Le président Biden se soucie d'Haïti mais la situation est « compliquée », selon son porte-parole

Publié le 2022-08-08 | lenouvelliste.com

Haïti vit une crise multidimensionnelle. Cette situation « compliquée » ne se règlera pas du jour au lendemain, a déclaré samedi le porte-parole de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, lors d'une intervention à Las Vegas dans le cadre d'une convention de journalistes issus de minorités, peut-on lire dans un article du Miami Herald.

« Il n'y a pas de réponse facile, a-t-elle poursuivi. Il va falloir du temps pour tout comprendre et ce n'est pas seulement les États-Unis », a fait savoir Karine Jean Pierre. « Je connais ce président depuis très longtemps. C'est très personnel pour lui. Il se soucie de la population haïtienne et nous allons continuer à travailler avec le Département d'État et notre équipe de sécurité nationale... . Cela va juste prendre du temps ».

« C'est une situation géopolitique très compliquée à laquelle nous avons affaire », a-t-elle déclaré. « Il n'y a pas de grande réponse, si ce n'est que nous devons faire tout ce que nous pouvons pour aider le peuple haïtien ».

Jean-Pierre a déclaré que les États-Unis ont fourni une aide humanitaire et ont eu des conversations avec leur ambassade à Port-au-Prince, qui est aujourd'hui située près du bastion de deux puissants gangs.

Mme Jean-Pierre a vanté l'engagement de M. Biden en faveur d'Haïti, affirmant qu'elle le connaît depuis plus de dix ans et qu'elle s'est rendue avec lui à Little Haiti pendant sa campagne présidentielle, où elle a rencontré des dirigeants communautaires.

« J'étais avec lui lorsque le tremblement de terre s'est produit en Haïti et j'ai vu comment il avait réagi, a-t-elle dit, et comment il a traité avec une communauté qui souffrait, qui était en deuil ».

Au cours des sept premiers mois de cette année, les États-Unis ont rapatrié de force plus de 20 000 Haïtiens, contre 19 629 pour toute l'année 2021, selon les statistiques de l'Office international des migrations des Nations unies. La plupart des migrants rapatriés, aidés par l'OIM, résidaient auparavant au Chili ou au Brésil, où sont nés plusieurs milliers d'enfants rapatriés - et ont été renvoyés par les États-Unis après avoir voyagé vers le nord. Les expulsions des États-Unis, ainsi que d'autres décisions récentes concernant Haïti, ont amené certains à se demander si Biden se soucie vraiment de ce pays.

En soulevant le doute, ils ont fait resurgir un clip de 1994 dans lequel Biden, alors sénateur représentant le Delaware et discutant d'une intervention militaire, a déclaré à propos d'Haïti : « Si Haïti s'enfonçait tranquillement dans les Caraïbes ou s'élevait de 300 pieds, cela n'aurait pas beaucoup d'importance en termes d'intérêt pour nous. »

Interrogée par le Miami Herald sur ces commentaires et sur la politique d'expulsion des Haïtiens menée par l'administration, Mme Jean-Pierre a indiqué que les questions concernant Haïti lui étaient personnelles.

Roberson Alphonse avec Miami Herald
Auteur


Réagir à cet article