NOUVEL ESSAI

Lire André Vilaire Chéry

Correcteur principal aux Editions Deschamps, André Vilaire Chéry vient de publier «Haïti Thomas » ou l\'autre face du Bondye bon et autres textes. Il propose aux lecteurs six monographies, sans réel fil conducteur.

Publié le 2007-07-27 | lenouvelliste.com

Claire et limpide, la présente d\'André Vilaire Chéry s\'inscrit dans le réel haïtien. Elle aborde aussi des thèmes de toujours (tels que le tambour dans l\'imaginaire haïtien et les proverbes créoles, la débrouillardise à l\'haïtienne vue sous l\'angle linguistique) que des sujets contemporains (comme le succès du cellulaire en Haïti, le football). Dédié à la mémoire de « Capitaine Météo », le premier texte « Haïti Thomas ou l\'autre face du Bondye bon avance une hypothèse sur l\'origine du patronyme « Thomas » souvent accolé à la dénomination du pays. Cette hypothèse permet de comprendre bien des attitudes et comportements sociaux des Haïtiens, et serait en continuité avec la philosophie du « bondye bon ». A bien des égards, ce texte essaie de percer le pourquoi de l\'inaction des diverses générations d\'Haïtiens (dirigeants et simples citoyens) face à un péril annoncé de longue date, aux déboires qu\'Haïti aura à subir si les autorités politiques du pays n\'agissent pas à temps pour freiner la dégradation de l\'environnement naturel. Le résultat de notre inaction est là aujourd\'hui, il suffit de quelques millimètres de pluie pour que tout le pays se mette à trembler. La deuxième étude « Débrouille à l\'haïtienne et expression linguistique » rend hommage à l\'instinct de survie des Haïtiens, qui génère une créativité, une imagination de type socio-économique à nulle autre pareille. Il s\'intéresse ici aux marques laissées dans le langage par cette pratique et aux « stratégies communicatives » que le débrouillard met en oeuvre dans l\'exercice de son art. « Haïti, il était une fois le tambour » revisite la dimension symbolique du tambour dans le vécu et l\'imaginaire haïtiens. Il se veut aussi un texte d\'hommage à la longue lignée de tambourineurs, de créateurs, d\'artistes, d\'hommes d\'église, de musicologues qui entretiennent la flamme autour du tambour. Une occasion aussi d\'explorer la façon dont cet instrument emblématique s\'inscrit dans les proverbes ou le langage figuré. Le quatrième texte « Lage m pou m pale, une radiographie du succès du cellulaire en Haïti » tente de décrypter les raisons de ce succès. Il tente de montrer en quoi la diffusion massive de la téléphonie mobile en Haïti représente personnellement un facteur d\'unification sociale dans une société tellement clivée. « Brasilomania / Argentinomania en Haïti - comment interpréter le phénomène ? » aborde un thème sensible, que l\'auteur, lui-même grand amateur de football, essaie d\'approcher dans sa complexité. L\'étude a été actualisée et mise en perspective avec la victoire de l\'équipe nationale de football à Trinidad le 23 janvier dans le cadre de la coupe Digicel des Nations de la Caraïbe. Quant au dernier texte, « Les lettres dans la langue imagée en Haïti - L\'alphabet dans tous ses états », c\'est un joyeux badinage autour de l\'appropriation que la langue populaire créole fait de ces matériaux tout droit venus du français. Une occasion de décliner l\'alphabet de A à Z et de faire le tour de nombreux proverbes, dictons, locutions, dits populaires, inspirés par ses lettres ou leurs sonorités. André Vilaire Chéry a une formation en lettres (Ecole normale Supérieure), psychologie (Faculté des Sciences humaines) et linguistique (Centre de linguistique appliquée, actuellement Faculté de linguistique appliquée). Son premier pas significatif dans la production intellectuelle à des fins de publication remonte à l\'élaboration, vers 1994-1995, avec le soutien d\'une équipe de collaborateurs, du « Dictionnaire de l\'écolier haïtien », pour le compte de la société Hachette-Deschamps, aujourd\'hui EDITHA. Cette expérience a pour ainsi dire servi de déclencheur à ses activités de recherche et d\'écriture. En 2000 et 2002, il publiait les deux volumes du « Dictionnaire de l\'évolution du vocabulaire français en Haïti ». « Le Chien comme métaphore en Haïti » a suivi en 2004. Et cette année, c\'est « Haïti Thomas » ou l\'autre face du Bondye bon et autres textes. L\'étude est suivie de deux annexes, l\'une reproduisant un célèbre poème de Rimbaud et l\'autre un texte de Victor Hugo. « Haïti Thomas » ou l\'autre face du Bondye bon et autres textes est un ouvrage traversé d\'intuitions fécondes, de fulgurances d\'écriture et d\'une certaine verve humoristique qui apporteront aux lecteurs de purs moments de bonheur. A lire! _____________________ (1) CHERY (André Vilaire), Haïti Thomas ou l\'autre face du Bondye bon et autres textes, Editions Ethnos, Port-au-Prince, 2007, 124 p.
Auteur


Réagir à cet article