Et de 27 pour Livres en folie !

Les organisateurs de Livres en folie ont tenu une conférence de presse au Marriott hotel, à Turgeau, le mercredi 2 juin 2021 pour lancer officiellement la 27e édition de cette grand-messe traditionnelle du livre, qui, en raison du Covid-19 se tient virtuellement jusqu’au 13 juin prochain.

Publié le 2021-06-02 | lenouvelliste.com

« Pour la deuxième fois Livres en folie sera encore virtuelle cette année. On va donc faire tout ce qui est de notre possible pour que ce soit une réussite », a lancé Frantz Duval qui prenait part à ce panel composé d’organisateurs et de partenaires de ce grand rendez-vous avec le livre. M. Duval était accompagné de Max Chauvet, directeur du journal Le Nouvelliste ; de Pradel Henriquez, ministre de la Culture et de la Communication ; de Guy Supplice, vice-président de la Unibank et Grégory Morissette, directeur-exécutif de la Fondation Barbancourt.

La crise sanitaire liée au covid-19, entre autres, c’est ce qui a poussé les organisateurs de Livres en folie à recourir encore une fois au virtuel pour cette 27e édition. « Il y a de cela deux ans, lorsque Haïti comme d’ailleurs le reste du monde a dû faire face à la pandémie de la covid 19, nous autres organisateurs, on s’est posé la question ‘’qu’en était-il de Livres en folie ?’’. Mais, comme vous avez pu le constater, grâce à la technologie, l’année dernière nous avons pris le pari audacieux de tenter une expérience de Livres en folie virtuelle pour la 26e édition qui, au final, a connu un réel succès. C’est justement face à ce succès que nous nous sommes dits qu'il fallait poursuivre avec cette 27e édition que nous offrons aujourd’hui au public. Une édition qui est offerte avec deux invités d’honneur : Michel Soukar et Jean Claude Martineau », a expliqué Guy Supplice.

Partenaire incontournable de ce traditionnel rendez-vous entre auteurs, maisons d’éditions et lecteurs, depuis plus d’une quinzaine d’années, le ministère de la culture et de la communication, en la personne de Pradel Henriquez, s’est réjoui que les assauts de la pandémie n’ont pas pu baliser la production littéraire en Haïti ni paralyser la foire. « Cette année de fait, comme l’année dernière, cette grande manifestation littéraire a été repensée dans le contexte de la pandémie de la covid-19. Livres en folie 2021 se déroule donc en pleine période d’urgence sanitaire. Je me réjouis de voir que la crise sanitaire mondiale n’a pas réussi à mettre en quarantaine notre littérature actuelle en marche… Le ministère de la culture et de la communication en tant que partenaire n’a pas cessé d’appuyer et appuie encore cette année, cette activité qui fait honneur aux opérateurs culturels en général et qui fait honneur aux talents littéraires en particulier… Grâce à la magie de la technologie, les Haïtiennes, les Haïtiens, de l’intérieur et de l’extérieur, tout citoyen du monde, peuvent se procurer depuis le confort de leurs maisons, un ou plusieurs des plus de 1000 titres disponibles à la vente durant cette 27e édition », a affirmé M. Henriquez, qui dans la foulée a tenu à saluer les écrivains, invités d’honneur de cette année.

« Je voudrais en profiter pour rendre hommage aux deux invités d’honneur de cette année : Michel Soukar et Jean Claude Martineau. Deux poto mitan de la production littéraire historique fleuve de notre pays. Que d’informations et d’analyses historiques objectives dans les livres de Michel Soukar. Que de beaux souvenirs de notre Haïti chérie d’autrefois dans les livres de Jean Claude Martineau. Michel Soukar, historien, analyste politique, écrivain, journaliste, est un des esprits les plus brillants de sa génération et l’une des voix intègres, les plus écoutées chez nous. Jean Claude Martineau est lui aussi un homme aux talents incommensurable. Poète, musicien, compositeur, dramaturge, conteur et même historien à ses heures. Ces deux sommités se rejoignent également par leur engagement politique, chacun à son époque et à sa façon. Le ministère de la culture et de la communication félicite les organisateurs de cette 27e édition d’avoir pensé à mettre en valeur ces deux talents de la production littéraire historique d’Haïti et à permettre à tous les lecteurs d’avoir accès à leurs œuvres », a avancé Pradel Henriquez dans ses propos de circonstances.

