A New York, Justin Trudeau préside une réunion sur la sécurité d’Haïti    

Le premier ministre du Canada a profité de son passage aux Nations unies, mercredi, pour présider une réunion de dirigeants sur le thème de la sécurité en Haïti, alors que d’importantes manifestations à Port-au-Prince forcent la fermeture au public de l’ambassade du Canada depuis une semaine, peut-on lire dans un article du journal canadien Le Devoir, mercredi 22 septembre 2022.

Publié le 2022-09-21 | lenouvelliste.com

« Nous avons beaucoup de travail à faire pour aider Haïti à rétablir la stabilité et la prospérité, pour protéger les citoyens, et pour redonner une confiance et une direction à la perle des Antilles », a déclaré Justin Trudeau devant des reporters à New York, à l’entrée de la réunion.

Le Canada a convoqué mercredi des responsables de différents pays siégeant au Groupe consultatif ad hoc sur Haïti, du Conseil économique et social des Nations Unies, sur le thème de la stabilité et de la sécurité du pays. Le premier ministre a ajouté que la seule solution durable doit être dirigée « par Haïti, par les Haïtiens ».

Le groupe international est constitué d’une poignée de pays des Amériques, d’Europe et d’Afrique, dont les États-Unis et la France, à laquelle se sont ajoutés des représentants de pays des Caraïbes. Le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Généus, et son collègue ministre de l’Économie, Michel Patrick Boisvert, participaient à la réunion, selon cet article du journal Le Devoir. 

Depuis une semaine, d’intenses manifestations perturbent la capitale haïtienne. La révolte est motivée par la hausse du prix du carburant, suivant la fin des subventions sur l’essence demandée par le Fonds monétaire international (FMI). 

« Les gangs ont pris le contrôle de l’essentiel de Port-au-Prince. Les gangs occupent même le tribunal », a illustré mardi l’ambassadeur du Canada à l’ONU, Bob Rae, cité dans l’article du journal Le Devoir. « C’est un défi parce que le gouvernement [actuel] est un gouvernement provisoire et qu’il y a beaucoup de monde dans la société civile qui croit fermement que les choses ne vont pas dans la bonne direction », a reconnu l’ambassadeur Bob Rae.

La stratégie canadienne est pour l’instant de renforcer les capacités de la police nationale haïtienne. Ottawa lui a fourni un financement d’environ 30 millions de dollars en 2022, en plus d’avoir récemment donné le feu vert à la vente de véhicules blindés canadiens pour ses policiers.

Le Canada a aussi annoncé mercredi la bonification de sa contribution pour la reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre de 2010, à la hauteur de 20 millions de dollars. Une autre rencontre du Groupe consultatif ad hoc sur Haïti est prévue pour vendredi, sans le premier ministre Trudeau cette fois.

Auteur


Réagir à cet article