Paris : La 1ère édition du festival “Semaine Mémoire” est lancée

Le public s’est donné rendez-vous au Théâtre Traversière, dans le 12e arrondissement de Paris, mardi 10 mai 2022 pour le lancement du festival “Semaine Mémoire”. La soirée d’ouverture de cette première édition, qui s’étend jusqu'au 17 mai 2022, a été un moment riche en émotions avec la  projection du film documentaire “Citoyens Bois d'ébène” de Franck Salin.

Publié le 2022-05-10 | lenouvelliste.com

Artistes, membres de la diplomatie haïtienne, et la communauté caribéenne étaient présents ce soir du 10 mai. Au théâtre Traversière, au coeur de de la capitale francaise, prend vie la première edition du festival de la célébration des abolitions de la traite et de l’esclavage à travers la projection de “Citoyen bois-d’ébène” un film qui rend un bel hommage à l’afrodescendance.

Citoyens Bois d'ébène est un long métrage réalisé par Franck SALIN, journaliste et réalisateur, spécialiste de la Caraïbe et de l'Afrique. Le film suit l’histoire d’Emmanuel Gordien, médecin qui a vu le jour en Guadeloupe, mais qui a suivi son cœur et qui s’est laissé mener jusqu’en Afrique sur la terre de ses ancêtres. Arrière petit-fils de l'esclave Georges Bouriki, le film retrace son cheminement depuis son parcours de militant à travers CM98 pour aider chaque Antillais à remonter leur généalogie et leur histoire jusqu’à son voyage au Bénin pour franchir la porte de Ouidah, lieu historique de la vente des esclaves et point de départ de ces hommes et femmes vers d’autres contrées pour ne plus revenir à l'alma mater.

Le protagoniste affirme que ce voyage a été infiniment profond pour lui. Une aventure vers une quête de sens dit-il. Un voyage pour aller à la rencontre de ses origines, à la rencontre de ses racines culturelles. “Je suis convaincu que tous les descendants d'esclaves doivent chercher à connaître leurs ancêtres” assure celui qui confie avoir trouvé ce sens qui a changé son regard sur la vie au cours du débat sur l’afro descendance qui a suivi la projection.  

“Citoyens bois d'ébène”, en moins de deux heures, a su susciter toutes les émotions. Des bribes de rires aussi bien que des larmes ont jailli de l’assistance composé en majorité d'afro descendants.



Réagir à cet article