Guy Supplice, pour sa part, a regretté l’absence de M. Martineau, qu’il présente comme un collaborateur de longue date de sa banque. « C’est malheureux qu’il n’ait pas pu être présent avec nous. Il aurait été très content et très fier de pouvoir s’adresser directement à la presse et au public. Cela fait plus de 20 ans que la Unibank pratique M. Martineau. Il a eu à produire pour nous, des textes à caractère patriotique et civique dans des occasions telles que la fête du drapeau : le 18 mai et la fête des mères. Mais, ce qu’il a apporté de très particulier à la Unibank, c’est la traduction de notre slogan… Il nous a dit un jour qu’il fallait le renforcer davantage avec de préférence : ‘’Se menm kote n prale. An n fè wout la ansanm ak Unibank’’. Je crois que ça a été effectivement la force de ce slogan qui aujourd’hui permet à la Unibank d’être là et de continuer justement à faire route ensemble avec le public, la population et particulièrement avec le livre haïtien », a-t-il fait remarquer tout en invitant les passionnés de la lecture à enrichir davantage leurs bibliothèques et à s’instruire encore plus.

Rejoignant cette année la liste des partenaires de Livres en folie, la Fondation Rhum Barbancourt dit s’inscrire elle aussi, dans cette dynamique de continuer à encourager tout ce qui relève du domaine de la culture haïtienne. « Barbancourt a toujours soutenu l’art et la culture. Donc, notre participation cette année à travers la Fondation c’est vraiment pour pérenniser ce soutien à la culture haïtienne et directement aux auteurs puisque la Fondation soutient cette année l’impression de bons nombres de livres des invités d’honneur. La Fondation Rhum Barbancourt et la société Rhum Barbancourt seront toujours là aux côtés de la culture et l’art à travers l’artisanat, le livre et autres », a soutenu de son côté, Grégory Morissette.

Sollicitée pour prendre la parole, Anaïse Chavenet de Communications Plus et de Nouveautés Plus a estimé que Livres en folie offre en outre une vitrine non seulement aux auteurs, mais aussi, aux différentes maisons d’éditions. Mme Chavenet a donc tenu à remercier toutes ces institutions qui participent à la foire à travers les comptoirs de Communications Plus et de Nouveautés Plus. « C’est l’une des expériences de tèt ansanm très réussie en Haïti. Il y a des vibrations très positives qui y sont données », s’est-elle réjouit.

Les ventes s’étendant pour la première fois sur une quinzaine de jours, les amants du livre ont alors le temps de choisir et de dresser leur liste parmi les 1200 titres disponibles. Pour ce faire, aux dire de Max Chauvet, ils n’ont qu’à s’inscrire sur www.livresenfolie.com avec leur adresse email et par la suite opter pour les livres de leurs choix qu’ils acquitteront grâce à leur carte de débit Unibank tout kote, leur Unicarte ou autres cartes de crédits en provenance des autres banques ou encore effectuer un virement de leur propre compte. Avant de recevoir par la suite une notification de Communications Plus pour passer récupérer, (munis de leur facture et d’une pièce d’identité) leur commande au local de ladite institution à Musseau, Delmas 60.

« Nous souhaitons longue vie à Livres en folie. 27 ans, c’est déjà plus d’un quart de siècle », a déclaré le représentant de la Fondation Rhum Barbancourt au cours de cette conférence de presse. Et ce ne sont pas les acteurs du livre en Haïti qui auront à clamer le contraire. Après tout, Livres en folie c'est 40 jusqu'à 50% de rabais sur tous les achats.



Réagir à cet article