La dominance théâtrale dans le  roman ‘’Grennsenk’’ de Rodolphe Mathurin

Par Walner Olivier -‘’Grennsenk’’, parue en 2020 chez EdisyonLafimen et Pro Editions, est la dernière œuvre de l’écrivain Rodolphe Mathurin. Ce roman de 175 pages écrit en langue créole, avec son titre qui en dit long pour les citoyen-ne-s haïtien-ne-s, capte l’attention. Cette création, un récit construit à partir de la réalité de l’époque de l’auteur, contient une dominance théâtrale. L’abondance des dialogues entre les personnages, les tirades, les gestes, les images constituent une mise en scènequi séduit le regard.

Publié le 2021-06-10 | lenouvelliste.com

« Il est assez convenu aujourd’hui d’affirmer que le roman est, depuis plus d’un siècle, le genre littéraire de prédilection tout en étant une forme hégémonique », déclarent Yves Jubinville et Pascal Riendeau(2003). Le genre romanesque est susceptible d’engendrer la poésie, la nouvelle et le texte dramatique, avancent ces deux auteurs dans leur texte théâtre/roman : rencontre du livre et de la scène. Le récit ‘’Grennsenk’’ de Rodolphe Mathurin mêle au moins deux genres. En déchiffrant ce texte, tout lecteur se sentirait aussi spectateur par l’entrecroisement des discours du narrateur et les dialogues des personnages sur le lieu d’action.

Il y a de longs dialogues entre les personnages qui prennent une posture d’acteur. Les attaques de Klaris à l’encontre d’Ineta habitant son quartier sont des échanges dramatiques. La dispute entre ces deux femmes avec des répliques brûlantes occupe quasiment 2 pages, n’est pas un dialogue romanesque, mais  théâtral.

«-Klaris : Men wi, kou w tanden  ap ranmase po mango tout longè, tout  koulè nan fènwa konsa a, anba poto, se lè moun chita la nou jwenn mwayen pou nou vin jere dlo nou fin foubi nou, lè yo fin detripe nou…

Ineta : Tann mwen madanm. Pa di se ak mwen w ap pale. Hey ! Paske mòd limena gran kriyè tankou w, fò w ka tou konprann tan pa w la pase. M pa kwè se anba latcha pa m ki pou ta enterese w, jodi a. Paske m pa kwè non plis pa w la bon ni pou fè recho ni kole boyo.[…] Kannay! […] Espès de aoutsay ! Move lawon ! Milèt, pwèl sèch ! Endiy de pozisyon.»(p : 33-35)

Ces répliques entre ces deux femmes dans le roman qui ne manqueraient d’attirer l’attention de nombre de lecteurs, permettent de parler d’une sorte de théâtre-récit. En lisant ces discours, on imagine les gestes, les mouvements de ces personnages, disons l’action. Tout lecteur ayant une éducation en art dramatique trouvera l’aspect de ce genre dans ce texte qui peut faire l’objet d’une mise en scène. En ce sens, aux yeux du lecteur, le texte passe du régime romanesque à celui dit dramatique.

Ces types de dialogue sont observés une dizaine de fois dans ce récit. Des échanges qui, de par leur forme d’expression, s'apparentent au théâtre. Ces dialogues seraient destinés à dire sur une scène au lieu d’être écrits uniquement pour être lus. Ils ne sont pas descriptifs, abstraits, mais dynamiques, poétiques. En lisant les paroles émises par les protagonistes Michel et Savin, celles de Klaris et Anèt, et celles de Andre et GwoJak, on devient spectateur et non un simple lecteur. L’exemple d'Andre est plausible.

Andre défend l’activiste de la gauche politique, Michèl- le protagoniste- un homme qui cherche à conscientiser les  citoyens de la classe ouvrière pour son émancipation. Le père de Anèt attaque GwoJak, un ancien  de la junte des Duvalier, opposant à ce leader. Un personnage qui a causé du tort à la société haïtienne sous ce régime de dictature.

«Andre : […]Jak, se pa pou w ap mache di anba chal koze sou Michèl kòm kwa li se malfektè[..] ; epi, mren, m ap profite raple w, kilè sisit ki te konn fè tout kalte krim e kite konn plonje tout sèvitè sèvèl wòwòt yo nan fè sa ki pa sa. M ap raple w :

Ki li !Ki yo ! ki fè kisa nan mare move pwen pou kenbe peyi a nan fènwa! Paske, mwen, m te la. M te nan peyi a wi. E ou konn sa. Ou pa wè kote nou fout lage peyi a pandan nou te di nouAvi, ladan l. Bann san Memwa.

GwoJak : Kijan sa pè a ?

Andre : Kijan kisa ! Ou konnen ben, sa w ap mache di yo.

GwoJak : M pa fin konnen sou kisa ou vle pale.[……]

Nou mete lòd !

Andre : Ki lòd ? Kilòd, fout, m ape mande ?

Lòd kote nou anvayi tè moun. Ratibwaze tou sa nou jwenn. Koupe rache nan tou sa nou jwenn sou wout nou.

Lòd kote tout moun ki pa dakò ak nou, nou mande pou l pa viv. Nou pete je. Nou rache zong. Nou filange granmoun kou timoun ti moso pa ti moso a.

Lòd kote nou fè travayè latè depoze kouto digo, depoze manchèt …….. epibayob’’pyekochon’’.

Lòd kote nou fè jèn elèv ak etidyan pa kwè nan okenn fòmasyon…………..

Lòd kote nou fòse yon bann kad, yon bann sèvo, kite peyi a tèlman nou lage represyon ak tèrè nan deryè yo poutèt yo vle reflechi yon lòt jan pase sa nou vle fè moun kwè…

Lòd kote nou pran Desalin nou trennen l nan labou ;………….

Gade Gwo Jak, ak mwen !

Jak, rete tande !» (p :57-59)

Dans cette œuvre où Rodolphe Mathurin met le doigt sur des problèmes de taille existant dans la société haïtienne, le théâtre épouse le roman. Compte tenu de sa construction, elle peut être mise en scène par les professionnels du spectacle vivant.



Réagir à cet article