurs. Nous attendons ce projet depuis treize ans, c\'est le moment opportun pour le gouvernement de donner son mot. Dans le cas contraire, c\'est nous qui viendrons vers lui à Port-au-Prince. Le président de La Gonâve Development Group (AGEDG), Johnny Armand, explique que l\'organisation qu\'il dirige est créée depuis 1999. Elle a également une représentation à Miami et à Chicago. La situation économique catastrophique d\'Haïti est l\'une des raisons de sa présence dans le pays. Il a beaucoup voyagé à travers le monde et c\'est avec la rage au coeur qu\'il constate l\'effacement d\'Haïti de la liste des destinations touristiques de la Caraïbe. Alors, pour remédier à cet état de chose, il a réuni quelques investisseurs et ensemble ils ont entrepris de changer la donne à travers un processus visant à redonner à Haïti son ancienne appellation : \'\'La Perle des Antilles\'\', explique le responsable. « Un financement de 1,7 milliard de dollars est présentement disponible pour supporter les constructions simultanées de ces infrastructures », déclare Alain Placide, vice-président de l\'AGEDG, ajoutant qu\'ils ont déjà remis aux autorités tous les documents exigés. Fort de cela, ils attendent de ces dernières qu\'elles prennent la décision finale. Tout ce qu\'ils réclament, c\'est un partenariat avec l\'Etat haïtien et le secteur privé. Aucune contribution financière n\'est réclamée au gouvernement, selon le vice-président qui affirme avoir rencontré toutes les instances publiques concernées par un tel projet. La Gonâve attire toujours les gros investisseurs D\'aucuns se disent : voilà un sujet qui vient relancer le débat dans un pays où moins d\'un demi million de personnes travaillent sur un total de plus de 9 millions d\'habitants et où les controverses sur le montant du salaire minimum font couler beaucoup de salive. Cependant, pour certains observateurs, autant la position du gouvernement haïtien sur une question aussi importante laisse à désirer compte tenu de la situation précaire d\'Haïti en termes de possibilité de création d\'emplois, autant le projet de l\'AGEDG, par son envergure, est surprenant dans un pays étiqueté \'\' à risque\'\' par la communauté internationale dans ce contexte de crise économique aiguë. Interrogé sur sa position par rapport a l\'étiquette de pays à risque accolée à Haïti, Fred Rice a déclaré que La Gonâve est un espace vierge qui ne demande qu\'à être exploité. A cela, il a ajouté la qualité de la baie dont la profondeur en fait l\'un des meilleurs endroits de la Caraïbe et même de l\'Amérique pour ériger un port dans lequel les gros pétroliers en provenance du Moyen Orient peuvent facilement accoster. Dotée de toutes les infrastructures de base et gérée efficacement, La Gonâve peut susciter l\'envie de nombreux investisseurs étrangers et, ainsi, constituer un pôle d\'investissement attractif où les grandes compagnies d\'assurances pourront offrir leurs services, explique le P.D.G. de Global Renewable Energy. Le père Magloire, qui dirigeait à un certain moment la paroisse de La Gonâve, a apporté son soutien au projet. Il y a beaucoup de choses à faire à La Gonâve, dit-il, en mettant l\'accent sur les potentialités naturelles de cette île qui constitue l\'un des derniers repères des flamants roses, une espèce menacée de disparition en Haïti si rien n\'est fait. « Supportez ce projet et nous vous apportons une nouvelle Haïti », scande Amy Mc Gee, responsable de marketing de Global Renewable Energy. Le projet doit démarrer officiellement en août si tout se passe comme prévu. C\'est un projet gagnant-gagnant qui est appelé à changer la vie de tout un chacun, a-t-elle fait remarquer. Avec le ton qu\'on pourrait prêter à un politicien en campagne, le P.D.G. de Global Renewable Energy, Fred E. Rice, a analysé la situation du pays et montré l\'intérêt des Haïtiens à supporter le projet. Il y a plus de 20 ans de cela, Haïti a voté une Constitution pour lui garantir une meilleure gouvernance et une meilleure vie pour la population. 20 ans après, le pays n\'a pas encore bénéficié des droits fondamentaux prescrits dans la charte fondamentale », estime l\'homme d\'affaires américain. «Beaucoup de gens croient qu\'Haïti ne changera jamais et que le projet de l\'AGEDG ne se réalisera pas. Nous, nous vous garantissons du contraire, car les investisseurs disposent d\'un montant de 1,7 milliard de dollars comme fonds de démarrage», dit-il. James Débrosse, avocat américain d\'origine haïtienne très connu à New-York, s\'étonne de la motivation qui anime les hommes d\'affaires américains à vouloir investir en Haïti, alors que d\'un autre côté, il avoue ne pas comprendre l\'entêtement des dirigeants haïtiens à refuser cette main tendue. « C\'est une chance qui est offerte à Haïti avec ce projet. Si on la laisse passer, on risque de ne jamais la retrouver », estime M. Débrosse. A rappeler que l\'île de la Gonâve demeure, jusqu\'ici, le site d\'investissement le plus convoité par les investisseurs étrangers. Pas moins de quinze demandes ont été adressées aux différents gouvernements haïtiens par de grands investisseurs étrangers pour de grands projets de développement, rapporte-t-on. Les autorités haïtiennes finissent toujours par avoir le dernier mot en usant de la patience des investisseurs qui finissent par se décourager. Entre-temps, La Gonâve, en dépit de tous ses atouts, demeure l\'une des communes les plus démunies en matière d\'infrastructures de base et d\'emplois. A noter qu\'aucun représentant du gouvernement ni du secteur privé n\'était pas remarqué dans la salle de présentation de ce grand projet.
Cyprien L. Gary Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".