Bruno Lemarquis : « Il faut s’attaquer plus aux causes structurelles qu’aux symptômes des problèmes en Haïti »

Avant de mettre un terme à sa quatrième mission en Haïti, Bruno Lemarquis, coordonnateur résident du système des Nations unies, a insisté sur la nécessité pour les acteurs nationaux et internationaux de s’attaquer beaucoup plus aux causes structurelles qu’aux symptômes des problèmes.

Publié le 2022-02-25 | lenouvelliste.com

« Mwen pra l nan yon ti peyi. Se Congo, li fè 83 fwa Ayiti », plaisante en créole, Bruno Lemarquis, en visite au journal Le Nouvelliste, en milieu de semaine, peu avant de boucler sa quatrième mission en Haïti où il a commencé à travailler tout jeune, à 23 ans. Le coordonnateur résident du système des Nations unies, après avoir confié son «  pincement », son chagrin de partir et son désir de revenir une cinquième fois, a soutenu qu’il faut, en Haïti, « s’attaquer beaucoup plus aux problèmes fondamentaux, aux causes structurelles qu’à leurs symptômes ». « La situation humanitaire, le problème de la hausse du flux migratoire, même la situation sécuritaire, à l’analyse, sont des symptômes de problèmes profonds, structurels », a-t-il fait savoir avant d’égrener des problèmes structurels.

Une économie de rente qui ne produit pas beaucoup de richesses et d’emplois

« La nature du modèle économique haïtien, la nature du système politique haïtien, la question très importante de l’impunité et de la corruption (… ) Si elles ne sont pas adressées, Haïti restera dans ce cercle vicieux dans lequel il se trouve depuis un certain temps », a indiqué Bruno Lemarquis, pédagogique et descriptif dans son envolée. « Si vous prenez le tissu économique, c’est essentiellement une économie d’importation, une économie de rente. Ce n’est pas une économie qui produit beaucoup de richesses et d’emplois. Le taux de chômage parmi les jeunes est très élevé. Il y a aussi des déséquilibres macroéconomiques très importants. Par exemple, les tarifs douaniers sont très bas. La pression fiscale est très basse. Le budget national est très faible. Ce sont des problèmes de fond, ce ne sont pas des problèmes conjoncturels. Ce sont des problèmes structurels », a expliqué Bruno Lemarquis.

Tarifs douaniers bas, crise alimentaire à la hausse, comme au Sud Soudan

« Le tarif douanier sur le riz dans les années 80 était entre 40 et 50 %. Aujourd’hui, il est de 4 %. Il n’y a pratiquement pas de tarif. C’est la frontière ouverte (open border). Haïti est devenu le deuxième marché du riz des Etats-Unis d’Amérique. Voilà. Il faut encore une fois s’attaquer aux problèmes structurels », a-t-il affirmé. Bruno Lemarquis croit qu’il faut agir sur la question des tarifs douaniers et la remise de l’agriculture haïtienne en position pour être compétitive. En « attendant que cela soit fait, la situation humanitaire continue de se dégrader », a-t-il fait remarquer. « Les chiffres de l’IPC 3 et 4 (crise et urgence alimentaire) sont plus ou moins au même niveau que la République Centre Africaine et Sud Soudan pour Haïti qui n’est pas en conflit, qui n’est pas en guerre et qui se trouve au milieu de la Caraïbe. La situation d’insécurité alimentaire en Haïti est une anomalie absolue. C’est presque 50 % de la population haïtienne qui est en situation d’insécurité alimentaire », a expliqué Bruno Lemarquis, qui croit qu’il est temps que l’élite économique réinvestisse « dans les industries, dans la production agricole comme c’était le cas dans les années 80 ».

