Championnat de la Liga Dominicana de futbol

Coup d'oeil sur le football dominicain

Alors qu’on tergiversait encore sur le possible report de la série de clôture du championnat haïtien baptisé depuis sept saisons Championnat haïtien de football professionnel, le président de la République dominicaine, Luis Abinader, a donné, lui-même le coup d’envoi de la 7e édition du championnat organisé par la Ligue dominicaine de football (Liga Dominicana del Futbol) disputé aujourd’hui par une dizaine de clubs. Une compétition qui se présente déjà comme un grand championnat de la zone caribéenne.

Publié le 2021-04-28 | lenouvelliste.com

367 millions de dollars de support à la Liga pour financer l’organisation de sa compétition de football professionnel, plusieurs sponsors officiels, l’exigence d’un cahier des charges qui exige que chaque club ait un montant précis sur son compte, ait des contrats où 25 mille pesos de salaire minimum, assurance médicale par clubs,  l’assurance tout risque, le suivi médical des joueurs, la Liga de Futbol Dominicana se présente aux antipodes du championnat haïtien de football de première division qui date pourtant de 32 ans.

Pourtant seulement 10 clubs de football composent cette Liga qui évolue maintenant une Ligue fermée (pas de montée ni de descente) qui comptait au départ une douzaine des clubs mais qui s’est trouvée amputée de deux clubs qui ne remplissaient pas le cahier des charges exigible sur le plan économique. Contrairement au football haïtien où presque tous les clubs évoluent au gré des ressources de celui qui joue le rôle de président, les clubs dominicains se sont de plus en plus structurés en entreprise. L’Etat et les entreprises sont impliquées. La gestion est rigoureuse et le football devient ce qu’il représente un business crée avec des objectifs sportifs et économiques. Comme l’Etat voisin n’est pas dirigé par des imbéciles qui priorisent leurs intérêts immédiats sur celui du pays, le projet se met sérieusement en place.

Les résultats sportifs commencent à venir

7 joueurs étrangers pouvaient être alignés sur le terrain par un club lors de la première saison. Les joueurs haïtiens s’y sont donné à cœur joie. Charles Hérold Jr, Chedlin Francoeur, Woodensky Cherenfant…pour ne citer qu’eux se sont fait un nom dans la compétition dans ce contexte et à l’arrivée les Dominicains ont appris. Graduellement les joueurs dominicains émergent et aujourd’hui les clubs n’ont plus droit qu’à six étrangers dans leur effectif et en plus les joueurs haïtiens ne sont plus les plus prisés vue qu’il y a des joueurs en provenance de l’Amérique du Sud à bon marché et les retombées en sélection sont là pour prouver que le travail des dirigeants dominicains paie. Aujourd’hui, le Barcelone et le Real Madrid ont des annexes de centres de formation là-bas, les jeunes joueurs ont plus d’espérance de s’en sortir et en sélection aussi on le sent.

Pour la première fois de l’histoire, la République dominicaine a disputé la dernière phase des éliminatoires des Jeux olympiques, ils reçoivent de plus en plus des compétitions labellisées Concacaf pendant qu’Haïti en reçoit de moins en moins. Raisons : les Dominicains construisent de plus en plus des infrastructures sportives, les clubs commencent à construire leurs propres stades, le gouvernement entre de plus en plus dans l’électrification des infrastructures déjà existantes pour permettre aux clubs de pouvoir disputer leur match en nocturne, l’insécurité n’est pas instituée comme moyen tant d'accéder ou de garder le pouvoir, les dirigeants ne détournent pas l’argent qui devraient construire les infrastructures car si d’aventure il se risqueraient à le faire ils savent qu’ils seraient punis. Bref, c’est administré par des hommes qui savent que chaque personne doit remplir sa mission correctement sans chercher à s’immiscer dans la mission de l’autre en omettant le sien tout en manifestant son ignorance dans ses interventions sur des sujets non maîtrisés. Des dirigeants à tous les niveaux qui ne promettent pas pour se faire voir mais qui promettent en homme d’honneur qui se sait lié à sa promesse.

Les Dominicains ont su aussi se débarrasser des oranges pourries qui étaient impliquées dans la corruption pour renforcer leur Liga. Sept ans après la première édition de la compétition organisée sous la férule de la fédération, la Liga Dominicana de futbol est une institution indépendante qui gère la compétition de football selon les règles sans avoir à recevoir la dictée de X ou Y tout en devant respecter les exigences de Ligue par rapport à la fédération de football. La Ligue impose aujourd’hui une assurance héliportée pouvant permettre l’évacuation en cas de blessures graves d’un joueur vers l’hôpital que nécessite son cas. Comme les dirigeants ne perçoivent pas leur pays comme un champ où ils ne viennent que cueillir le nécessaire pour aller le consommer ailleurs, ils construisent aussi des hôpitaux dignes de ce nom.

En septembre 2005, Haïti battait la République dominicaine 3-1 en amical au stade Sylvio Cator et Fritzson Jean-Baptiste se révélait au grand jour en les faisant tourner en bourrique. Les gens qui assistaient à la rencontre s’offusquaient du fait qu’ils avaient marqué contre Haïti. En mars 2013, une sélection dominicaine battait une sélection haïtienne et le président de la Fédération haïtienne de football se défendait du fait qu’Haïti avait à disputer deux rencontres internationales et que les Dominicains n’avaient battu qu’une sélection B. En 2015, quand ils créaient leur championnat, des Haïtiens se sentaient vexés que certains joueurs aient choisis d’aller évoluer là-bas. On s’estimait même qu’ils allaient regresser. Mais de plus en plus la compétition en République dominicaine interpelle les dirigeants haïtiens et si nous n’étions pas aussi idiots, nous devrions nous unir maintenant pour travailler au développement du football haïtien car ils nous ont dépasser dans les autres disciplines et vu leur organisation ils ne vont pas tarder à nous dépasser en football.

PS : Je remercie le docteur Charlot qui, dans son intervention à la 256e édition de « 109 sports » sur Magik 9 le 21 avril, m’a permis de grappiller un peu plus d’informations sur la Liga Dominicana.



Réagir à cet article