L'Asile : messe de requiem à la mémoire des victimes du séisme de 2021

Publié le 2022-08-16 | lenouvelliste.com

14 août 2021-14 août 2022, un an depuis le tremblement de terre ayant ravagé le grand Sud d’Haïti. Pour l’occasion, une messe de requiem a été chantée à la paroisse Chaire de Saint Pierre d’Honoré, localité de Changeux, deuxième section communale de l’Asile, l’une des régions du département des Nippes ayant été les plus touchées lors du cataclysme. En l’absence du curé de la paroisse Chaire de Saint-Pierre, le père Adler Point-du-Jour, c’est le révérend père Éric Armand du diocèse des Cayes qui présidait cette messe en présence notamment de la présidente de la commission municipale de l’Asile, Éphéta Ambroise, de la représentante du secrétaire d’État à l’Intégration des personnes handicapées et du coordonnateur général de grand Sud en marche, Bolivard Ramilus.

Dans son homélie de circonstance, le célébrant principal a remercié Dieu pour les personnes qui ont été épargnées et a invité à se souvenir de celles qui ont perdu leur vie dans ce séisme. Le père Éric Armand a appelé les fidèles et les pèlerins à vivre dans la paix et la solidarité. « En dépit de la situation effarante du pays, nous n’avons à craindre quoi que ce soit. Nous devons tenir bon, car Jésus est avec nous, et il nous donnera sa paix », a exhorté le père Éric Armand. Il appelle les victimes du séisme à ne pas se décourager et à se battre en vue de se relever. « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent », fait-il remarquer.

En marge de cette messe de requiem, Magalie Rémélus qui représentait le secrétaire d'État à l’intégration des personnes handicapées, a, au nom de Génard Joseph, remis du matériel comme des fauteuils roulants, déambulateurs et cannes à des personnes de cette catégorie.

La présidente de la commission municipale de l’Asile a déploré la situation difficile de sa commune, 12 mois après la catastrophe et la passivité des autorités concernées. «Des ONG nous ont prêté main-forte à leur manière. Les promesses de l’État n’ont jusqu’ici abouti à rien. Des membres de la population dorment encore sous des tentes et des bâches», regrette Éphéta Ambroise, indiquant que rien de sérieux n’a été réalisé suite au séisme.

Si la rentrée des classes est fixée au 5 septembre prochain, des établissements scolaires effondrés n’ont toujours pas été reconstruits. C’est le cas de l’école nationale de l’Asile qui a recommencé à accueillir des élèves grâce au support de l’ONG Food For The Poor ayant construit en tôles, six salles de classe. Outre la reconstruction du bâtiment logeant cette école publique et sa dotation de bancs et du matériel nécessaire à son bon fonctionnement, le directeur de l’école nationale de l’Asile, Jean Raymond Orézilas, plaide également en faveur de la nomination de huit sur douze enseignants qui y travaillent.

Le coordonnateur de l’organisation Grand Sud en Marche (GSM) qui a pris part à la messe de requiem a dit vouloir manifester sa solidarité envers les victimes du séisme, au niveau l’Asile. L’occasion pour Bolivard Ramilus de présenter cette structure aux fidèles et autres membres de la population prenaient part à la messe sous la tente où sont organisées les messes de la paroisse, l’église ayant été effondrée le 14 août 2021. Regroupant les départements du Sud-Est, du Sud, des Nippes, de la Grand’Anse et la région des Palmes, GSM se veut le porte-étendard de la lutte pour l’autonomie du grand Sud.

«Un an après le séisme ayant ravagé le grand Sud, nous constatons que les promesses des autorités de l'Etat n'ont pas été tenues, constate le coordonnateur du grand Sud en Marche. Ce qui peut changer cette situation, ce sont des citoyens qui s’organisent en vue d’une société civile forte», a fait savoir M. Ramilus. L’ancien député de Côtes-de-Fer indique par ailleurs que Grand Sud en Marche a déjà commencé à travailler afin, souligne-t-il, de vulgariser non seulement les problèmes, mais aussi faire pression sur les concernés pour qu’ils puissent assumer leurs responsabilités.

Rappelons que le bilan de la Protection civile a fait état de 167 morts, 1909 blessés, 14 989 maisons endommagées et 14 450 autres détruites ont été enregistrés dans le département des Nippes, suite à ce séisme de magnitude 7.2 sur l’échelle de Richter. 

Yoco Lortéus ylorteus@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article