Des lycéens dans les rues pour ramener les enseignants en classe

Plusieurs centaines d’élèves issus d’au moins sept lycées à Port-au-Prince ont gagné les rues, lundi 12 avril 2021, en vue d'exiger le retour des enseignants en classe. Pour certains lycées se trouvant dans des zones transformées en théâtre de violence, c’est le phénomène de l’insécurité qui empêche les enseignants de dispenser les cours.

Publié le 2021-04-13 | lenouvelliste.com

Peu de temps après l’heure de la rentrée, des dizaines d’élèves des lycées Toussaint Louverture, au centre-ville, Alexandre Pétion et Daniel Fignolé dans les parages du quartier de Bel-Air qui connait un regain de violence ces derniers jours ont foulé le macadam en signe de protestation, car certains enseignants ne se sont pas présentés en classe depuis plus d'une semaine, selon eux. Quelques instants après, le mouvement gagne en ampleur quand les élèves protestataires ont décidé de chercher la solidarité d’autres lycées. Ceux qui n'ont pas pris part à la manifestation sont restés dans les environs de l'école comme on l'a observé sur la place Sainte-Anne, à la rue Saint-Honoré, près du lycée Toussaint. 

 Le marathon a commencé au lycée Fritz Pierre-Louis. Il se sont rendus aux lycées des Jeunes filles et Marie-Jeanne. Certains avec cahiers et livres en main ont exprimé leur inquiétude par rapport aux conséquences que va avoir l’absence des enseignants sur le fonctionnement des établissements scolaires, la poursuite des activités scolaires et leur participation aux examens officiels.  Ensuite, ces élèves ont essayé de forcer le renvoi dans des écoles privées de la capitale.  

Dans la commune de Delmas, les élèves des lycées Horatius Laventure, Jean-Marie Vincent, Georges et Antoine Izméry ont longé la route de Delmas pour se rendre à Pétion-Ville. Ils ont rallié à leur cause les élèves du lycée national de Pétion-Ville. Ces lycéens, très en colère, avaient les mêmes revendications. Après avoir sillonné diverses rues dans la commune, ils se sont rendus devant la résidence du Premier ministre, à Musseau, pour faire entendre leurs voix en demandant au gouvernement, par le biais du ministère de l'Éducation nationale, de payer les enseignants qui sont absents des salles de classe. Ils ont menacé de continuer à se mobiliser et à occuper les rues si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

En fin de journée de manifestation, une élève issue d'un lycée de la capitale a eu une altercation avec les élèves du Collège Blaise Pascal, à Lalue, alors qu’ils tentaient de forcer le renvoi de l’école.  Des pierres et des tessons de bouteille ont été tirés dans toutes les directions par les protagonistes. Des agents de l’UDMO sont intervenus pour rétablir l’ordre. En lieu et place du gaz lacrymogène, ils ont fait des tirs de sommation pour les dissuader et mettre fin à la bagarre. Au moins deux élèves en sont sortis blessés légèrement à la tête et au visage.



Réagir à cet article