Miss Monde Haïti 2021 : À la rencontre des finalistes

La grande finale du concours Miss Monde Haïti 2021 aura lieu le dimanche 3 octobre au Karibe Convention Center. Laquelle finale permettra à l’une des 8 jeunes filles finalistes de ce concours d’être élue Miss Monde Haïti avec la charge de représenter le pays à Porto Rico en décembre prochain à Miss Monde International 2021. Qui sont-elles ? Quel a été leur leitmotiv ? Pourquoi souhaitent-elles devenir la Miss Monde Haïti de cette année ? Ticket vous fait rencontrer ces postulantes.

Publié le 2021-10-02 | lenouvelliste.com


Esther Michel

Esther Michel se présente comme une très belle tête de femme, introvertie parfois, ouverte, gentille, intelligente, sympathique, avec un penchant pour la nature, la lecture, la mer… Du haut de ses 20 ans, elle est mannequin, actrice et a étudié le secrétariat trilingue. La jeune postulante poursuit actuellement des études en comptabilité. Pour Esther, participer à un tel concours a toujours été un rêve depuis son plus jeune âge en vue d’extérioriser ses capacités, son talent. En ce qui a trait à la cause à défendre, la jeune fille, qui confie avoir failli être victime, entend mener sa lutte contre les violences faites aux femmes qui selon elle, sont souvent la proie d’agresseurs agissant en toute impunité en Haïti. Esther Michel se voit déjà comme la future Miss Monde Haïti. Pour corroborer son idée, elle s’appuie sur son authenticité, son originalité, sa beauté, sa corpulence.

Fabienne V. Auguste

Danseuse, photographe, vidéographe… Fabienne Vicière Auguste, 20 ans, se présente comme une fille super créative qui œuvre déjà dans plusieurs fondations dont l’une supporte les femmes et les enfants. La native de Côtes-de-Fer dit aimer créer l’ambiance autour d’elle et se dit apte à comprendre la réaction des gens de son entourage. Enfant, ses problèmes de mémoire lui ont compliqué la tâche à l’école, mais elle ne s’est pas laissé vaincre, confie-t-elle. Celle qui compte entamer l’an prochain des études en Life coaching entend à travers ce concours être une défenseure de la cause des enfants. Fabienne Auguste pense que ce sera elle la Miss Monde Haïti pour cette année. « Je suis très sociable, je m’entends très bien avec beaucoup de personnes et j’ai les compétences nécessaires pour représenter Haïti à l’échelle internationale. J'ai beaucoup de talents et je pose ma pierre en aidant des enfants pour une meilleure société », a-t-elle ajouté d’un ton sérieux.

Samanta César

Elle s’appelle Samanta César, 23 ans, diplômée en communication sociale, également étudiante en sciences administratives. Créative et laborieuse, elle dit vendre des « pate kòde » en vue de financer l’un de ses projets qui est d’officialiser une marque de parfum. À un moment où le réchauffement climatique intéresse plus d’un dans le monde, Samanta entend, elle aussi, apporter sa contribution dans cette lutte. Elle souhaite mener un plaidoyer pour le respect de l’environnement. Pour preuve, elle dit avoir déjà lancé une activité de reboisement sans compter son programme visant à offrir à l’État des moyens pour promouvoir l’éducation à l’environnement. La Port-au-Princienne veut profiter de son passage à Miss Monde pour se faire une voix et profiter de son influence pour s’impliquer concrètement vers un changement durable en Haïti. 

Mulledina Clerger

Mulledina, pour parler d’elle, a subdivisé sa personnalité en 4 volets : personnel, éducationnel, entrepreneurial et social. Jeune femme de 25 ans issue d’une famille monoparentale dont elle est l’aînée, elle a une licence en communication sociale, un diplôme en « sale and community manager » et un certificat en cuisine diététique. Mulledina dit avoir mis sur pied une petite entreprise chargée de préparer des plats pour aider à maigrir de façon saine. Elle est aussi activiste, féministe qui dit défendre à travers Reine Soleil Haïti la cause des femmes et des filles en vue d’un meilleur épanouissement dans la société. Ouverte, ambitieuse, sociable, Mulledina Clerger n’est pas à court de qualificatifs pour sa personnalité. Et comme toutes les postulantes, en matière de cause à défendre, elle veut faire de l’identité féminine, de l’égalité des chances et de l’équité de genre son cheval de bataille. À la question de savoir ce qui lui fait croire qu’elle est la personne idéale pour devenir la miss monde Haïti 2021, Mulledina Clerger pense qu’elle n’est pas la seule à mériter cette couronne, mais plutôt une potentielle candidate, une favorite par rapport à son expérience dans des compétitions de beauté.

