Autonomie financière des collectivités territoriales et le développement local

Publié le 2021-11-23 | lenouvelliste.com

Le jeune chercheur Eden Valesco Saint-Louis a soutenu avec succès son mémoire de licence à l'Institut d'Études et de Recherches africaines d'Haïti (IERAH/ISERSS), entité de l'Université d'État d'Haïti (UEH), le mercredi 17 novembre 2021. « Autonomie financière des collectivités territoriales et développement local : cas de la commune de Plaisance du Nord», tel a été le sujet autour duquel M. Saint-Louis a présenté son mémoire.

Devant un jury formé  du chef du département de philosophie et science politiques de L'IERAH, le professeur Marc Hugo RENAUDIN, président; le professeur Jean Odelin CASSEUS, Ph.D, lecteur critique, et la professeure Venise Dubique GUITEAU, Ph.D , directrice de mémoire, M. SAINT-LOUIS est dorénavant licencié en philosophie et science politique avec la mention «Très bien».

Ce travail titanesque comprend deux grandes  parties. D'une part, le jeune chercheur a abordé la question de la décentralisation, du développement local, de la gestion légitime des ressources locales et les paramètres de développement local afin de voir si ces éléments permettraient d'engager un processus de développement qui puisse répondre aux aspirations de la population locale. D'autre part, il a examiné la question de la décentralisation en Haïti, l'autonomie financière des collectivités territoriales, les actions de développement de la commune de Plaisance, sa ville natale.

Dans ce mémoire, le natif de Plaisance du Nord, passionné du développement local, a montré, entre autres, l'importance de l'autonomie financière des collectivités territoriales, les difficultés relatives au développement local et les raisons pour lesquelles les politiques fiscales des collectivités territoriales devraient être indépendantes des recettes de l'État.

Lauréat du département de philosophie et des sciences politiques de l'IERAH,  ce jeune chercheur est aussi le premier étudiant à avoir soutenu son mémoire pour l'obtention de sa licence pour la promotion 2016-2020 dudit institut. Dans son travail, il a confirmé son hypothèse selon laquelle l'autonomie financière des collectivités territoriales s'avèrerait difficile sans le respect des prescrits constitutionnels sur la décentralisation et le décaissement des allocations budgétaires relatives aux collectivités telle que prévue par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT) aux fins de déclencher le développement local dans les collectivités territoriales.

Dans la soutenance, le mercredi 17 novembre, le jury a été ébloui  de la manière dont M. Saint-Louis a maîtrisé le sujet. Il connaît les problèmes auxquels les collectivités territoriales font face comme le fond de sa poche. À noter que ces problèmes graves ne datent pas d'hier.

Dans son travail, le passionné du développement local a non seulement indexé l'État pour ses bévues et irrégularités, mais il a aussi fait des propositions et suggestions, parmi lesquelles nous pouvons citer:

- L'État doit élaborer une politique fiscale en Haïti en vue de l'autonomie effective des collectivités territoriales;

-L'amélioration de l'efficacité de la décentralisation par la formation des fonctionnaires des mairies et par la stabilité de leur emploi;

-L'élaboration du budget pour les institutions décentralisées;

-Le contrôle rigide des collectes de fonds et dépenses dans les administrations décentralisées;

-L'obtention d'un personnel qualifié;

-Un système décentralisé efficient et une bonne gouvernance locale peuvent contribuer au développement économique et social d'Haïti;

-Revoir le mode de coopération avec les ONG en leur assigner des missions;

- La mise à jour des taux d'impôts;

-Agir sur notre système éducatif et sur notre culture, qui sont les moules généralement utilisés pour forger les citoyens d'une société. Il nous faut en effet un système éducatif qui inculque des valeurs nouvelles et la responsabilité citoyenne;

-Améliorer substantiellement les conditions d'existence et le cadre de vie de l'ensemble de la population communale et diminuer les inégalités intra-communales à travers une politique de gouvernance locale efficace et équitable de réduction de l'extrême précarité économique, d'accès minimum et accru aux services sociaux, d'aménagement du territoire sur la base d'une valorisation des compétences locales susceptibles de produire un développement soutenu.

Le jeune chercheur souhaite que son travail soit un élément déclencheur pour un autre regard ou d'autres réflexions sur la situation des collectivités territoriales. << L'étude du sujet a permis de mieux comprendre le fonctionnement des collectivités territoriales, a-t-il déclaré. Elle n'est pas incritiquable ou indiscutable, mais peut être l'objet d'une réflexion plus approfondie sur les collectivités territoriales et le développement local».

M. Saint-Louis croit qu'en dépit des limites de son travail de recherche, il contribuera à l'alimentation des débats sur le développement local en Haïti. 

Nazaire Joinville

jeanjuniornazairejoinville@gmail.com

Auteur


Réagir à cet article