DIALOGUE NATIONAL DANS LA DIASPORA

Une victoire, droit au but !

Publié le 2021-11-23 | lenouvelliste.com

Raymond Jean-Louis
La Coalition pour la Défense du Sport National (CODESNA) a atteint son objectif en concrétisant le projet "DIALOGUE NATIONAL DU FOOTBALL HAÏTIEN" dans la diaspora. C'est le triomphe de la foi et de la solidarité face à un flagrant "mur de silence". Pourtant, aujourd'hui à tous les niveaux dans notre pays fragile, on ne peut prétendre avancer en fermant les portes de la concertation.
Après le lancement du projet le 4 août 2021 dans les colonnes de la rubrique "Au coin de la pensée", l'un de mes fidèles partenaires sur le terrain du militantisme intégral m'avait conseillé de ne pas m'engager sur cette piste, parce qu'il craignait un éventuel échec, compte tenu de l'épaisseur des dossiers du football. Le sceau de la confiance couronnait ma reponse : "Je te rappelle que, sur le terrain du service authentique, le militant sportif RJL n'a jamais flirté avec la défaite". D'ailleurs, le "vrai croyant doit enfiler le manteau du positivisme en tout lieu".
Pour gagner dans toute entreprise digne de ce nom, il faut "aller droit au but". Ainsi, le 11 août 2021, la CODESNA confirma l'organisation de la première phase du Dialogue National dans la "diaspora profonde". Une semaine plus tard, c'était l'itinéraire des séances de concertation : du 25 septembre au 31 octobre 2021. Un épais calendrier pour les pilotes et les éclaireurs de ce concert sportif dans la diaspora.
Le bateau étant prêt à décoller, de fidèles collaborateurs montèrent à bord quelques jours plus tard, notamment Roland Jérome, Herby Richemond, Jean-Ernst Jean-Louis, Duardy Franck, Patricia Zidor et Sergo Jérome à Miami (Florida), Renel Louidor, Bernard Talent et Fito Antoine à Brooklyn (New-York), Bernard Toussaint, Guy Cassamajor et Rony Marcellus à Stamford (Connecticut), Manette "Lia" Dorvilus à Jacksonville (Florida), Patrice François et Gérald Auguste à Genêve (Suisse). Toutefois, la volonté étant parfois instable, d'autres n'ont pas resté à bord. Mais cela n'a pas affecté la barre de direction de la machine des "inconditionnels dialogueurs" du 11ème département.
Le football étant une entreprise transversale, le ballon Dialogue National était adressé à tous les sportifs haïtiens, particulièrement les fouteux. La porte de la participation était donc ouverte à tous, parce qu'il n'y a pas de monopole en matière de proposition. Penser autrement, c'est confier à un poisson la mission de nager dans un désert.
Pratiquant la "Formule des 3S" (Sportivité, Sagesse, Solidarité), les premiers pilotes du groupe de combat CODESNA foulèrent la pelouse du Dialogue National avec un "esprit dessalinien". Ils avancèrent à "pas de confiance", malgré les grimaces masquées des uns et le silence des autres. Cela a plutôt renforcé la détermination des défenseurs, des meneurs de jeu et des attaquants de la coalition du Dialogue National.
L'intégration des pilotes Clark Moise Philogène (Buenos-Aires, Argentine), Patrice François (Genêve, Suisse) et Stanley Movil (Sao Paulo, Brésil) a considérablement augmenté la capacité offensive de cette équipe de concertation. Armés de leur plume et de leur conviction, ils ont accordé leurs partitions avec les éclaireurs et les pilotes du Dialogue National aux États-Unis. C'est donc le triomphe de la persévérance, de la confiance et de l'unité.
En définitive, sept (7) villes de la diaspora ont déposé leurs "propositions collectives" sur le compte de la CODESNA : Miami, Buenos-Aires, Stamford, Genêve, Brooklyn, Sao Paulo et Jacksonville. On espérait plus de participants, il est vrai. Mais c'est le critère "PROPOSITIONS SEULEMENT" qui est à la base de plusieurs forfaits involontaires. Après la fermeture officielle des opérations du Dialogue National (10 novembre), le directeur de la banque de la CODESNA, Herby Richemond, a précisé que le livret ou le bulletin des "propositions collectives" sera publié avant le 15 décembre 2021.
Pendant trois (3) mois, du 11 août au 10 novembre 2021, le cortège du Dialogue National a donc couvert des milliers de kilomètres sur plusieurs boulevards footballistiques de la diaspora profonde. Dans la loge de la planification où les premiers pilotes exposèrent avec assurance les objectifs de cette combite sportive bleu et rouge, je ne cessais d'entonner la dernière strophe du #318 des Hymnes et Louanges : 
"Tu me donnes toujours selon ma confiance
Quand j'ai tout demandé, n'ai-je pas tout reçu ?
Avec Toi, tout triomphe est assuré d'avance
Quand on est sûr de vaincre, on a déjà vaincu".

Raymond Jean-Louis, Militant sportif inconditionnel, Journaliste sportif chrétien
Auteur


Réagir à cet article