Des assises pour un redressement du secteur de l’enseignement supérieur en Haïti

Publié le 2021-05-19 | lenouvelliste.com

Dans l’Ouest, comme dans le grand Nord et le grand Sud, plusieurs acteurs et représentants d’institutions d’enseignement supérieur publiques et privées ont échangé sur un ensemble de problèmes, de difficultés, de manquements qui enrayent l’évolution du secteur de l’enseignement supérieur. Entre avril et mai, des acteurs du système essaient de poser un diagnostic global du tableau de la réalité, tout en formulant un plan de redressement afin de mettre le secteur sur une nouvelle voie. Ces assises portées par les institutions membres de la Corpuha sont principalement appuyées par l’Union européenne dans le cadre du programme Appui budgétaire à la consolidation de l’État haïtien.

Il s’agit d’une occasion de plus offerte aux acteurs du secteur de l’enseignement supérieur pour aborder le fonctionnement des institutions au niveau académique, administratif, organisationnel, managérial et infrastructurel. À court terme, ces rencontres devront permettre de réaliser un état des lieux de l’enseignement supérieur en Haïti et de formuler des recommandations en vue de l’amélioration de sa gouvernance et de son rendement, a fait savoir le président de la Corpuha, le professeur Jean Robert Charles.

Représentants du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), du secteur économique (secteur privé des affaires), de l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE), d’institutions actives dans le secteur de l’enseignement supérieur ont pris part à ces assises qui informeront davantage de l'état de la gouvernance académique, de la qualité de l’enseignement et de la modernisationdu secteur,  tout en identifiant des pistes de solution, afin d'améliorer le système. De manière plus précise, cet état des lieux contribuera, comme l’a révélé le recteur Charles, à une meilleure évaluation de la capacité des institutions haïtiennes d’enseignement supérieur de s’adapter aux défis découlant des crises politiques récurrentes. Il favorisera également une évaluation du niveau de formation des enseignants afin de constituer une cartographie des ressources humaines en éducation tertiaire et faire des recommandations en vue de moderniser la formation tertiaire en Haïti. Après des rencontres avec les acteurs, une enquête nationale sera menée sur le terrain auprès d'institutions publiques et privées (qu'elles soient reconnues par l'Etat ou pas), pour avoir les meilleures données. 

« Nous avons constaté un ensemble de carences en matière de données sur l’enseignement supérieur en Haïti. Il y a eu des tentatives, mais l’Etat n’a jamais mené une investigation sérieuse sur l’enseignement supérieur. Le document qui sortira des assises va servir à l’Etat, qui pourra l’utiliser dans le cadre de l’élaboration de politiques sur l’enseignement supérieur, sur l’éducation de manière générale et le développement du pays en particulier. Pour le moment, l’Etat n’est pas en mesure de dire combien de ressources qualifiées il y a dans les différentes régions du pays, dans le secteur de l’enseignement supérieur. Le document que nous allons produire constituera un instrument de planification stratégique pour les décideurs », annonce le Dr Jean Robert Charles.



Réagir à cet article