Cannes : réception de Jimmy Jean-Louis en faveur des centres GHESKIO

L’acteur haïtien Jimmy Jean-Louis a organisé, le dimanche 22 mai, pour la deuxième année consécutive, un cocktail de levée de fonds au profit des Centres GHESKIO. La réception, à laquelle ont pris part des stars de cinéma et du monde de la musique, s’est tenue au Carlton Beach Club à Cannes, entre la plage et l'asphalte de la Croisette. 

Publié le 2022-05-25 | lenouvelliste.com

On ne sait pas toujours qui est qui à Cannes, sauf pour les célébrités mondialement connues. La Croisette grouille de monde, la 75 e édition du Festival de Cannes bat son plein. Des projections partout, des réunions, des réceptions… les activités ne manquent pas. En face du prestigieux hôtel Carlton fermé pour rénovation, des vigiles vérifient l’identité des invités. Ici, l’acteur Jimmy Jean-Louis organise son cocktail annuel – qui tend à honorer des « cinéastes noirs » – et, en bon ambassadeur, profite de l’occasion de mettre la lumière sur le travail des Centres GHESKIO en Haïti. Dans l’escalier, on croise l’acteur et chanteur américain Gary Dourdan, à l’honneur cette année. Avec un sourire, il lance un mot créole. Il répond rapidement et avec un accent " Nap boule" au "Sak pase" de Ticket. Gary Dourdan ( De la série CSI) est un Américain qui a une histoire particulière avec Haïti.

Au bord de la plage, on sable du champagne; ils sont plusieurs dizaines d’invités. On parle de tout, du déroulement du festival et aussi d’Haïti. Jimmy Jean-Louis place l’importance de cette cérémonie, explique le travail des Centres GHESKIO, reconnus en Haïti particulièrement pour les traitements et les soins fournis aux personnes vivant avec le VIH et la tuberculose. Gary Dourdan place aussi ses mots sur Haïti, pays riche en histoire, qui a cruellement besoin de l’appui des autres pour avancer. Gary, avec sa guitare, crée de l’ambiance. Et le rhum Barbancourt s’invite au cocktail.

Drapé du bicolore haïtien, Jimmy Jean-Jean Louis se balade sur la plage, muni de la fameuse valise « Barbancourt ». « La valise qu’on aime toujours porter et qui ne dérange jamais quand on la dépose chez les amis », a commenté la journaliste Amélie Baron, en réponse à une publication de Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste, sur Twitter.

Il est pratiquement 20 heures, les invités ne bougent toujours pas alors que l’invitation était de 17 à 19 heures. « A Cannes, où les fêtes se succèdent, c'est un critère de réussite quand on ne perd pas ses invités après une heure », juge Frantz Duval.

Nommé premier ambassadeur de GHESKIO en juin dernier, Jimmy Jean-Louis se dit très satisfait de l’évènement, même s’il n’y a pas eu de cinéastes noirs à honorer cette année. L’année dernière, lors de la 74e édition du Festival de Cannes, l’honneur était revenu à Gessica Généus pour Freda. Ce long métrage de la réalisatrice haïtienne, sélectionné dans la catégorie « Un certain regard », avait permis à Haïti de faire son retour sur la Croisette après plus d’une vingtaine d’années. Le film « Neptune Frost » avec les invités spéciaux Saul Williams et Anisia Uzeyman, entièrement tourné au Rwanda, était lui aussi distingué. Jimmy Jean-Louis souhaite voir plus de Noirs en compétition au Festival de Cannes.

Il était aussi prévu, dans le cadre de cette levée de fonds, entre autres, une « vente aux enchères silencieuse mettant en vedette un grand safari africain présenté par le gouvernement kenyan et KICC Kenya. Tout a été fait de manière « silencieuse ». « On est à Cannes, tout se fait en silence, avec de la classe », affirme Jimmy Jean-Louis, qui compte faire de ce cocktail un rendez-vous annuel à Cannes. L’acteur haïtien, qu'on verra bientôt dans les deux derniers films de Bruce Willis, vient de tourner un film indien en Jordanie. A bientôt sur les écrans, petit ou grand.



Réagir à cet article