Décès

Roland Dorfeuille (Pyram) est parti

Publié le 2008-10-10 | Le Nouvelliste

L\'artiste très connu Roland Dorfeuille, allias Pyram, qui jouait le drame de la vie sur les planches avec une voix haut perchée, est mort des suites d\'une longue maladie. Il avait perdu la vue et avait connu une situation de privation. Pyram, dans les derniers moments, vivait en reclus. Sa modeste résidence était à Carrefour, à la rue Canne à Sucre. Il est mort dans l\'après-midi du jeudi 9 octobre 2008. Pyram était très apprécié du public pour avoir joué le rôle du personnage portant le même nom de la traduction créole de « Les Emigrés » du dramaturge polonais Slamovir Mrozek (Pèlen Tèt) traduit par Frankétienne. Il jouait le rôle du prolétaire à côté de l\'intellectuel interprété par François Latour ( Polidò). La pièce a eu un succès inédit durant la période de la « libéralisation » de Jean Claude Duvalier. A cause de cette pièce théâtrale, le gouvernement d\'alors sortit un communiqué instituant la censure sur les arts du théâtre en Haïti. Plus de 150 intellectuels protestèrent contre « la loi de la censure ». On répète encore dans la presse les réparties célèbres de pyram : « Epi ? Epi anyen ! » ou encore « M anvi wè mouch ! » A la fin des années 80, il était le protagoniste d\'une série policière, « Monsieur Pyram », un feuilleton signé Bob V. Lemoine diffusé chaque semaine sur la Télévision nationale, (Chaîne 8). Pyram a eu le temps de transmettre sa passion de l\'art à son fils, Heandel Dorfeuille, qui fait de la comédie. Il s\'est révélé aux côtés de Fabienne Colas dans le film Barikad. Pyram a fait aussi de la publicité. La dernière connue est celle concernant les mesures de sécurité à l\'Aéroport de Port-au-Prince. Il a été honoré avec d\'autres artistes quelques années avant sa mort. Son décès laisse un grand vide dans l\'histoire du théâtre militant haïtien. Le Nouvelliste s\'incline devant la dépouille mortelle de Roland Dorfeuille et prie sa famille et ses amis d\'accepter l\'expression des ses condoléances les plus émues.
Auteur

Réagir à cet article