La population de Port-au-Prince en holocauste, la communauté internationale occupée à autre chose…

L’ONU a dénombré au moins 6500 morts violents en Haïti ces quinze derniers mois. Les gangs, alliés de certains politiques, d’anarchistes, crachent les feux de l’enfer sur la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Le siège de la capitale aggrave l’insécurité alimentaire qui touche près de 5 millions de personnes dans le pays, soit un haïtien sur deux. La population haïtienne, en holocauste, n’est la priorité personne. New York, Washington, Bruxelles sont occupés à autre chose.

Roberson Alphonse
Par Roberson Alphonse
02 avr. 2024 | Lecture : 4 min.

Le chaos total s’est installé au niveau de la zone métropolitaine depuis le 29 février 2024. Signant une nouvelle alliance dénommée « Vivre ensemble », les gangs déchainent les feux de l’enfer sur la population civile. Ils ont attaqué des quartiers, laissé dans leur sillage des cadavres, incendié des commissariats de police, des écoles, des hôpitaux, des pharmacies, des entrepôts de quartier, des facultés, des v&e

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.