Montréal/Canada

L’Institut Panos à la 24e Conférence internationale sur le Sida

Publié le 2022-08-04 | lenouvelliste.com

« Se réengager envers le Sida et suivre la science ». C’est autour de ce thème que la 24e Conférence internationale sur le Sida s’est déroulée  à Montréal (Canada), du 29 juillet au 2 août 2022.

Plus de 6 500 personnes, membres d’organisations impliquées dans la lutte contre la pandémie, ont pris part aux différentes assises. L’Institut Panos, qui implémente la campagne U=U (Undetectable=Untransmittable) ou en créole E=E (Endetektab=Entransmisib), pour le compte du Ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), a fait connaitre quelques des outils de sensibilisation qu’il a produits.

Le coordonnateur de Panos/Haiti, Jean Claude Louis, en a profité pour partager avec les participants les résultats obtenus dans le cadre de cette campagne qui cible en particulier les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) enrôlées dans le programme de traitement antirétroviral (ARV).

« Grâce à cette campagne d’éducation thérapeutique supportée par les contribuables américains à travers PEPFAR et USAID, le taux d’adhérence aux ARV a augmenté, et le nombre de cas d’abandon a diminué en Haïti. », a-t-il révélé, reconnaissant qu’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l’objectif des ‘’3x95’’ d’ici 2030, à savoir : 95 des PVVIH connaissent leur statut sérologique, 95% de ces dernières sont placées sous ARV, et 95% d’entre elles deviennent indétectables et intransmissibles.          

Lors de la 24e Conférence internationale sur le Sida à Montréal,  bien d’autres délégations ont présenté certains de leurs matériels et partagé leurs expériences de travail dans le cadre de la campagne U=U.

Il faut dire que les délégations étaient composées en partie de médecins, de chercheurs, de représentants de groupes communautaires, qui ont pris le temps d’analyser les résultats des efforts déjà  déployés pour une prise en charge intégrée des PVVIH à travers le monde.  

Cet important évènement de cinq jours intervenait dans l’ombre de la Covid-19, une pandémie qui, selon certains participants, a ralenti les recherches sur le Sida ces dernières années, d’autant que certains fonds alloués à la lutte contre cette maladie ont été redirigés en renfort à la bataille contre le SRAS-CoV-2.

En plus de l’objectif des ‘’3x95’’ à atteindre d’ici 2030, la société internationale du Sida mise beaucoup sur un traitement curatif ou un vaccin contre le VIH.

Selon les dernières statistiques, sur les 38.4 millions qui vivent avec le VIH,  28.7 millions ont accès aux ARV.

Panos

Auteur


Réagir à cet article