Sanctions américaines contre le sucre dominicain, Ives Marie Chanel redoute des représailles politiques

Pour le journaliste Ives Marie Chanel qui réside en République dominicaine, les sanctions prises par les États-Unis contre le sucre dominicain peuvent constituer de possibles représailles politiques. 

Publié le 2022-11-25 | lenouvelliste.com

Les États-Unis d’Amérique ont annoncé, mercredi 23 novembre, des sanctions contre la Central Romana Corporation, une entreprise dominicaine accusée de soumettre ses travailleurs à de mauvaises conditions de travail. Cette entreprise dominicaine produit près de 59% du sucre dominicain qui est vendu aux USA, informe Ives Marie Chanel, journaliste haïtien qui vit en terre voisine. 

Pour Chanel, ces sanctions peuvent avoir une portée politique. « Il peut y avoir un peu de politique dans la question. Ils veulent rappeler au président Luis Abinader qu’ils sont le véritable leader de la région », commente Ives Marie Chanel sur Magik 9. Le journaliste rappelle que récemment les USA ont dépêché un sous-secrétaire d’État en République dominicaine avec pour mission de demander à la RD de protéger les groupes les plus faibles. Les Dominicains ont toujours été réticents, souligne-t-il. 

Ives Marie Chanel dit voir dans les sanctions de l’administration Biden de possibles représailles politiques. Il rappelle que l’ancien président dominicain Danilo Medina avait rompu ses relations diplomatiques avec Taïwan au profit de la Chine. Une décision qui, sans nul doute, n’a pas été bien vue par les Etats-Unis, éternel allié de Taipei. Et ce, malgré que le nouveau président, Luis Abinader, a diminué ses relations avec la Chine.

Jusqu’à présent, indique Ives Marie Chanel, il n’y a pas encore de réactions officielles du gouvernement dominicain. Chanel explique que l’industrie sucrière est en baisse depuis quelque temps en République Dominicaine. Cependant, la Central Romana Corporation emploie près de 25 000 personnes. Donc, si elle ferme ses portes cela aura sans nul doute des impacts sur l’emploi. Cela va sûrement provoquer une hausse des prix du sucre aux USA, explique Ives Marie Chanel, vu que cette entreprise exporte une bonne partie du sucre dominicain vendu aux USA.  



Réagir à cet article