Patrick Paultre : lauréat du Grand prix d'excellence de l'ordre des ingénieurs du Québec

Scientifique novateur, administrateur de talent et ingénieur chevronné, Patrick Paultre a contribué au développement du génie civil au Canada. Après avoir été nommé Chevalier de l'ordre national du Québec en 2018, il vient de recevoir le Grand Prix d'excellence de l'ordre des ingénieurs du Québec qui récompense un professionnel de grande carrière avec une réalisation exceptionnelle dans le domaine du génie, de la recherche ou de l'enseignement.

Publié le 2022-09-23 | lenouvelliste.com

Pour les mois septembre et octobre 2022, l'ingénieur Patrick Paultre occupe les premières pages de la revue de l'ordre des ingénieurs du Québec. "Patrick Paultre, ingénieur, l'homme en béton", titre ses pairs de l'ordre des ingénieurs du Québec en guise d'hommage à sa longue carrière et cette nouvelle distinction qu'il vient de remporter : "Grand prix d'excellence de l'ordre des ingénieurs du Québec."

Dans son ouvrage, "ses Québécois venus d'Haïti", le professeur Samuel Pierre présente le professeur Patrick Paultre dans une liste sélecte de membres de la communauté haïtienne ayant contribué à l'édification du Québec moderne. 

Patrick Paultre a fait ses études secondaires en Haïti, au collège Max Pénette de Pétion-Ville avant de rentrer à l'Institut supérieur technique d'Haïti où il obtint son premier diplôme en 1974."Arrivé au Québec en 1974, il s'est dirigé en génie civil à l'école Polytechnique de Montréal où il obtint en 1978 son diplôme de bachelier et, deux ans plus tard, sa maîtrise en sciences appliquées. Sa thèse intitulée  "Evaluation of seismic performance of concrete frames structure in Canada", sous la direction du professeur Dennis Mitchell, lui valut son diplôme de doctorat (Ph. D.) de McGill University en 1987. Depuis cette date, il est professeur au département de génie civil de l'université Sherbrooke et titulaire de la chaire de recherche du Canada en génie parasismique", écrit l'ingénieur Samuel Pierre à son sujet.

Le Dr Patrick Paultre est connu pour avoir fait sortir de terre des multiples constructions de grande envergure et celles dont il assure la sécurité en révisant régulièrement les outils de surveillance et d'évaluation. Il a fondé en 2002, le Centre d'études interuniversitaire des structures sous charges extrêmes (CEISCE) qui vaille à la sécurité des plus grandes infrastructures du Québec comme les ponts, les barrages, les écoles, les hôpitaux etc.

Sa caractéristique exceptionnelle qui lui a valu honneurs et distinctions, c'est qu'il arrive à transcender la traditionnelle querelle entre chercheur et praticien qui existe dans presque tous les corps de métiers. "L'ingénieur Patrick Paultre a su conjuguer recherche fondamentale et application pratique de ses découvertes tout au long de sa carrière", souligne Pascale Guéricolas dans la revue de l'ordre des ingénieurs du Québec.

Le Grand Prix d'excellence de l'ordre des ingénieurs du Québec vient de rejoindre une longue collection de distinctions d'un professionnel qui cherche toujours à se perfectionner. Auteurs de plus de 190 publications scientifiques et deux livres dont un paru aux éditions Hermès à Paris, le docteur en génie civil a reçu, entre autres, le prix Moisseif décerné par l'american society of civil Engineers et la médaille Gzowski de la société canadienne de génie civil.

Chevalier de l'ordre national du Québec depuis 2018, il n'a cessé de contribuer au progrès du génie civil en réussissant à mettre sur une même table tous les grands noms de son domaine. Lui-même, il travaille en parfaite collaboration avec des ingénieurs et ingénieures de grande envergure du Québec ou de l'étranger, notamment le feu Roger Nicolet, Leslie Robertson, qui a conçu les deux tours du World Trade Center, Michel Virlogeux, qui a donné naissance au fameux viaduc de Millau, en France.

Auteur du livre, "les structures en béton armé", il explique que sa passion pour le béton et les risques sismiques des structures qui ont la capacité de s'étirer ou se tordre sans se rompre tire son origine de son enfance en Haïti.  Il souhaite à tout prix rendre moins fragiles aux risques sismiques les anciennes constructions semblables à celles qu'il a l'habitude de voir en Haïti. Ses recommandations sont inscrites dans le code national du bâtiment du Canada et adoptées par l'Association canadienne de normalisation, qui régulent la construction de tous les bâtiments au Canada."Des pays comme la France et les États-Unis ont aussi suivi ses recommandations", relate Pascale Guéricolas.

Âgé de 70 ans, l'ingénieur Patrick Paultre n'a pas hésité à se rendre à plusieurs reprises en Haïti après le tremblement de terre de 2010 où il a constitué une équipe pour développer une expertise locale en génie sismique. Il a en outre fondé l'Association haïtienne du génie parasismique. Il a également accompagné plus d'une centaine d'étudiants et étudiantes aux cycles supérieurs, dont 20 au doctorat.



Réagir à cet article