Les préoccupation et appels de la Chambre de commerce et d'industrie  

Publié le 2022-09-26 | lenouvelliste.com

« La Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Ouest (CCIO) est préoccupée par la tournure qu’ont pris les évènements ces derniers jours et comprend l'appel au secours de la population alors que le prix des produits de première nécessité ne fait qu'augmenter quotidiennement », peut-on lire dans une note de presse signée par le président de cette chambre de commerce, Laurent St-Cyr et treize autres membres, 24 septembre 2022.    

« La dégradation de la situation qui s'annonce est plus qu'alarmante; les gangs ayant pris le contrôle de certains points stratégiques empêchent la livraison du carburant et de la nourriture, l'accès aux hôpitaux et entrave toutes communications sur l'étendue du territoire »,  souligne cette note.

« La CCIO approuve les recentes mesures prises par le Gouvernement pour ameliorer la perception des droits de douane et comprend la décision d'éliminer la subvention du carburant pour assainir les finances publiques". C'est pourquoi, poursuit cette note que, "nous pensons qu’il est important que ces actions permettent la mise en place de programmes sociaux et mesures d'accompagnement nécessaires pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables et rendre disponibles les ressources indispensables au bon fonctionnement de la PNH ».

« Nous comprenons également qu'une augmentation du salaire minimum, accompagnée d'une révision du seuil d'abattement de l'IRI, est inévitable et nous encourageons le Gouvernement à agir en conséquence de concert avec le Conseil Supérieur des Salaires », a appelé cette note..

« Cependant, étant donné que le Premier Ministre ainsi que plusieurs acteurs importants de la Communauté Internationale ont confirmé que cette crise était l'œuvre d'acteurs politiques et économiques identifiés comme auteurs de ce nouveau « peyi lòk », nous leur exigeons de prendre les dispositions qui s'imposent contre lesdits auteurs », a également appelé la CCIO, soulignant que « ces accusations sans actions mettent en danger le secteur privé en entier ».

« Ces deux semaines de fermeture qui semblent vouloir s'étendre davantage ont d'énormes conséquences économiques pour le secteur privé des affaires, fait remarquer la CCIO. Cet énième « peyi lök » qui semble interminable, engendre des cours financiers importants et imprevus nour tous les acteurs du secteur privé », a soutenu cette chambre de commerce.                     

« Nous appelons des institutions publiques telles que la BRH, I'AGD, le MEF et le MCI à prendre leurs responsabilités afin de supporter les entreprises du secteur privé victimes de cette faillite », peut-on lire dans cette note qui lance un autre appel.

« Un Etat responsable devrait mettre en place immédiatement les ressources et les outils adéquats pour reprendre le contrôle de la situation et permettre aux activités de redémarrer », croit la CCIO.

« Nous présentons nos sympathies à toutes les victimes et réitérons notre conviction que la destruction n'a jamais et ne pourra iamais nous amener à résoudre les problemes profonds de notre société », selon la CCIO .

La Chambre de Commerce et D'Industrie de l'Ouest (CCIO) exprime à nouveau son inquiétude face à la situation désastreuse dans laquelle le pays s'enlise et exige que l'Etat prenne les mesures nécessaires afin d'éviter une crise humanitaire extrême », a conclu cette note de presse.

Auteur


Réagir à cet article