Enquête sur l’impact de la violence armée sur les écoles à P-au-P : les précisions du MENFP 

Publié le 2022-06-24 | lenouvelliste.com

Comme c'était prévu lors de la conférence de presse donnée le jeudi 23 juin 2022 par le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, l’enquête sur l’impact de la violence armée sur les écoles à Port-au-Prince a été réalisée à l’initiative du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) par des inspecteurs de la Direction départementale de l’éducation de l’Ouest (DDEO).

Le MENFP tient aussi à préciser que des 55 000 enfants cités dans le rapport d’enquête qui n’étaient pas à l’école lors de la collecte des informations dans les zones de la plaine du Cul-de-Sac, la majorité a pu reprendre entre-temps le chemin de l’école. À Martissant également, des écoles nationales ont pu reprendre leurs activités et commencent déjà à mobiliser tous les parents et les enfants pour le retour à l’école d’ici septembre 2022. Le MENFP salue la forte contribution des communautés et de la police communautaire EDUPOL qui ont facilité la reprise des cours dans les zones difficiles.

L’enquête a bénéficié de l’appui de l’UNICEF, institution partenaire, qui accompagne le MENFP dans la mise en œuvre de différents projets pour le secteur éducatif.

Le MENFP salue et remercie tous les acteurs qui ont contribué à la finalisation de cette enquête permettant de mieux apprécier la dimension de ce problème majeur de la violence qui affecte le droit à l’éducation des enfants à Port-au-Prince. Le titulaire du MENFP, le professeur Nesmy Manigat, a souligné clairement qu’il est inacceptable qu’une société évolue en tolérant le fait qu’un groupe d’enfants n’ait pas la possibilité d’aller à l’école.

Le MENFP interpelle, l’ensemble des acteurs pour que tous les enfants puissent avoir accès à l’école dans les zones difficiles à la prochaine rentrée de septembre, comme cela est affirmé clairement dans le slogan phare du ministre Manigat «  Lekòl pa ka tann ».

Encore une fois, le MENFP lance un cri d’alarme pour que tous les enfants soient à l’école et que leur droit à l’éducation soit respecté.

Bureau de communication du MENFP

Auteur


Réagir à cet article