Agriculture : protectionnisme à assumer, lutte contre la corruption, l’impunité à mener

Pour Bruno Lemarquis, il faut qu’Haïti agisse afin de « protéger sa propre production nationale, y compris en augmentant les tarifs douaniers ». « De cette façon, vous protégez à nouveau les agriculteurs haïtiens. Sur le long terme, il faut aussi travailler à baisser les importations », a-t-il ajouté, appelant le pays à lutter contre l’impunité et la corruption. « L’impunité est la mère de la corruption et la corruption est un phénomène qui mine la confiance entre les gouvernants et les gouvernés. La corruption entraîne une baisse des recettes fiscales de l’Etat. La contrebande, l’évasion fiscale, etc. C’est un cercle vicieux. Cela appauvrit l’Etat, les citoyens sont désabusés et n’attendent rien de l’Etat. Si vous voulez briser ce cercle vicieux, vous avez besoin de rééquiper l’Etat. Le rendre plus solide, faire en sorte que l’Etat lui-même respecte ses propres règles, que la société joue son rôle, ce qu’elle fait dans une certaine mesure avec beaucoup de courage pour informer la population, dénoncer, faire pression, pour que le cercle vicieux devienne un cercle vertueux », a expliqué Bruno Lemarquis. « Mais c’est la volonté nationale qui doit être au milieu de tout ça », a conseillé le fonctionnaire onusien. « Il faut sortir de la crise politique, améliorer la situation sécuritaire mais surtout travailler sur les fondamentaux macroéconomiques du pays », a martelé Bruno Lemarquis, qui y va d’une confidence sur un nécessaire changement de paradigme dans l’action de partenaires nationaux et internationaux. « Il y a beaucoup d’efforts faits par les acteurs haïtiens, par les partenaires internationaux sur les symptômes. De plus en plus au niveau international, il y a beaucoup d’argent pour l’aide humanitaire, mais si nous analysons les causes des problèmes, si vous ne les attaquez pas de front, les symptômes vont continuer », a prévenu le coordonnateur résident du système des Nations unies, Bruno Lemarquis.

Pour Bruno Lemarquis, il faut travailler avec différents leaders politiques, les leaders haïtiens. « Les leaders politiques haïtiens, a soutenu Lemarquis, doivent parler de substance, de programme. Ils doivent avoir une vision pour le développement du pays sur le long terme », a-t-il poursuivi avant d’encourager la poursuite des discussions avec « les partenaires internationaux, les institutions financières internationales pour entrevoir ensemble une série de solutions pour s’attaquer aux problèmes de fond, les problèmes structurels ».

Se concentrer sur les problèmes structurels

Ces deux années, Bruno Lemarquis indique avoir travaillé sur trois priorités pour les Nations unies au niveau du développement. Il a été question de voir comment agir pour que les agences des Nations unies revoient leurs priorités et se concentrent sur les problèmes structurels, avec tous les acteurs haïtiens. La lutte contre la corruption, l’impunité, la transformation du modèle économique sont parmi ces priorités, soulignant que dans le cadre de son action il a cherché à aider Haïti dans la mise en œuvre de politiques publiques qui existent déjà. On dit qu’Haïti est la république des ONG. Elle est aussi la république des projets qui ont une date de commencement et une date d’achèvement. Il n’y a pas toujours le support institutionnel derrière. Ce qui est indispensable à la continuité des actions et des interventions, a fait savoir Bruno Lemarquis, qui croit que l’Etat haïtien doit avoir plus de poigne.  

« La situation est vraiment difficile mais Haïti a tellement d’atouts que je continue d’espérer que les acteurs haïtiens trouveront le chemin du consensus et de la raison pour faire en sorte que le pays puisse avancer. J’ai le sentiment que la population est fatiguée, exténuée. Beaucoup de gens veulent quitter le pays, beaucoup de gens cherchent l’espoir ailleurs. Ils veulent que les choses changent. Ils attendent le changement », a confié Bruno Lemarquis.

« En Haïti, il n’y a pas de conflit, il n’y a pas de guerre. Mais si l’on observe, depuis 2016, la majorité des besoins humanitaires sont la conséquence de crises socio-économique, politique et sécuritaire. Pour résoudre la situation humanitaire, on doit s’attaquer aux causes de ces problèmes », a plaidé Bruno Lemarquis.

Roberson Alphonse



Réagir à cet article