A la recherche d’un leader… vous reconnaissez-vous ?

Publié le 2021-10-12 | lenouvelliste.com

1986-2021 : 35 ans se sont écoulés ! En 1986, notre “Haïti chérie” se croyait libérée. En 2021, près de deux générations après, le pays offre l’image d’un laissé- pour- compte. Alors Haïti affiche un avis de « recrutement ». Eh oui, Haïti est à la recherche d’un leader pouvant dire non à l'ingérence, non à une tutelle officieuse ou officielle, non à l'impunité, non à l'insécurité, non à un État paria. Haïti veut « embaucher » un leader capable de sortir les pauvres haïtiens de leur incapacité à subvenir aux besoins primaires, c’est - à -dire pouvant les faire émerger de leur infortune, en leur montrant la voie qui conduit à un mieux- être.

Haïti a besoin d’un rassembleur pouvant mettre ensemble les différents représentants de toutes les couches sociales, de la classe politique, de la société civile, de la classe paysanne ou autres - quelles que soient leurs tendances ou leurs convictions afin d’ouvrir une grande avenue sur le développement, la sécurité et la paix. Cet individu sera un modèle, un mentor et “n’exercera pas un pouvoir autoritaire ou dominant sur ceux qui lui sont échus”.

Haïti veut recruter une personne crédible, assez forte de tempérament, ayant une colonne bien fonctionnelle, c'est-à-dire pouvant se tenir droit en face d’un interlocuteur qui paraît plus fort que lui et qui tente de lui faire courber l'échine.

Haïti désire trouver un patriote “national” qui privilégiera les intérêts de la nation ainsi que les besoins de la majorité ; Haïti a besoin d’un « chef » qui accepte de servir son peuple et non d'être servi par ce dernier. Haïti voit en ce leader un citoyen disposant de savoir -vivre, de savoir -faire et d’autres aptitudes qui incitent et encouragent le peuple à reconstruire la nation et à respecter les biens de l’État ainsi que les biens d’autrui. Haïti souhaite que ce leader soit un technocrate qui reconnaît que l'identité nationale est à promouvoir et même à “catapulter” au besoin.

Haïti veut un leader qui n’a jamais pataugé dans la corruption, cette fange qui détruit l’image du pays parce réduisant le peuple au chômage. Il veillera sur Haïti et son peuple et les guidera non pas par « contrainte mais volontairement, non pour un gain sordide mais avec dévouement". Ce leader aura à refonder l’État et à promouvoir l'État de droit. Le leader sera un individu responsable qui n’aura pas peur de fixer les responsabilités de celles et de ceux qui ont galvaudé les finances de la République. Il visera à traîner devant la justice petits et grands impliqués dans le gaspillage des biens de l’État et en particulier les fonds Petrocaribe, ceux de Dermalog, ou tout autre dossier financier dénoncé par la clameur publique ; il adressera et résoudra le problème des évasions fiscales, des surfacturations, ou de toutes autres formes d’abus financiers.

Le leader se distinguera de ces politiques traditionnels qui pratiquent la politique « Ôte-toi que je m’y mette » et que je te dépasse en devenant ce "grand maître- voleur qui joue de mauvais tours “au peuple vulnérable. Rien de plus.

Ils ont volé et gaspillé la révolution du peuple. Dans leurs luttes pour le pouvoir - juste pour s'enrichir- ils ont mené le pays à une injuste déchéance. Certains ont vendu leur âme et le pays aux organisations internationales et aux ennemis qu’ils dénonçaient. Haïti vomit cette classe politique et déclare qu’elle les interdit de briguer des postes électifs et leur annonce qu’elle met fin aux « postes sélectifs » ; ces démagogues sont obligés de se dénoncer eux- mêmes, de renoncer à leurs vaines œuvres qui ont causé la faillite du pays où s’est développée une race de barbares locaux et étrangers. En capitulant, ils expieront leurs fautes envers le peuple haïtien qu’ils ont longtemps agacé, sinon ils feront face aux accusations du peuple haïtien qui portera plainte... sans nul doute, il y aura des conséquences.

Depuis 1986,” la chance n’a fait que passer”, elle ne s’est jamais attardée n’ayant trouvé personne pour l’accueillir. Les politiques sont si occupés à accumuler les biens de l’État, qu'ils n’ont pas le temps de se préoccuper de “la chance” de passer dans l’histoire, comme des leaders qui ont conduit une nouvelle révolution socio-économique tant attendue. Ils ont raté la “chance qui passait “car passant leur temps dans des dilatoires sous forme de dialogues creux qui maintiennent le peuple dans ses guenilles, affamés et avec un ventre creux.

