Dans l’antichambre du paradis de Kettly Mars

Publié le 2021-04-05 | Le Nouvelliste

Kettly Mars est parmi ces auteurs haïtiens contemporains, passionnés de culture du terroir, qui font briller la flamme de notre littérature aux yeux du monde. De sa belle plume est sorti un recueil de nouvelles « Et tant pis pour la mort » publié dans la collection Zuit de C3 Éditions en 2014.

Quatre nouvelles composent cet ouvrage : Et tant pis pour la mort, la nouvelle éponyme ; Damballah aux reins ; Dans l’antichambre du paradis et Barbies Blues. Elles se lisent avec délectation.

En tant que lectrice de Kettly Mars, c’est la troisième nouvelle qui a retenu mon attention.

Dans l’antichambre du paradis

Dès les premières phrases, Kettly Mars prend le lecteur par la main et le conduit au seuil de la porte du Paradis : « Sur l’avenue Maximus, au fond d’une impasse qui ne paie pas de mine, se trouve la porte du Paradis. Ou de l’Enfer. Une impasse comme il y a une centaine dans Port-au-Prince, dans ces quartiers désertés par une certaine bourgeoisie depuis près d’un demi-siècle. » (page 45)

La porte du Paradis dans la capitale haïtienne ? Elle existe bel et bien sous nos yeux « dans l’un de ces vieux quartiers de Port-au-Prince transformés en un mélange de maisons d’habitation, de bureaux, d’écoles, de cliniques médicales, de moyens et petits commerces. Et d’impasses. Quartiers hybrides, à la circulation piétonne et automobile dense » (page 45)

La porte du Paradis est si près de nous, cependant elle semble ne pas être accessible à tous. « Pour franchir la petite porte dans le mur, il faut d’abord montrer patte blanche à l’agent de sécurité. Feuillet de rendez-vous confirmé, dossier complété avec pièces justificatives » (page 46-47), et en plus une lettre d’invitation notariée.

Une fois la porte traversée, nous voilà dans l’antichambre du paradis à attendre, à rêver, à supplier... Le paradis semble ne pas être facilement accessible à tous. On peut traverser la porte, accéder à l’antichambre, mais ne jamais aller au paradis pour rencontrer le Bon Dieu. Il y a des gens auxquels l’accès y est refusé catégoriquement, mais qui persistent encore et encore avec, au fond d’eux, la ferme conviction : « Je finirai bien par tomber sur la préposée qui me dira oui. Car c’est une question d’alchimie. Si le courant passe, le fluide agit, ce jour-là c’est ton jour...j’en suis persuadé. » (page 48)

C’est au tour du fils de Paula. Il vient tenter sa chance. Son frère aîné vient de lui envoyer une invitation depuis le Paradis. C’est la première fois qu’il se trouve dans l’antichambre du paradis. Sa mère lui tient compagnie.

Quel suspense dans l’antichambre du Paradis ? 

Le fils de Paula finira-t-il par obtenir le visa pour le Paradis ?

La chute est imprévue. On est à bout de souffle après un fort suspense. Venez découvrir par vous-même « Et tant pis pour la mort » de Kettly Mars. Je suis sûre et certaine que vous ne regretterez pas de l’avoir lu.

Marie Juliane DAVID julianedave@icloud.com Auteur

Réagir à cet article