Tibwadòm, théâtre de plusieurs dizaines de cas d'enlèvement ce dimanche 

Publié le 2022-08-01 | lenouvelliste.com

Le dimanche 31 juillet 2022, plusieurs enlèvements ont eu lieu à Tibwadòm, une localité sur la nationale no 5, située non loin de Gros-Morne.

Revenant de la fête St-Anne, célébrée le 26 juillet à Anse-à-Foleur, plus de 30 personnes ont été kidnappées à Tibwadòm, a-t-on appris.

« Les victimes pour la plupart originaires du Sud-Est ainsi que d’autres départements effectuent chaque année ce trajet pour remercier Grann St-Anne d’avoir honoré ses promesses à leur égard après avoir fait part de leurs problèmes à la sainte », a témoigné un pèlerin qui se lamentait du sort de ces voyageurs.

En début d’après-midi, toujours au cours de cette même journée, une délégation de l'Institut national de formation professionnelle (INFP) qui se rendait à Port-de-Paix pour la réalisation d’examens officiels a été attaquée à Tibwadòm (Gros-Morne) par des bandits armés. 

Les quatre personnes qui se trouvaient à bord du véhicule ont été blessées dans cette attaque. L'un d'eux,  étant dans un état plus grave, a été transporté  de toute urgence à l’hôpital de Bassin-Bleu pour les soins que son cas nécessitait, a rapporté une source proche de l’équipe d’évaluation de l’organisme déconcentré du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

Devenu un repaire des membres du gang « Kokorat san ras», cet axe routier reliant les départements du Nord’Ouest (Bassin-Bleu) et de l'Artibonite (Gros-Morne) est appelé « VAR » par les locaux pour parler des zones les plus dangereuses du pays, à l’instar des quartiers de Martissant et de Croix-des-Bouquets.

Presque pas d’habitations, route en terre battue en piteux état, Tibwadòm incarne la parfaite zone rouge où des gangs armés peuvent kidnapper, rançonner et tuer impunément. 

S’adonnant aux activités de détournement de camions de marchandises, de viol et d’enlèvement, les autorités assistent impuissantes à la multiplication des forfaits de bandits armés dans cette zone.

Jeudi 28 juillet dans la matinée, les membres du gang « Kokorat san ras » avaient ouvert le feu sur une patrouille policière tuant un agent de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO), Anthony Dumas.

Quant aux mesures envisageables pour rétablir la sécurité dans la région, joint par téléphone par le Nouvelliste, l’inspecteur Ralph Dominique, de la Direction départementale Artibonite pour la PNH, a confirmé le maintien de deux patrouilles le long de cette route entre Gros-Morne et Bassin-Bleu. 

Soulignons dans le Nord’Ouest, le parquet de Port-de-Paix, de concert avec la Direction départementale de la police du Nord’Ouest (DDPNO), soutient sa mesure d’interdire les voyages nocturnes allant au-delà de sept heures du soir à six heures du matin, tranche d’horaire qui coïncide avec le début des patrouilles sur les tronçons Tibwadòm, Kafou Tèl.

Kepsen Monestime
Auteur


Réagir à cet article