Pari gagné pour le premier Salon du livre de Mirebalais

Publié le 2021-03-30 | lenouvelliste.com

Témoignages, poèmes dits à haute voix,  rencontres, vente-signature et expositions ont ponctué, le dimanche 28 mars 2021, la clôture de la première édition du « Salon du livre de Mirebalais ». Cet évènement, qui s'est tenu sur la place d'armes de Mirebalais a été une réussite tant pour les auteurs que pour les éditeurs. Les organisateurs entendent déjà renouveler l'expérience.

À l’initiative de la Fondation Anderson Dovilas, le premier Salon du livre de Mirebalais a gagné le pari. C’est à la place d’armes de Mirebalais que la clôture de cette manifestation a eu lieu. Sous un soleil impitoyable, dans un environnement vert, s'est tenu un ensemble d’activités : expositions, déclamations, vente-signature, échanges et témoignages. 

L’ambiance était euphorique et le public s'est déplacé en grand nombre. Dès 10 heures a.m., une armée de jeunes passionnés de la lecture se presse autour des tables des écrivains. Sur les tables, des recueils de poèmes, des romans, des ouvrages pour enfants, des recueils de nouvelles, des essais, etc. 

Les maisons d'édition ont aussi monté la garde. Les stands de livres des éditions CorrectPro, Gouttes Lettres, Les éditions Lorquet, Couleur d’encre, Freda et Kri Ekri avaient fière allure sur la place. Leur stock coulait à flots.

La musique était aussi de la partie. De gros haut-parleurs diffusaient des morceaux de Slam Assad, Chango Bastia, D-fi et plusieurs autres musiciens haïtiens. 

« Ce salon du livre est une occasion de rencontrer les auteurs et les lecteurs. Je signe beaucoup de livres. Je suis heureuse de partager ce moment de lumière avec les jeunes. Cette manifestation pourrait inciter beaucoup de jeunes à s'intéresser aux choses de l’esprit. Je dis merci à la ville de Mirebalais pour l’accueil », a déclaré Milady Auguste, auteure de « En attendant de le bout de la caverne » (Port-au-Prince: Legs Édition, 2018) 

Un ensemble d'artistes ont aussi fait leur show. Avec maestria, ils ont présenté des performances de belle facture. Les stars de la soirée, dont An-Mec-Dent, Jorge Alexandra, Carmelle Janvier, ont ravi le cœur des spectateurs. 

Dans son allocution, Joslin Jean, directeur du salon, s'est dit très heureux de cette édition. « Je suis ému. Malgré la crise et le manque de moyens financiers, nous avons franchi une étape. Après seulement une semaine d’activités, le festival est désormais incontournable pour la jeunesse de Mirebalais. J'ai beaucoup discuté avec les artistes présents;  ils étaient tous très enthousiastes de rencontrer les écoliers durant toute la semaine», a déclaré M. Joslin Jean.

Jeff Profil, PDG de la maison d’édition CorrectPro, s'est dit heureux d'y participer. Le jeune éditeur a exposé une quinzaine de titres. « La lecture est un éveil de l’âme et du cœur. Une jouissance de la pensée et des sentiments. C’est une ouverture sur un monde enchanté. Elle nous ouvre toutes les portes de la création et nous invite à mieux comprendre et maîtriser le monde au lieu de le fuir », a lâché M. Profil, qui a souligné que sa maison d’édition, depuis sa création en 2020, dispose de plus de vingt titres dans son catalogue.

Durant toute la journée, quelques lecteurs ont fait le tour des tables des auteurs et ont engagé même de vives conversations avec eux. Les discours terminés, les lignes se sont formées. Devant chaque table, un groupuscule en attente ; chacun a attendu patiemment son tour pour obtenir de l'auteur sa signature sur le titre choisi.  Assis derrière une table, les écrivains Darly Renois, Hansky Hilaire, Milady Auguste et Joslin Jean ont signé leurs livres. Ils se sont dit satisfaits de la vente.

Le premier Salon du livre de Mirebalais a fait la part belle à l’imaginaire. Comme l’affirmait Kafka, il s’agit de « seconder le monde » plutôt de le quitter. Non pas disparaitre entièrement, mais retrouver l’« âme discrète » du flâneur baudelairien au cœur de la foule. 

Marc Sony Ricot 
Auteur


Réagir à cet article