Livres en folie

Batailles électorales et crises politiques en Haïti 

Par Daniel Jeanty Victor Benoit offre au lectorat le tome II de « Batailles électorales et crises politiques en Haïti (1957-2011) ». Bien accueillli par le public local et la diaspora, le tome I a conduit au deuxième tome. Ce livre de 334 pages, paru en avril 2021, à C3 Editions, est riche en informations. L’ouvrage fait le panorama de 54 ans d’histoire des élections en Haïti et les crises qu’elles ont engendrées.

Publié le 2021-06-17 | lenouvelliste.com

« Les différentes élections organisées au cours de cette période surtout celles organisées au cours des années 1986-2011 n’ont pas permis de jeter les bases matérielles et psychologiques d’une politique à la transformation : la démocratie ne s’est pas institutionnalisée, l’économie nationale n’est pas devenue performante, au niveau du commerce extérieur (et pour les importations et pour les exportations), Haïti est restée extravertie », constate Victor Benoit, estimant que ces élections continuent de servir de prétexte à des affrontements.

Dans cet ouvrage, Mèt Ben monte au créneau et dénonce nos politiciens. Le professeur montre comment la population haïtienne est bafouée par ses politiciens surtout ceux qui ont accédé au pouvoir.« Comme par le passé, ce sont des ministres, directeurs généraux, directeurs des organes déconcentrés de l’administration publique, des parlementaires, des maires, des dirigeants de la police qui continuent à  jouir sans vergogne du pouvoir… C’est la continuité des pratiques politico-sociales traditionnelles.», dénonce le professeur d'histoire.

Dans « Batailles électorales et crises politiques en Haïti » (1957-2011), l’auteur souligne aussi le manque de volonté des dirigeants de respecter les prescrits constitutionnels. « Au lieu de mettre en place le Conseil électoral permanent après la formation des collectivités territoriales, le président Préval prend un arrêté pour modifier le mandat du CEP. Ainsi, le Conseil Électoral reçoit le mandat d’organiser les élections pour le tiers du Sénat et la présidentielle. Dans la foulée, le 20 septembre 2020 le Président prend un nouvel arrêté convoquant les élections pour le 26 novembre»

Par ailleurs, l’auteur pointe aussi du doigt la communauté internationale s’immisçant dans les affaires internes du pays. « La Communauté internationale à travers le représentant du Secrétaire général des Nations unies n’éprouve aucune gêne à demander aux responsables de l’institution électorale de changer le vote populaire. Donc,  ce que veut cette communauté internationale pour Haïti ce n’est pas la démocratie, mais, la possibilité d’imposer un président de leur choix pour diriger le pays dans le sens des intérêts inavoués», souligne-t-il.

Selon le professeur Benoit, l’étranger exerce une grande influence  sur la politique. Dans ce livre, il fait des confidences remarquables à ce sujet. « M. Mulet m’avait dit qu’il ne quitterait pas Haïti sans me voir président de la République. Et, il a tenu sa promesse » (propos tenu par le président Martelly à l’occasion d’une réception organisée à la veille du départ définitif d’Edmond Mulet pour les États-Unis) », confie monsieur Benoit, indiquant le rôle premier de la communauté internationale dans l’élection de Martelly au pouvoir.

Daniel Jeanty
Auteur


Réagir à cet article