Investissements directs étrangers, un impératif pour les pays de la Caraïbe

Comment attirer plus d’investissements locaux et investissements directs étrangers (IDE) dans une période de récession de ce type à l’échelle mondiale ? Peut-être en se regroupant entre pays de la Caraïbe et en s’orientant vers la « nouvelle économie » qui prend en compte l’agro-technologie et les énergies renouvelables…

Publié le 2021-04-26 | lenouvelliste.com

Les citoyens des Caraïbes sont pleinement conscients des défis auxquels ils sont confrontés. Ils savent que les gouvernements de la région sont aux prises avec des difficultés financières accentuées par la pandémie de Covid-19. Nos citoyens savent également que nous avons un accès limité à l’aide au développement international ou au financement concessionnel des institutions financières mondiales et que nos options d’accès au financement pour le développement des entreprises sont restreintes. Nos peuples savent clairement ce qu’ils veulent - un avenir meilleur pour eux-mêmes et leurs enfants. Plus précisément, les personnes avec qui je parle sont très intéressées à obtenir des emplois ou bien à préserver ceux qui existent pour pouvoir prendre soin d’elles-mêmes et de leur famille.

Baisse de 42 % des investissements directs étrangers mondiaux…

Caribbean Export, l’Agence de développement des exportations des Caraïbes dit reconnaître également ces contraintes et entendre la voix des Caribéens. La question est de savoir comment, en tant que région, nous pouvons sortir de cette situation. Pour nous, la solution est évidente : attirer des niveaux accrus d’investissements locaux et d’Investissements directs étrangers (IDE). Les gouvernements et les autres parties prenantes des Caraïbes doivent se concentrer sur l’orientation de l’investissement en notre direction pour parvenir à la résilience et à la transformation économique.

Nous devons surtout comprendre les tendances et les défis afin de pouvoir nous positionner en conséquence. À l’échelle mondiale, il y a eu une baisse des flux d’IDE. La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (UNCTAD) a signalé une baisse de 42 % de l’investissement étranger direct mondial en 2020 dans son rapport de janvier 2021. Le même rapport note que parmi les régions les plus touchées figurent l’Amérique latine et les Caraïbes, qui ont enregistré une baisse de 38 % des entrées d’investissements provenant de sources extérieures. L’Asie et l’Afrique ont connu des baisses respectives de seulement 18% et 4 %. Une nouvelle faiblesse des flux d’IDE est attendue pour le reste de l’année. Pour nos pays, si nous maintenons le statu quo, l’avenir sera sombre.

Comment attirer plus d’investissements dans la région ?

Les perspectives du secteur du tourisme restent pessimistes. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) signale que les experts en voyages sondés s’attendent à un retour aux niveaux prépandémiques seulement vers 2023 (selon le dernier rapport de janvier 2021). Par conséquent, attendre que les touristes arrivent ou reviennent en nombre, comme par le passé dans plusieurs de nos pays ou que les perspectives mondiales fassent augmenter nos recettes d’exportation ne peut pas nous sortir de ce bourbier économique. C’est pourquoi il est essentiel d’accroître les investissements locaux et d’attirer des investissements étrangers directs sur nos côtes. Pour que les Caraïbes réussissent à attirer des investissements, une nouvelle réflexion s’impose en ces temps sans précédent.

Nous ne pouvons pas continuer à nous concurrencer en tant que destinations d’investissements individuels, compte tenu de nos ressources et de notre population limitée. Cette approche ne peut pas atteindre l’échelle requise pour attirer des fonds sérieux à notre façon. Dans cette optique, Caribbean Export travaille en étroite collaboration avec l’Association des agences de promotion de l’investissement des Caraïbes (CAIPA) afin d’aider nos pays à préparer des projets d’investissement qui peuvent être regroupés et promus comme des propositions « régionales », impliquant plus d’un pays, et présentées comme destination d’investissement pour une entreprise en particulier. Cela donne une meilleure échelle, et la mise en commun des ressources aide un groupe plus large de pays.

Par ailleurs, nous devons nous concentrer sur les investissements qui peuvent contribuer à propulser une nouvelle économie, stimulée par des entreprises respectueuses du climat et la numérisation. Le monde devient vert et adopte la numérisation, et nous devons faire de même. Par conséquent, nous devons déployer des efforts concertés pour amener sur nos côtes des entreprises qui sont à l’avant-garde des technologies vertes dans des domaines comme l’énergie solaire et éolienne. Cela signifie une approche d’investissement ciblée et comptable juridiquement.

Penser agrotechnologie et respect du climat

L’accent mis sur la « nouvelle économie » est lié à l’utilisation de la technologie dans des secteurs clés comme l’agriculture. Les Caraïbes sont l’une des régions les plus touchées par l’insécurité alimentaire de la planète, et la Covid-19 l’a démontré de façon plus éloquente. Un nouvel accent doit être mis sur l’agriculture. Toutefois, cette fois-ci, il s’agit d’utiliser la technologie pour faire avancer l’agriculture des Caraïbes au XXIe siècle, où nos jeunes voient aussi une occasion d’affaires viable. C’est précisément pourquoi Caribbean Export, en partenariat avec la CAIPA, a identifié l’agro-technologie comme un secteur prioritaire pour nous dans notre région. Il relie tous les éléments pour nous aider à devenir plus sûrs sur le plan alimentaire, traite l’agriculture comme une activité entrepreneuriale et, en tant que région unique, nous pouvons offrir l’échelle requise pour les grands investisseurs.

À l’agence Caribbean Export, nous reconnaissons que l’innovation est essentielle à notre survie et qu’elle doit être au cœur de notre stratégie régionale de promotion de l’investissement. Aussi, nous avons déjà fait appel aux services d’un conseiller en financement alternatif ayant de l’expérience dans la levée de capitaux sur les marchés émergents et frontaliers pour les entrepreneurs et les PME à fort potentiel de croissance. Nous avons l’intention d’accélérer la commercialisation et la promotion des projets d’investissement régionaux et de nous concentrer sur l’orientation des investissements vers les secteurs qui sont essentiels à la nouvelle économie, en mettant l’accent sur l’agrotechnologie, la digitalisation ou bien les investissements respectueux du climat.

Nous sommes tout à fait conscients que l’avenir de notre région et la prospérité de notre population reposent sur les mesures que nous prenons maintenant pour que les entreprises jouent un rôle moteur et central dans la promotion d’un programme de transformation pour notre région. Caribbean Export a l’intention de le faire, avec comme pilier central de notre travail dans les années à venir, l’attraction des investissements locaux et étrangers.

--------------------------

Deodat Maharaj

Directeur de Caribbean Export, l’agence de développement des exportations des Caraïbes.

dmaharaj@carib-export.com

Deodat Maharaj
Auteur


Réagir à cet article