Christelle Duverseau

Originaire des Cayes, courageuse, déterminée, laborieuse, Christelle Duverseau, 20 ans, attribue son courage aux obstacles qu’elle a rencontrés durant son adolescence. Parmi ces dernier, son handicap qui lui a valu d’être discriminée durant une longue période de sa vie. Après avoir terminé ses études classiques en 2019, Christelle dit s’être plongée dans une interrogation sur sa mission en tant que jeune femme et comment elle allait procéder. Celle qui est à présent mannequin, publiciste et chanteuse à ses heures dit avoir décidé de prendre part à ce concours avec pour objectif d’aider des enfants dans des orphelinats, particulièrement ceux vivant avec un handicap. Questionnée sur ce qui fait d’elle la personne idéale, Christelle pense qu’il est important que les jurés choisissent quelqu’un de déterminé, capable et qui a la volonté de prôner nos valeurs à l’échelle internationale. « Je pense que j’ai la capacité intellectuelle, morale et j’ai l’allure pour représenter humblement et faire la fierté de notre pays.

Minouche Pierre Louis    

Licenciée en finance et commerce international à l’Académie nationale diplomatique et consulaire (ANDC), animatrice et présentatrice, mannequin professionnel, miss Saint-Louis du Nord 2010, Minouche Pierre Louis ne manque pas de cordes à son arc. Pour la demoiselle, sa participation au concours Miss Monde Haïti vise à montrer un autre aspect de la femme en dehors de sa beauté : son intelligence. Elle veut donner, selon ses dires, de l’espoir, de la confiance mais surtout de la force aux discriminées de la société, notamment les femmes qui, tout comme elle, ont été victimes de viol. Et ce n’est pas tout, elle entend aussi prôner la couleur locale et la mode haïtienne. Selon Minouche Pierre Louis, le fait qu’on cherche quelqu’un qui a le leadership, qui prône l’ensemble des valeurs du pays, qui se respecte, qui est fier de son pays, qui peut projeter une bonne image à l’échelle internationale la qualifie de candidate idéale pour être élue Miss Monde Haïti 2021.

Erlande Berger

Erlande Berger vient de Port-Salut (département du Sud). 24 ans, diplômée en communication sociale, femme d’affaires, elle dit investir dans plusieurs entreprises dont l’une qu’elle dirige. Elle se présente comme une combattante, prête à lutter pour atteindre ses objectifs. Son passage à ce concours cette année est marqué par sa lutte pour encadrer les enfants démunis, les orphelins. Pour Erlande Berger, cette couronne lui revient. Raison ? « Parce que premièrement, physiquement, oui, je peux et aussi mentalement, je suis prête et je suis très confiante et j’ai un grand cœur. J’aime aider les gens. Miss Monde, c’est la beauté pour une cause. Moi, je pense que ma mission est non seulement d’aider les enfants, mais aussi motiver les jeunes à être beaucoup plus actifs. Si la couronne est sur ma tête, cela veut dire qu’elle est aussi dans le cœur de chaque enfant démuni, chaque orphelin », explique-t-elle.

Richardine Louis Jeune

Née à Petit-Goâve le 5 octobre 1998, Richardine Louis Jeune est étudiante en sciences juridiques. Elle se dit une fille qui croit en ses rêves et qui croit qu’elle a l’obligation de réussir. Celle qui avoue avoir été victime de violence à trois reprises fait de sa situation une véritable raison de combat. Plaidant pour l'égalité entre hommes et femmes, elle promet d’être un projecteur pour faire enfin jaillir la lumière sur les femmes victimes. En quête de se faire un nom, une voix autorisée, Richardine compare Miss Monde Haïti à une porte de sortie pour que beaucoup plus de gens puissent s’imprégner de son combat. Comme chacune des filles, Richardine croit elle aussi qu’elle est la figure idéale pour représenter le pays hors de ses frontières. Elle incombe cette croyance à sa détermination, son engouement pour le travail. « Je crois que ma naissance n’est pas le fruit du hasard, je dois me battre, me battre pour mon pays », estime la jeune finaliste.

En somme, une chose est certaine, à l’issue de la grande finale qui se tiendra le dimanche 3 octobre, l’une d’elles sera sacrée Miss Monde Haïti 2021 et devra représenter Haïti à l’échelle internationale. Cette dernière succédera à Gabriela Clesca Vallejo, Miss Monde Haïti 2019. À bon entendeur, salut !



Réagir à cet article