Livres en folies 2021

Ces défis qui veulent manger les familles toutes crues

L’évocation du mot famille ne laisse personne indifférent. Il dénote quelque chose qui touche chaque humain. Quand ce lexique fait l’objet de menace c’est donc l’humanité entière qui se trouve concerné, dont chaque Haïtien en particulier. En proposant à notre lecture son ouvrage « La famille face aux grands défis du XXIe siècle » qui sera disponible à l’édition 2021 de « Livres en folie » ce n'est pas qu'un problème universel que pose l’écrivain, Luc Dieubénite Alexis, mais aussi un problème qui nous concerne en particulier.

Publié le 2021-05-21 | lenouvelliste.com

La famille est menacée et les défis auxquels elle fait face menacent s'accroissent à un rythme tel qu’il faudrait faire quelque chose pour la sauver. Faire quelque chose pour la sauver parce qu’elle constitue la base de la société, le poumon du développement d’un pays, l’élément idéal pour construire une nation. Une notion qu’on semble oublier en Haïti alors que « tant vaut la famille, tant vaut la nation ». Telle est l’essence de l’ouvrage que propose Luc Dieubénite Alexis.

Partant du fait que le XVIIIe siècle communément appelé le Siècle des Lumières, a apporté de nombreuses innovations sur la culture occidentale qui ont des impacts sur la famille, en passant par les retombées des réalisations du XIXe siècle tant sur le plan industriel que sur le plan économique sur la famille, sans omettre les dégâts des deux guerres mondiales du XXe siècle, et enfin la découverte de l’internet à la fin du XXe et de l’évolution de la technologie de la communication à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle sur cette entité, l’auteur fait une remontée à une certaine genèse de l’évolution des défis pour indiquer combien il est encore plus difficile à la famille de jouer son rôle aujourd’hui si et seulement si quelque chose n’est faite.

En se basant sur l’importance de la famille pour et le développement d’une bonne nation et la progression d’une société équilibrée, il propose dès le premier chapitre la panacée idéale pour la sauver et la consolider avec « L’adoption d’une politique publique pour l’instauration de familles solides ». « Chaque foyer représente une cellule vitale pour le pays », prône-t-il et si « tant vaut la famille tant vaut la nation » il n’est pas concevable d’envisager consolider un pays sans commencer par consolider la famille. C’est d’ailleurs un passage obligé vers le développement puisque : « Envisager de développer devrait passer par envisager de développer le statut de la famille. Puisque les citoyens qui ont grandi dans des familles solides développe un sentiment positif. Car en général ils manifestent le désir de vivre dans une société dotée de structures sociales correctes. Quand les foyers, rempart des édifices sociétaux, sont menacés, la nation est en danger », écrit-il dans le premier chapitre.

« Le développement d’un pays passe nécessairement par l’encadrement des familles. L’avenir de la nation exige des cellules de base solidement établies. Dans cette optique, les responsables étatiques doivent prendre en compte la gestion familiale dans la formulation des politiques publiques », proursuit-il en tenant compte du fait que « depuis la révolution sexuelle de 1970, les couples éclatent de plus en plus » citant Michel Godet in Repenser la politique familiale, paru en 2011.

Il souligne pour qui veut l’entendre ce qu’il entend par politique publique en situant le concept dans son contexte. Une politique publique étant conçue comme un programme d’action propre à un pays une politique publique visant à consolider la famille s’agirait des moyens mis en œuvre par un pouvoir public pour atteindre un ou des objectifs dans un domaine particulier (ici la famille). Il convient à l’Etat de structurer la société de façon à faciliter l’émergence de citoyens honnêtes, crédibles et intègres pour l’honneur du pays à l’opinion universelle. Sans la conception et l’implantation de politiques publiques au bénéfice des familles l’échec est inévitable.

Renforcer les familles, c’est établir un cadre pouvant permettre de garder les jeunes dans l’ordre, loin de l’oisiveté avec des parents responsables qui inculquent de vraies valeurs à des futurs citoyens pétris de sens moral et prêts à servir valablement leur nation. Mais quand la famille est faible, les jeunes sont livrés à eux-mêmes et quand « ils sont dans l’oisiveté ils peuvent se livrer à toutes sortes de pratiques immorales ». Pour qu’elle soit renforcée, il faut un code familial devant fixer les responsabilités et les devoirs. Or, la Constitution de 1987, amendée en 2013, avait mis l’accent sur la nécessité d’élaborer un code de la famille à l’intention des foyers établis et 34 ans plus tard on attend encore l’élaboration d’un tel code.

À côté du code familial, il pointe du doigt la nécessité pour et l’État et les responsables de familles de s’ériger en modèle pour les jeunes dans ce monde de déchéances, donner aux jeunes l’exemple en demeurant au sein du foyer comme un administrateur cultivant la vigilance, sans compter plusieurs autres points importants à respecter dans une famille renforcée pour permettre à la génération future de grandir avec de vraies valeurs patriotiques et morales afin d’être à même de donner un nouvel essor à leur nation.

281 pages en format « in folio » réparties en 9 chapitres proposant des idées essentielles et nécessaires à l’émancipation et le renforcement de la famille à toute personne soucieuse d’un développement personnel, de la protection de sa progéniture et du développement de sa nation. « La famille face aux grands défis du XXIe siècle », un livre à lire.



Réagir à cet article