Des migrants haïtiens et centraméricains à destination des États-Unis acceptent de rester au Mexique

Publié le 2021-11-25 | lenouvelliste.com

Des milliers de migrants faisant partie d’une caravane à destination des États-Unis ont conclu un accord avec les autorités mexicaines en vertu duquel ils acceptent de dissoudre leur groupe en échange de visas pour rester au Mexique, a rapporté mardi l’agence de presse Reuters.

«La majorité des migrants dans les caravanes sont soit centraméricains, soit haïtiens», a constaté Reuters, notant que le nombre de migrants haïtiens tentant d'entrer aux États-Unis a chuté en octobre dernier.

Cependant les experts en migration ont averti que potentiellement plus de 100 000 Haïtiens et enfants d'Haïtiens nés en Amérique du Sud sont actuellement en transit à travers l'Amérique centrale et le Mexique.

Pourtant les conditions en Amérique centrale et en Haïti – et pour les réfugiés haïtiens en Amérique du Sud – se sont aggravées en raison d'une combinaison de facteurs, y compris la pandémie de coronavirus, et les flux devraient se poursuivre.

La caravane est l'un des deux grands groupes de migrants, dont beaucoup d'Amérique centrale et des Caraïbes, qui ont quitté la ville méridionale de Tapachula ces dernières semaines pour entreprendre à pied le long voyage vers le nord en direction de la frontière américaine avec des familles comprenant de jeunes enfants.

Les migrants de la caravane qui ont quitté Tapachula la semaine dernière ont accepté une proposition du gouvernement de «démarrer le processus qui leur permettra de régulariser leur statut juridique», selon un communiqué conjoint du ministère de l'Intérieur et de l'Institut national des migrations.

Mardi, ce groupe avait progressé jusqu'à la ville de Mapastepec dans l'État méridional du Chiapas, sous la direction de l'organisateur de la caravane Luis Garcia Villagran du groupe de défense Pueblo Sin Fronteras.

Luis Garcia Villagran de Pueblo Sin Fronteras, l'un des organisateurs de la caravane, a déclaré à Reuters que le groupe avait conclu un accord avec le gouvernement mexicain qui permet aux migrants de s'installer dans plusieurs États mexicains en échange d'une promesse de ne pas organiser de futures caravanes.

L'Institut national des migrations du Mexique (INM) a déclaré, dans un communiqué, que les autorités et les migrants étaient parvenus à un accord pour leur réinstallation moyennant des visas humanitaires.

En effet, le Mexique a également proposé d'héberger les migrants dans des refuges gérés par l'institut de protection sociale du pays, tant qu'ils restent dans les États dans lesquels ils sont réinstallés.

Les États choisis se trouvent tous dans le centre et le sud du Mexique, loin des frontières avec le Guatemala et les États-Unis.

Le directeur général de la Coordination des bureaux de représentation de l'INM, Héctor Martínez Castuera, a souligné que le dialogue et les accords conclus ont eu pour témoins des représentants de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) et de la Commission nationale des droits de l'homme (CEDH) .

Dans une interview, relayée sur le site de l’INM, l'officiel fédéral mexicain a dévoilé les engagements pris avec les étrangers qui ont accepté de suspendre la caravane et, avec elle, le risque qu'elle faisait courir aux mineurs, aux femmes, aux adultes, aux malades ou aux personnes handicapées :

Le transfert vers les entités et villes suivantes du pays : Puebla, Querétaro, Hidalgo, État de Mexico, Michoacán, Guerrero, Colima, Jalisco et Guanajuato (au siège de León et San Miguel de Allende).

Dans chaque bureau de représentation INM dans les entités de destination, une carte de visite pour raisons humanitaires leur sera délivrée.

Offrir un hébergement dans des refuges du Système de développement intégral de la famille (DIF) ou de la société civile, tant qu'ils restent dans la localité.

Installer 10 tables de service, dans le dôme du terrain de football du quartier Santa Cruz de la municipalité de Mapstepec, pour l'enregistrement des migrants qui font l'objet de cet accord, dans lequel la priorité est donnée aux femmes enceintes et à leur noyau familial ; à ceux qui ont une procédure résolue par la Commission mexicaine d'aide aux réfugiés (Comar) et à leur noyau familial, et aux étrangers en situation de vulnérabilité et à leur noyau familial.

Le responsable mexicain des migrations a déclaré qu'un groupe de migrants d'Haïti et du Honduras avait été emmené mardi dans l'État de Guanajuato à environ 1 000 km.

Le Mexique a renforcé l’application de la loi sur la migration et son système d'asile ces dernières années, les administrations Biden et Trump ayant toutes deux demandé au pays de jouer un rôle plus actif dans la gestion des flux migratoires de la région.

Sources combinées



Réagir à cet article