Plus de 40 morts dans l’explosion d’un camion de carburant au Cap-Haïtien

Publié le 2021-12-14 | lenouvelliste.com

Les blessés se comptent par dizaine au principal centre hospitalier de la deuxième ville du pays, après l’explosion, d’un camion-citerne transportant du carburant, dans la zone de Samarie, entrée est de la ville du Cap-Haïtien.
La plupart des blessés sont « hospitalisés» dans la cour de l’hôpital, faute d’espace. Sur place, le Dr Calhil Turenne lance des alertes.

« On a besoin de gaz, de serum, d'ntracats… On est débordé », déplore le médecin.

Des alertes relayées par la présidente de la commission municipale de la ville, Yvrose Pierre, qui fait le contact avec les médias et les journalistes mobilisés en la circonstance.

« L’hôpital Justinien est à bout de souffle…. Il nous faut un « Kout Men » pressant pour sauver les rescapés».
Le constat n’est pas différent à l’hôpital de la Convention Baptiste d’Haïti ( HCBH. ) à Carrefour La Mort ( rebaptisé Carrefour La vie par les riverains).

« Pour l’heure, on a reçu quelques 10 blessés, probablement venus d’autres centres hospitaliers, parce la plupart d’entre eux sont munis de sérums», rapporte le Dr Euclide Toussaint, directeur de l’HCBH.

L’incendie s’est déclaré aux environs de minuit, rapporte le délégué départemental Pierrot Augustin qui a déploré l’incident. « C’est bien dommage, la ville n’était pas préparée à ce genre de tragédie», se plaint le représentant de l’exécutif dans le nord qui n’était pas en mesure de dresser un bilan de l’incendie.

Également sur place, Patrick Almonor, un des membres de la commission communale du Cap-Haïtien, raconte que des riverains cherchaient à s’approvisionner en carburant après un accident du camion-citerne qui voulait épargner une motocyclette.

« Les riverains ont afflué vers le camion lorsque l’explosion s’est produite », rapporte Patrick Almonor.

Dans les environs immédiats de l’incendie, 40 corps calcinés gisaient sur le sol, parmi eux plusieurs femmes et enfants. « L’on est loin de faire un bilan, à pareille heure car il doit y avoir des morts à l’intérieur des maisons incendiées», rapporte un sappeur-pompier.

« On a connu l’enfer!», rapportent des riverains 

« J’étais en plein sommeil, aux environs de minuit 30, lorsqu’on m’a réveillé pour m’alerter de l’incendie», raconte Calixte, un riverain de Nan Bannan’n, un quartier limitrophe. Selon ce chauffeur de tap-tap, le camion a d’abord chaviré et plusieurs passants en ont profité pour remplir des récipients, lorsque l’explosion a eu lieu.

Pieds nus, Darline raconte avoir eu le temps de bénéficier de cette « manne». « Je venais tout juste de profiter de cette manne lorsque le camion a explosé», rapporte la dame, encore sous le choc de l’explosion.
Les sapeurs-pompier se sont succédé pour tenter de circonscrire l’incendie. Pendant plus de trois heures d’horloge, les flammes étaient visibles dans presque tous les recoins de la ville.


Gérard Maxineau
 

Gérard Maxineau gedemax@yahoo.fr 
Auteur


Réagir à cet article