Le journaliste Diego Charles et la militante politique Antoinette Duclaire exécutés à Port-au-Prince

Publié le 2021-06-30 | lenouvelliste.com

Le journaliste de radio Vision 2000 et du média en ligne La Repiblik Diego Charles, 33 ans, et Antoinette Duclaire, 33 ans aussi, animatrice d’émission à la radio, militante politique, porte-parole de la structure Matris Liberasyon, ont été froidement abattus dans la nuit de mardi à mercredi par des individus armés, à la rue Acacia, Christ-Roi.

Les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux montrent le journaliste face contre terre, baignant dans son sang et Mme Duclair, affaissée, ensanglantée derrière le volant d’un véhicule. « J’ai reçu la nouvelle dans la nuit. Je suis sous le choc. C’est une grosse perte pour la presse haïtienne », a confié Enock Arisma, responsable de la salle des nouvelles de Vision 2000, lors d’une interview à la matinale de Magik9. 

Marie Lucie Bonhomme, directrice de l'information à Radio Vision 2000, elle aussi sous le choc, a dénoncé les gens qui ont transformé Haïti en un non-Etat. « Tout le monde peut être frappé. Diego allonge la longue liste des victimes de l’insécurité », a indiqué Marie Lucie Bonhomme, qui se demande quand sera fermé le « robinet de sang ». 

« Je suis choqué qu’un escadron de la mort ait emporté Diego Charles devant son domicile », a réagi Jacques Desrosiers, secrétaire général de l’Association des journalistes haïtiens (AJH). 

« Nous sommes révoltés qu’une femme de 33 ans qui se bat pour le changement dans son pays soit tuée ainsi. Elle a été stoppée en plein élan », s'est désolé Fernando Duclaire, cousin d'Antoinette Duclaire. Elle était l'objet de menaces, a affirmé Fernando Duclaire. 

« On côtoie la mort au quotidien. Quand on sort de chez soi, il n’y a pas de certitude que l’on rentrera. On peut vous assassiner, vous kidnapper », avait confié Antoinette Duclaire, il y a quelques mois à l’émission Haïti Sa kap kwit sur télé 20. « Vivre dans cette situation et avoir peur, c’est de l’incohérence », avait indiqué Antoinette Duclaire, qui avait choisi de lutter pour la vie, contre la violence, les violences faites aux femmes et pour la reddition de comptes.

Auteur


Réagir à cet article