Les organisateurs maintiennent la 7e édition de la Quinzaine internationale handicap et culture

Les troubles socio-politiques actuels en Haïti, caractérisés par un arrêt des activités sur le territoire national, n’auront pas raison de la 7e édition de la Quinzaine internationale handicap et culture. C’est ce qu’a assuré Johny Zéphirin, un des responsables de ce festival prévu entre le 1e et le 15 octobre 2022.

Publié le 2022-09-26 | lenouvelliste.com

« Oui nous vivons dans un pays imprévisible, instable. La politique détermine tout et la Quinzaine va se tenir dans un contexte extrêmement difficile. Mais on ne peut pas vraiment reculer. C’est 9 mois de préparation et de dépense d’énergie », explique M. Zéphirin. Il précise que « des modifications seront apportées dans la programmation » dans l’idée de s’adapter au contexte d’aujourd’hui.

« L'art dans la santé mentale pour se découvrir », c’est le thème retenu pour cette 7e édition. Un thème qui, selon Zéphirin, baigne dans l’actualité. « Il s’agit pour nous de comprendre les vertus de l’art dans la santé mentale. Sa contribution. Comment l’art peut-il participer dans les pratiques de soin ; comment peut-il arriver à en soulager quelqu’un ? Comment peut-il mener les gens à se découvrir. C’est un thème qui est le fruit d’un constat par rapport aux gens qui sont atteints de déficience mentale en Haïti. Le nombre a augmenté ces dernières années et beaucoup de personnes font face à la dépression. On vit dans un pays avec une sécurité généralisée, qui est souvent frappé par des catastrophes naturels… toute une série de phénomènes qui poussent les citoyens vers des situations qui peuvent leur atteindre mentalement », indique-t-il.

Du 1e au 15 octobre, la Quinzaine internationale handicap et culture souhaite mettre le cap sur Port-au-Prince, Lascahobas et Gonaïves. Tenir cet évènement qui se veut « inclusif » pour les personnes à mobilité réduite à la fois dans trois villes du pays, Johny Zéphirin, directeur artistique du festival, affirme que pour eux c’est une façon de « décentraliser » les activités culturelles en Haïti.

« Port-au-Prince a déjà plein de festivals. Donc, on a voulu décentrer les activités et permettre aux gens des villes de province et ceux qui sont en milieu rural de pouvoir créer, participer et apprendre un métier artistique. Et aussi d’attirer l’attention du public de ces villes sur la question de la santé mentale les affectant également voire beaucoup plus dans certains cas », avance-t-il.

Entre projection de films, atelier, spectacle, conférences, entre autres, une pléiade d’activités sont prévues dans le cadre de cette quinzaine. Notamment avec l’ouverture des spectacles avec « J’ai vengé la race » de Maurice Sixto qui sera interprétée par Cindy Pierre-Louis, le 2 octobre au restaurant Yanvalou situé à l’Avenue N, à Port-au-Prince ; un atelier de sculpture avec des jeunes non-voyants au local de de Syla Danse à Bois-Patate, Port-au-Prince ; un spectacle de contes et de musique avec Swenskido Jean-Baptiste, Samuel Émile et Grès Balèn Racine, au Yanvalou, le jeudi 6 octobre 2022 ; une performance dans le cadre de la journée mondiale de la santé mentale, le lundi 10 octobre au centre de psychiatrie Mars & Kline, situé à l’angle des rues Monseigneur Guilloux et Oswald Durand, à Port-au-Prince ; une lecture-spectacle de « L’augmentation » de Georges Perec sous la direction d’Eliézer Guérismé avec Rose Adolphe et Kenny Laguerre au Yanvalou ; un spectacle de contes et de musique avec Galiote Saint-Louis, le jeudi 13, à la faculté de droit des Gonaïves et un spectacle de clôture sur la Place Boyer, à Pétion-Ville, commune dans la banlieue de Port-au-Prince.

Avec des spectacles présentés par des personnes atteintes d’un handicap ou pas, « la Quinzaine internationale handicap et culture fait suite à un besoin réel d’offrir un espace d’expression artistique et d’épanouissement culturel aux jeunes. C’est un festival inclusif qui offre une possibilité à toutes les catégories sociales, tout en mettant un zoom sur les personnes à mobilité réduite », rappelle Johny Zéphirin.



Réagir à cet article