Brève réflexion sur l’effondrement du bâtiment dans la ville de Surfside en Floride le 23 juin 2021

Publié le 2021-07-20 | lenouvelliste.com

Comme ingénieur légiste spécialisé en structure parasismique, je pense qu’il est tout à fait normal et légitime que les gens s’inquiètent au sujet des autres bâtiments qu’ils habitent après cette triste et regrettable catastrophe de l’effondrement d'édifices dans la ville de Surfside, en Floride. En attendant les résultats sur les causes de cet effondrement qui a attiré beaucoup mon attention en tant qu’humain et professionnelle, mon point de vue sur la question est le suivant:

Je pense qu’il est tout d’abord rassurant pour les gens de savoir que les Etats-Unis possèdent un des codes de construction les plus sécuritaires au monde. D’autant plus qu’ils ont la capacité de faire respecter strictement le code. Alors que s'est-il passé?

Un élément clé est avant tout l’âge de l’édifice: Après 40 ans, la potentialité de durabilité de certains matériaux diminue. Ce n'est pas le cas du béton, dont la résistance augmente avec le temps. Mais on ne peut pas en dire autant de l'acier, d’autant plus que ce bâtiment est situé près de la mer. Il semblerait pourtant que le bâtiment était déjà en train de subir une évaluation, vu son âge, ce qui revient à dire que les acteurs concernés avaient pris les devants, ce qui encore une fois devrait rassurer les gens. Maintenant, quels genres d’évaluations ont été réalisés? Structurelle, non-structurelle, environnementale, visuelle ou approfondie, dépendamment des dommages que présentait le bâtiment?

Un autre élément clé est le sol, le bâtiment est situé à quelques mètres de la mer, vu le type de sol sableux il se pourrait qu’il ait à faire face au phénomène de liquéfaction. Supposons que le type de fondation dans cette zone est profonde, c’est-à-dire sur des pieux, ce qui aiderait considérablement à diminuer ce phénomène. Mais là encore, le bâtiment existe et est stable depuis 40 ans, il faudrait une certaine vibration importante provoquant des forces latérales entrainant un type d’effondrement diffèrent. Face à un phénomène extérieur tel qu'un tremblement de terre, les preuves sont constatées après le séisme mais avant de crouler sous son propre poids, un bâtiment présente des preuves de déficience qui alerte ses habitants. Et dans ce cas, il semble que le bâtiment en comportait.

Encore un autre élément, les matériaux : après 40 ans, certains d’entre eux perdent de leur résistance; nous avons peut-être affaire à un acier qui ne respecte pas le nouveau code et qui s’est détérioré au fil des années à cause du sel de la mer auquel le bâtiment a été perpétuellement exposé, ce qui pourrait provoquer des fissures entrainant ainsi l’effondrement d’un bâtiment puis de l’autre par effet domino.

Après avoir eu d’excellentes et de nombreuses formations avec les codes américain, chilien, japonais, dominicain et suivi de près l’évolution de celui de mon pays Haïti, je dois dire qu'en plus de toute cette sécurité que nous procurent les codes, nous devons être attentifs aux dommages ou signes de déficience tels que tassements, fissures, flexions qui peuvent survenir dans nos bâtiments et les signaler aux professionnels spécialisés ou au gouvernement dans certains cas.

Les autorités doivent commencer à évaluer tous les bâtiments de la zone altérée. Les résidents peuvent également effectuer leurs propres inspections visuelles. Dans le cas où aucun dommage n'apparaît, alors ils pourront dormir tranquille. Je crois certes que les générations antérieures ont fait du bon boulot, concernant les codes de construction, à notre tour de les observer strictement et de les mettre à jour bien sûr, afin de rassurer notre génération et ceux d’avenir. L’enquête dira le reste.


27 juin 2021
Carline Séraphin,

ingénieur civil MSCE, earthquake engineering Forensic engineer

Carline Séraphin Ingénieur civil.
Auteur


Réagir à cet article