Assassinat de Jovenel Moïse : Steven Benoit et Youri Latortue auditionnés au parquet

Les anciens sénateurs Youri Latortue et Steven Benoit se sont présentés, le lundi 12 juillet 2021, au parquet du tribunal de première instance de Port-au-Prince pour répondre aux questions du commissaire du gouvernement intérimaire Bed-Ford Claude, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. Après plus de quatre heures d'audition, les leaders politiques ont quitté le Bicentenaire et donné rendez-vous à la presse.

Publié le 2021-07-12 | lenouvelliste.com

Sur invitation du commissaire du gouvernement a.i, Me Bed-Ford Claude, Youri Latortue et Steven Benoit, anciens sénateurs, ont été auditionnés au parquet de Port-au-Prince afin de partager d'éventuelles informations sur l’assassinat du chef de l’État le 7 juillet 2021. Durant environ quatre heures d’horloge, présents au parquet pour être auditionnés, en présence du juge de paix Franz Guillot, ces politiques étaient assistés de leurs avocats. Les leaders politiques étaient les seuls à répondre à cette invitation adressée également à des hommes d’affaires.

« Tout s’est bien passé », a déclaré l’ancien parlementaire Steven Benoit, s’apprêtant à regagner son véhicule au milieu d’une masse de militants. L'homme politique a affirmé avoir répondu à toutes les questions du magistrat et  qu’il était très content de s'être présenté.  Oui, oui, poursuit-il, nous serons toujours là au besoin. « Demain à 11 heures, je donnerai toutes les explications », a conclu l’ancien député et sénateur de la République.

De son côté, Youri Latortue a rapporté avoir dit au commissaire du gouvernement qu’il ignore tout de l’assassinat de Jovenel Moïse. « Nous regrettons l’assassinat du président car nous sommes des démocrates. Nous étions opposés au pouvoir mais, nous de l’opposition, privilégions l’arme de la dialectique ». L'ancien sénateur de la République enchaîne en ces termes : « Dès le matin du 7 juillet nous l’avons condamné à travers une note de la DIRPOD (Direction politique de l’opposition, ndlr) et de toute l’opposition. »

Pour l’ancien sénateur de l’Artibonite, l’important c’est le progrès du pays et des dirigeants capables de donner des résultats. « Ce n’est pas la violence qui doit prévaloir », a-t-il conseillé. S’il affirme qu’il se présentera à chaque fois que la justice l’interpellera, le numéro un du parti AAA demande à la justice et à la police de prendre toutes les dispositions pour trouver les auteurs de ce crime. À l'instar de son ancien homologue, il promet de donner des détails d’ici mardi, à 11 heures.

Assistant son client, Guy Jacob Latortue, avocat, a fait savoir que l’ancien sénateur était chez lui quand il a appris la nouvelle vers les 6 heures du matin. L’ancien sénateur Steven Benoît, a indiqué l’homme de loi, a appris la nouvelle dans une édition de nouvelle de radio Caraïbes. « Le commissaire n’avait jamais dit pourquoi il les a appelés et à quel titre. Éventuellement, c’est un dossier à acheminer au cabinet d’instruction », a souligné l’ancien député des Gonaïves.

« L’enquête continue », a laconiquement déclaré le chef du parquet de Port-au-Prince au Nouvelliste. Selon un magistrat requérant l’anonymat, aucune charge n’a été retenue contre les anciens sénateurs. Les auditions devraient se poursuivre cette semaine et le dossier sera acheminé ensuite au cabinet d’instruction, selon lui. À noter que Me Guerby Blaise, avocat d’Albert Édouard Dimitri Vorbe, a présenté au parquet les raisons de l’absence de son client qui souhaite, à en croire l'homme de loi, que le président Jovenel Moïse ne soit pas victime de l’impunité.



Réagir à cet article