Cantave K renonce à la médecine pour la comédie

De la Faculté de médecine d'une université privée à Port-au-Prince à une école de théâtre, Cantave K a suivi sa voie pour devenir cet humoriste qui déclenche les fous rires des internautes.

Publié le 2021-10-12 | lenouvelliste.com

Certains le qualifieraient de fou. Laisser tomber la médecine pour l’humour dans un pays comme Haïti où l’art peine à nourrir convenablement l’artiste, sauf une tête fêlée prendrait une telle décision. Mais que serait bien la vie sans ces élans de folie qui nous conduisent vers nos propres rêves ? Cantave K n’a jamais voulu, en réalité, porter la blouse blanche et le stéthoscope. Il réalisait plutôt le rêve de son père.

« En fait, depuis l’enfance, il a toujours été question que je devienne médecin. J’ai jeté mon dévolu sur la médecine à cause de mon père. C’est ce dont ma famille a toujours souhaité pour moi. Figurez-vous bien que je me préparais déjà pour le concours d’admission de la fac dès la classe de seconde ? Aussi paradoxale que cela puisse paraitre, je négligeais même mes études classiques afin de préparer mes études universitaires », ironise-t-il.

Kerven Cantave a quand même essayé de plaire à papa. Il s’inscrit à l’université de la Fondation du Dr Aristide et se prépare en conséquence pour subir les examens d’admissions. A savoir : passer des nuits blanches à tout mémoriser, se réveiller de très tôt et faire le trajet de Carrefour à Damien pour les cours dispensés à la pré-fac. Des sacrifices qui ont fini par payer. Le jeune Carrefouois est admis et intègre la faculté de médecine de l’UNIFA. Le futur Dr Cantave est en préparation. Sur le regard admiratif de son paternel, sans doute. Toutefois, dans ce centre universitaire de Tabarre, il fera tout sauf la médecine. Il passera sa première année dans la peau de l’animateur qu’il a toujours été et découvrira que le monde médical et lui ne feront définitivement pas la paire.

« Après mes études classiques, j’ai intégré la faculté de médecine où j’animais toutes les activités. J’étais très populaire et président de ma promotion. De fait, à l’université, je continuais à être Cantave K, mon nom de scène depuis l’école classique. Après seulement une année, j’avais donc compris que la médecine n’était pas ma voie. J’ai dit à papa que j’allais tout abandonner. Il était quand même déçu de ma décision, mais il a fini par l’accepter. Fini avec la médecine, je me suis inscrit à l’école de formation d’acteurs ACTE, sans dire cependant à mon père qu'il s’agissait d’une école de théâtre. Je lui disais que je faisais de la communication », confie celui qui avait pour slogan : « Cantave K, le plus jeune animateur de Carrefour ».

Des regrets ? « Même pas une seconde. Je te le jure. Même pas une seconde », lance-t-il tout de go. A l’écouter, s’il était encore confronté à un tel choix aujourd’hui, il choisirait encore l’humour. Envers et contre tous. Il poursuit : « Il n’y a pas moyen. J’aime ce que je fais et je m’y sens bien. Je ne regrette rien et je suis très fier de la décision que j’ai prise il y a des années. J’ai peut-être encore beaucoup à faire pour ma famille qui attend davantage de moi, que je réalise quelque chose de concret et que je les soutienne. Mais aucun regret ».

L’humour pour toujours et à jamais, le poulain de la comédienne Gaëlle Bien-Aimé vit en corrélation avec son dada préféré. « L’humour me représente. Et moi, je représente l’humour. C’est pour moi un moyen d’expression. Il me permet à la fois de me détendre et de détendre les autres, de réfléchir sur certains problèmes et pouvoir partager ensuite ces réflexions avec un public », explique l’artiste de 25 ans, qui ne s’attache pas pour autant à aucun modèle en particulier. 

« De par tempérament , je n’aime pas m’attacher à un modèle-type. Disons de préférence que je puise dans plusieurs humoristes. N’empêche que j’ai aussi des préférences pour Trevor Noah, Dave Chappelle, Gad Elmaleh, Chris Rock et Roman Frayssinet », indique-t-il.

Pour distraire les internautes, le natif de la Vierge se met dans la peau de différents personnages. Il est tantôt le savant philosophe Socrate qui questionne tout, tantôt le « Raketè » qui offre ses maints services au plus offrant, ou encore celui capable de voyager dans le temps. Ils servent tous de support à son art. 

« Je tire mon inspiration de la réalité. Une réalité dont les faits qui en découlent veulent dire quelque chose, qui, quelque part m’interpelle », explique l’ancien élève de l’Institution Chrétienne d’Haïti, qui promet d’autres personnages pour bientôt.

Cantave K et le cinéma

L’auteur du stand-up « Follow Cantave K » détient plusieurs cordes à son arc. Kerven Cantave est aussi acteur. Il a fait ses premiers pas dans le cinéma grâce au film Freda de la réalisatrice Gessica Généus, dans lequel il a tenu le rôle de Moïse. Un premier pas, vraiment pas comme les autres. Puisqu’il y a quelques mois, notamment en juillet 2021, ce long-métrage l’a conduit au festival international du film de Cannes. « Une expérience inoubliable », décrit-il.

« Cannes c’était une très belle expérience. C’était mon premier voyage et mon premier voyage en France. C’était aussi mon premier film et mon premier festival de Cannes. L’accueil qu’a reçu le film était impressionnant. J’ai fait beaucoup de découvertes. J’ai lié connaissances avec d’autres cultures », se rappelle-t-il.

Si on ignore encore le prochain scénario qui le conduira à nouveau à l’écran, on sait cependant qu'il est en train de remanier son stand-up « Follow Cantave K », présenté en décembre 2020. « Je prévois de faire le spectacle en décembre prochain. Ce show  n’a certes pas été épuisé, toutefois, j’y ai ajouté quelques nouveautés. Ce ne sera du tout pas la même chose », avance l’homme comique qui se passionne également de la mode. À un point qu’il peut passer toute une journée à la maison à essayer des vêtements comme s’il était au magasin. 

On sait aussi que Cantave K souhaite atteindre d’autres marchés avec son humour débordant. C’est pourquoi il s’attelle à apprendre l’anglais et l’espagnol. « Mon objectif a toujours été le monde », dit-il, en misant encore sur son choix de cœur pour parvenir à ses fins.



Réagir à cet article