Luis Almagro favorable à une nouvelle mission de l’ONU en Haïti

Publié le 2022-08-11 | lenouvelliste.com

En prenant lecture du communiqué du secrétariat général de l’Organisation des Etats américains du lundi 8 août en cours sur la conjoncture haïtienne, les observateurs qui  suivent de près le fonctionnement des organisations internationales avaient vite compris que Luis Almagro était porteur d’un message au sujet d’Haïti. Dans sa livraison de ce jeudi, le quotidien américain de la Floride, Miami Herald, lors d’une interview avec le secrétaire général de l’organisation hémisphérique, a révélé que Luis Almagro est favorable à l’envoi d’une nouvelle mission onusienne en Haïti. Sans langue de bois, le diplomate uruguayen estime qu’en raison de la situation d’insécurité qui prévaut en Haïti où les gangs imposent leur volonté dans la zone métropolitaine et dans certaines villes de province en évoquant les 557 cas de mort violente seulement pour le premier semestre de 2022, la crise économique désastreuse et le dysfonctionnement des institutions vitales pour le pays sont les raisons évoquées par Luis Almagro pour justifier le retour des Casques bleus dans le pays.

Le sombre tableau de la situation haïtienne dressé par le secrétaire général de l’OEA dans son communiqué du lundi 8 août en cours et repris en interview avec le Miami Herald n’est un secret pour personne. Les médias haïtiens et étrangers, depuis l’aggravation de la situation haïtienne, n’ont raté aucune occasion de peindre le tableau de la situation. Selon toute vraisemblance, Luis Almagro veut sensibiliser les pays membres de l’organisation hémisphérique dans le but de soulever le dossier d’Haïti devant le Conseil permanent. Quel est l’intérêt du dossier d’Haïti pour Luis Almagro au point de lancer cette campagne médiatique ? Le secrétaire général de l’OEA serait-il en mission spéciale pour enclencher le processus de retour des Casques bleus de l’ONU en Haïti ? Parviendra-t-il à convaincre une majorité de pays lors du plus prochain Conseil permanent de l’OEA sur ce dossier ? Quelle sera la position du gouvernement d’Ariel Henry ?  

Dans un sens comme dans l’autre, le Premier ministre Ariel Henry doit se sentir diminué après la lecture du communiqué du secrétariat de l’OEA au sujet d’Haïti. Si le chef du gouvernement n’est pas entièrement responsable de la crise structurelle de notre pays, sous son gouvernement le niveau de vie des Haïtiens a baissé d’un cran. Pour la première fois, beaucoup de familles des classes moyennes et du secteur privé des affaires se voient contraintes de quitter le pays pour se rendre en République dominicaine et dans d’autres pays du continent. Les familles haïtiennes n’avaient jamais été victimes de tant de massacres par des gangs armés. Comment le gouvernement va-t-il redresser la situation avec la lenteur du Premier ministre Ariel Henry ? Ce dernier aura-t-il la clairvoyance et la grandeur d’âme de convoquer les acteurs politiques, économiques et de la société civile pour dialoguer et trouver les voies et moyens d’une sortie de crise ?

Bonneau2005@yahoo.com



Réagir à cet article