Assassinat du président Moïse : l'ancien sénateur John Joël Joseph arrêté à la Jamaïque, les États-Unis donnent le ton de l'enquête 

Publié le 2022-01-17 | lenouvelliste.com

L’ancien sénateur John Joël Joseph, objet d’un avis de recherche de la Police nationale d’Haïti, a été arrêté à la Jamaïque, a révélé ce samedi 15 janvier la police jamaïcaine. Selon un rapport de la police judiciaire haïtienne, John Joël Joseph est un élément clé dans la planification de l'assassinat du président Moïse dans la nuit du 6 au 7 juillet. 

Selon la presse jamaïcaine, John Joël Joseph a été retrouvé en compagnie de trois autres ressortissants haïtiens dans une communauté rurale jamaïcaine où ils vivaient incognito. Ils sont soupçonnés d’être arrivés sur l'île par bateau depuis décembre 2021. Selon un communiqué de la police jamaïcaine, les personnes retrouvées en sa compagnie sont sa femme et ses deux enfants. Il a été arrêté vendredi soir dans la zone rurale de St Elizabeth par des membres de l’Unité de lutte contre le terrorisme et le crime organisé et de la police divisionnaire de St Elizabeth.

En décembre dernier, le défenseur des droits humains Pierre Espérance avait dénoncé des protections du gouvernement accordées à John Joël Joseph et Joseph Félix Badio, un autre suspect. Selon Pierre Espérance, John Joël Joseph a pu quitter le pays sous la protection des actuels responsables de la Primature et de la présidence haïtienne. 

L’ancien sénateur John Joël Joseph est le deuxième suspect dans l’assassinat de Jovenel Moïse à être interpellé à la Jamaïque après l’ancien soldat colombien Mario Palacios Palacios. Son interpellation survient quelques jours après celle de Rodolphe Jaar, un autre suspect important dans le cadre de l’enquête. Jaar avait été interpellé en République dominicaine, sur la demande du FBI. Il avait demandé à être extradé aux États-Unis et fait part de son intention de collaborer avec les enquêteurs américains. 

L’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse prend une nouvelle tournure depuis quelques jours aux États-Unis. Après les arrestations et inculpations du FBI, le Sénat américain a introduit, dans un projet de loi en cours d'adoption, une partie réclamant que l’administration Biden mette en branle les services préposés, le FBI, la CIA, DHS à faire la lumière sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021. Cette disposition à été introduite dans le projet de loi dit « Haiti Development, Accountability, and Institutional Transparency Initiative Act (S. 1104) ». « Au plus tard, 90 jours après la date de promulgation de la présente loi, le secrétaire d'État, en coordination avec le procureur général, le secrétaire à la Sécurité intérieure et le directeur de l'Agence centrale d'intelligence, soumet à la commission des Relations extérieures du Sénat et à la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants un rapport sur l'assassinat, le 7 juillet 2021, du président d'Haïti Jovenel Moïse », peut-on lire dans le texte qui doit être soumis à la Chambre des représentants ultérieurement.

Au plus tard, poursuit ce texte législatif, 180 jours après la présentation du rapport requis par la sous-section, le secrétaire d'État, en coordination avec l'Attorney General, le secrétaire à la Sécurité intérieure et le directeur de la Central Intelligence Agency, soumettra à la commission des Relations étrangères du Sénat et la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants une version actualisée du rapport qui inclut tout développement significatif lié à l'assassinat du président d'Haïti Jovenel Moïse. Le rapport exigé, a spécifié cette loi, doit inclure une description détaillée des événements qui ont conduit à l'assassinat du président Jovenel Moïse, une description et un résumé de l'enquête, une identification des dates clés et les noms des personnes étrangères liées à l'assassinat et à l'enquête sur l’assassinat. Une description du soutien apporté par les États-Unis aux efforts déployés par les autorités haïtiennes pour enquêter sur l'assassinat du président Jovenel Moïse, une  évaluation de l'indépendance et de la capacité des autorités haïtiennes à enquêter sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. Une description de l'existence de toute personnes étrangères précédemment employées par ou ayant servi de contracteur ou d'informateur pour le gouvernement des États-Unis américain impliquées dans l'assassinat du Jovenel Moïse. Cette loi veut aussi que les parlementaires américains obtiennent également une description et l'identification des personnes étrangères impliquées dans l'exécution et la planification de l'assassinat de l'ancien président Jovenel Moïse et une évaluation des intentions de ces personnes étrangères.

Jean Daniel Sénat et Roberson Alphonse

Jean Daniel Sénat et Roberson Alphonse
Auteur


Réagir à cet article