Ceci dit, ces gens qui ont fait de la politique un tremplin vers une réussite financière ou un semblant de transfert de classe, feront leur mea culpa et prendront leur retraite en tirant humblement la révérence, mettant ainsi fin à leur irrévérence vis- à- vis de la patrie, à leurs mauvaises manœuvres aussi bien qu’à celles des traîtres qui siégeaient au milieu d’eux. En effet, ils se retireront tranquillement car ils ont échoué sur toute la ligne. Leur partition est discordante de nos jours parce qu’elle ne s’accorde pas à celle de la nation entière. Le peuple a essayé d'emboîter le pas depuis 1986, et malheureusement de nombreuses âmes sont passées de vie à trépas. Ainsi, le peuple réclame du sang neuf pour assurer la relève afin qu’il se relève.

 Le leader doit se rappeler du 1er Janvier 1804, souvenir glorieux pour Haïti mais rappel désastreux, monstrueux pour tous ceux qui refusent encore d’accepter que le pays est indépendant- indépendance qui a été acquise et scellée dans le sang et par le sang de nos braves ancêtres. Il doit faire comprendre à tous ces soi-disant amis -et surtout à celui qui nous a fait payer une forte somme- parce que nous nous sommes soulevés et affranchis de l’esclavage- que “du sol nous sommes seuls maîtres”. Si pour cet "ami'' il est bon et c'est même une fierté de scander constamment : ”Quoi, des cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers ! Quoi ! Des phalanges mercenaires terrasseraient nos fiers guerriers ! Dieu ! Nos mains seraient enchaînées ! Nos fronts sous le joug se ploieraient ! De vils despotes deviendraient les maîtres de nos destinées !”, pour les haïtiens, c’est aussi une gloire d’entonner : “Pour le Pays et pour nos Pères, formons des Fils, formons des Fils, libres, forts et prospères … Notre passé nous crie : "Ayez l'âme aguerrie !”

Haïti cherche et est confiante de trouver ce leader car il existe. Les gens honnêtes émergeront ! Beaucoup d’individus, certainement, répondent au profil du leader recherché mais ils ne sont pas remarqués parce qu’ils se sont démarqués ; ils ont refusé d’être souillés par la boue immonde de la politique et ils se sont écartés de la” crotte” politique. Alors c’est le moment ! Que leurs cœurs ne se troublent point car, ayant pris assez de recul, ils ont réussi à éviter cette souille créée par leurs prédécesseurs. Haïti leur souhaite la bienvenue et déclare : Que le meilleur monte au créneau pour tirer le pays du marasme et que ses idéaux triomphent ! Ainsi les états au nord qui guettent Haïti sans relâche, lâcheront “Nous louons le pouvoir qui vous fait et qui protège votre nation”.

Si vous êtes mou et lâche, si vous attendez qu’on vous dicte une attitude à tenir, si vous êtes de ceux qui nonchalamment restent les bras croisés, comptant principalement sur l’appui étranger et guettant l'arrivée de cette feuille de route venant de loin et non de l’intérieur ou encore de vos proches haïtiens, si vous n’avez pas le courage de dire non aux grands qui asservissent et tyrannisent surtout quand ce “non” traduit une autorité suprême et défend la souveraineté du peuple haïtien, si vous ne pouvez pas faire la leçon aux instances internationales en défendant le principe que toutes les nations ont les mêmes droits, si vous êtes narcissique et êtes incapable de sortir des ténèbres de votre égoïsme, de vos erreurs et de vos entêtements, si vous êtes un manipulateur populiste qui “manie ”des mots uniquement pour gravir des échelons et satisfaire vos ambitions, s’il vous est impossible de vous départir de l’esprit de lucre, de votre cupidité, si vous êtes enclin à la vengeance ou à la nuisance, à l’oppression ou à l’exclusion , si.... Alors passez votre chemin, vous n'êtes pas éligible.

En quelques mots, Haïti demande et crie : "Donnez-moi la chance de saisir la chance qui repasse”.

 A suivre…. (Feuille de route du leader)

Dr. Winie E. Robin

camelotlancelot@yahoo.com

Conférence Nationale : Sauver Haïti (Facebook)

Dr. Winie E. Robin
Auteur


Réagir à cet article