Explosion du coût du transport de marchandises, de graves conséquences à redouter sur le marché local

Les prix du transport maritime ont pratiquement explosé, en l’espace de quelques mois, dans certains ports, révèle Manuel de Heusch-Desquiron de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ouest (CCIO).

Publié le 2021-10-12 | lenouvelliste.com

Le coût du transport maritime a complètement explosé ces derniers temps. « Nous avons un phénomène de prix  de transport qui a quadruplé dans certains ports. Par exemple en Chine, le prix de certains conteneurs que nous payions 2 000 à 2 800 dollars grimpe à 16 à 20 000 dollars », affirme Manuel de Heusch-Desquiron, homme d’affaires et trésorier adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ouest (CCIO), qui intervenait à l’émission Panel Magik, le jeudi 10 octobre 2021. Selon lui, le coût des marchandises a augmenté non seulement en Chine, mais aussi au Brésil ou en Europe où elles sont quatre fois plus chères.

La Covid-19 est grandement responsable de cette hausse au niveau des frets, si l’on en croit M. de Heusch-Desquiron. « À cause de la Covid-19, beaucoup de ports ont dû fermer en Chine. Il faut savoir que sur les 10 plus grands ports au niveau mondial, huit sont en Chine. […]. Beaucoup d’usines ont dû par ailleurs fermer leurs portes durant la pandémie. Elles n’avaient donc pas de marchandises et quand elles en avaient finalement la Covid a régressé par rapport à la vaccination ; survient alors une demande exagérée pour l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud », explique l’homme d’affaires.

Augmentation du coût du transport maritime, manque de production en Chine, augmentation de la demande, augmentation du prix du gaz naturel, une situation qui, prévient Manuel de Heusch-Desquiron, va provoquer une augmentation des prix des produits dans le pays. « Il ne faut pas oublier que, non seulement on paie le transport plus cher, mais en Haïti nous payons des taxes douanières sur le prix du transport et des marchandises. Tout cela a un impact colossal », déclare l’homme d’affaires, qui croit que cela va affecter le pays sur toute la chaîne des produits utilisés.

Cette situation peut provoquer de la pénurie et du retard dans l’approvisionnement des produits. « Il existe plusieurs phénomènes de pénurie. Certaines usines en Amérique du Sud et en Europe ne peuvent pas produire assez ; c'est qu'il y a l’explosion de la demande sur tous les marchés. Ce qui arrive maintenant, les bateaux sont remplis ; les vides sont envoyés en Chine. Donc pas de moyens d’acheter des marchandises ; si vous voulez acheter 10 conteneurs, vous pouvez en trouver quatre ou cinq », révèle Heusch-Desquiron. « Il y a un autre phénomène, si vous faites une analyse, on passe d’un fret de 2 800 dollars à un fret de 15 à 20 000. Vous allez réfléchir avant de passer vos commandes en espérant que la situation évoluera », ajoute-t-il.

Selon toutes les prévisions des experts dans le domaine, soutient l’homme d’affaires, il faut attendre au moins six mois pour envisager un retour à la normale. Cependant, le pays va ressentir les répercussions dans l’immédiat, surtout qu’on avance vers la fin de l’année, fait savoir Manuel de Heusch-Desquiron. L’homme d’affaires croit cependant que cette situation se révèle une opportunité pour le pays pour booster la production locale. « Nous devons changer notre menu pour revenir aux haricots locaux, au maïs local… C’est une opportunité de pousser l’agriculture en vue de faire face à cette inflation », préconise-t-il.

Le trésorier adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ouest tire in fine la sonnette d’alarme par rapport à l’insécurité et la prolifération des gangs qui, selon lui, peuvent à tout moment bloquer le pays en provoquant une pénurie dans tous les domaines. Monsieur de Heusch-Desquiron dit espérer que les autorités honoreront leurs promesses et résoudront une bonne fois pour toutes ce problème.



Réagir à cet article