Semaine de Livres en folie

Hommage au Dr Rony Gilot, homme politique et écrivain

Cette année, Livres en folie a rendu hommage au Dr Rony Gilot, décédé le 6 octobre 2021. L’ancien président Jocelerme Privert et l’essayiste Pierre-Raymond Dumas sont revenus sur la vie de cet homme qui était un habitué de la plus grande foire du livre du pays.

Publié le 2022-06-24 | lenouvelliste.com

Le 6 octobre 2021, Rony Gilot s’est éteint à l’hôpital St-Luc où il avait été hospitalisé. Environ quatre mois avant, il avait signé son dernier livre, « La volupté sacrilège de l’autocratie », à Livres en folie, un événement auquel il avait pris l’habitude de participer en tant qu’auteur. Pour cette 28e édition de la plus grande foire du livre du pays, les organisateurs ont voulu rendre un vibrant hommage à cet homme qui, pour reprendre les propos de Pierre-Raymond Dumas, s’est servi de l’écriture comme d’une arme. 

Inscrit parmi les activités qui ont constitué la semaine de Livres en folie, l’hommage à Rony Gilot a réuni des personnalités publiques proches du feu écrivain qui ont partagé leurs expériences personnelles avec cet homme. Le Dr Rony Gilot était un homme bourré de volonté et d’énergie, s'est souvenu Pierre- Raymond Dumas qui a été lui-même l’un des écrivains à l’honneur de cette 28e édition de la grand-messe du livre.

« Écrire était pour lui quelque chose de totalement magique, vital. Son envie mûrie de longue date d’écrire sur la déraison qui s’est emparé du pays devient alors irrépressible. L’enjeu est à la fois de saisir cette pensée de la mémoire singulière, mais aussi d’en hériter, de la prolonger et éventuellement de l’ouvrir à d’autres horizons », a poursuivi Pierre-Raymond Dumas. 

Ce qui est certain, le Dr Rony Gilot n’a jamais été un homme mesquin. Son savoir et son savoir-faire ont servi à d’autres hommes et, par ricochet, au pays.  Il était en effet le mentor de l’ancien président Jocelerme Privert qui ne cache pas sa dette envers cet homme. 

« Comme conseiller au MInistère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Rony Gilot était, avec Rémy Mathieu, celui qui, dans l’ombre, dictait les moindres actions, les moindres gestes et les moindres pas que je devais faire dans cette toute première expérience dans l’arène politique », a indiqué Jocelerme Privert, qui a ajouté que le Dr Gilot a été la cheville ouvrière de sa candidature au Sénat de la République. « Rony Gilot a participé à tous les grands incendies que j’ai eu à allumer autour de ces 25 ans de carrière politique », a ajouté l’ancien président provisoire du pays. Au Sénat comme au Palais national, Rony Gilot guidait les pas de Privert. « Je ne peux pas dire que je n’ai pas eu à commettre des fautes, des erreurs. Mais grâce à Rony j’en ai évité plein », a reconnu l’ancien père conscrit de la nation.

Mais le Dr Rony Gilot n’a pas été uniquement un bon conseiller politique. C’était un écrivain de grand calibre que seul Pierre-Raymond Dumas peut décrire. « Je connais très peu d’écrivains, d’historiens, d’historiographes haïtiens vivants contemporains qui aient fait appel avec une telle force, un tel talent au portrait. Ses portraits sont souvent dévastateurs », a élogieusement rappelé Dumas. 

« L’esprit de Rony Gilot fonctionne de façon flamboyante, ce qui se reflète dans ses livres qui sont souvent écrits de façon non linéaire, ce qui rend l’histoire intéressante et nous empêche de prévoir ce qui va se passer », a d’un autre côté témoigné Pierre-Raymond Dumas qui le compare à Chateaubriand pour sa façon d’écrire. L’auteur de « Cette transition qui n’en finit pas » poursuit en affirmant que Rony Gilot « est un incontournable et un maître de la narration colorée, un écrivain culte avec un style inimitable qui vous donne l’impression d’être dans une sorte d’expérience psychologique pour tester vos limites ». 

« Le mot mémoire est devenu un fourre-tout, un repoussoir, un terme polémique employé par tous les esprits décomplexés, sans doute est-ce le noyau dur de toute sa vie, ce fut aussi celui de toute son œuvre, poignante recherche du temps perdu. Les années sont passées, sa passion de la gent politique n’a fait que croître, anticipant sans cesse un futur proche ou s’attardant sur un passé récent », a indiqué le journaliste sénior, Pierre-Raymond Dumas, qui a ajouté plus loin qu’il y a quelque part dans l’écriture de Rony Gilot quelque chose qui relève du tribun. 

Le Dr Rony Gilot semble avoir été un bon ami également.  « L’ouvrage que je vais écrire en prison, « Décentralisation et collectivités territoriales », est la somme des différents conseils, des différents écrits, des différentes actions, des différents rapports que Rony m’avait permis de développer au sein d’un ministère. En prison, il a été celui qui, chaque dimanche, en me rendant visite au pénitencier national, s’est activé à corriger l’ensemble de l’ouvrage », a confié Jocelerme Privert, qui considère Rony Gilot comme un grand érudit. 

« C’est bien dommage que Rony soit parti, qu’il n’ait pas eu le temps de finaliser les dernières corrections des trois tomes de l’autobiographie que j’étais en train d’écrire », a regretté l’ancien président provisoire qui n'a pas tari d’éloges sur feu Dr Rony Gilot. 



Réagir à cet article