Une belle entrée en scène pour Com1

Publié le 2022-08-12 | lenouvelliste.com

La soirée inauguratrice du vendredi 29 juillet 2022, à Montréal-Nord, a présenté publiquement Com C'est Nous, son magazine Com1 ou Com'One, ses membres et son idéal.

Le mot communauté ne se démode pas. En témoignent les dignitaires au gala de lancement de l’organisme sans but lucratif et de son bras médiatique. Le consul général d'Haïti à Montréal, Fritz Dorvilier, renouvelle ainsi le plaisir qu’il éprouvait en lisant tout le contenu du deuxième numéro de Com1.

Le député de Viau, Frantz Benjamin, et Philippe Thermidor, conseiller de Montréal-Nord, District Ovide-Clermont, ont chacun, de leur côté, souligné la pertinence de ce médium au profit des Afro-descendants au Québec et au Canada.

« Le magazine Com1, qui s’est révélé à vous, signifie tout l’effort que suppose une publication et estime tous ceux qui ont contribué à son succès. Ceux en posture d’écrivains s’attellent du fond d’un gisement lyrique à vous traduire les actualités. D’autres, à l’œil scrutateur, devinent dans la pertinence des sujets le destin d’un texte. Nos correcteurs qui veillent à chasser la moindre impureté. Et, bien sûr, vous chers lecteurs qui défendez ce travail face aux dures lois du succès », indique Jean-Max Saint-Fleur, secrétaire de rédaction du semi-trimestriel.

« Ce magazine tient Com C’est Nous à cœur. Il ne s’agit pas d’une simple aventure, mais d’une expérience palpitante qui se veut pérenne. À travers cet outil de communication, nous optons pour la promotion des actions positives des groupes organisés et la valorisation des personnes appartenant aux communautés culturelles », écrit Victor Junior Jean, rédacteur en chef du magazine dans son édito de mai 2022.

La beauté solennelle de ce double lancement est déclinée sur tous les tons. Gifrants, père du concept musical natif, et ses amis artistes ont répondu à la sollicitation musicale en toute gracieuseté.

De son vrai nom Marcien Guy Frantz Toussaint, ce compositeur vibrant d’originalité et ses instrumentistes ont étalé tout le talent que supposent la langue et la musique créoles pour tenir la salle en cadence.

Le gala organisé conjointement avec la Compagnie Théâtre Créole doit son succès à la dextérité de Ralph Civil, maître à penser dans le 6e art.

Jean-Bart Souka
Auteur


Réagir à cet article