Les ambitions du plan de réponse humanitaire de 235,6 millions de dollars pour Haïti en 2021

Un appel pour la mobilisation de 235,6 millions de dollars américains au cours de l’année 2021 est lancé, le lundi 16 mars 2020, par le gouvernement haïtien et la communauté humanitaire en vue de répondre aux besoins humanitaires de 1,5 million de personnes à travers le Plan de réponse humanitaire 2021-2022, annonce un communiqué de presse conjoint du ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) et du Bureau du coordonnateur humanitaire.

Publié le 2021-03-17 | lenouvelliste.com

L’élaboration de ce plan, visant à apporter une réponse d’urgence à 1,5 millions de personnes sur les 4,4 million en besoin d’assistance humanitaire, poursuit le communiqué, est le fruit d’une collaboration étroite entre les partenaires humanitaires – au nombre de 74 – et leurs homologues gouvernementaux et couvre les principaux secteurs humanitaires en Haïti.

« Il [ce plan] représente l’outil d’orientation de l’action humanitaire en Haïti pour les deux prochaines années et sert de référence pour les bailleurs de fonds souhaitant soutenir sa mise en œuvre », précise le communiqué, prêtant au ledit plan l’ambition de faciliter la collaboration entre acteurs de développement, humanitaires, de consolidation de la paix et la résilience des communautés et des institutions nationales face aux chocs récurrents ainsi qu'aux menaces naturelles.

 « Nous sommes soumis à une obligation de résultats. Nous y parviendrons si nous consentons de poursuivre nos travaux en équipe et de nous attaquer à la cause profonde de la crise », a déclaré Joseph Jouthe, ministre de la Planification et de la Coopération externe, réitérant la nécessité d’adapter les projets aux besoins du pays afin que les réponses apportées répondent au mieux aux priorités du gouvernement.

Environ 4,4 millions d'Haïtiens, soit plus de 40% de la population, auront besoin d’une aide humanitaire d'urgence en 2021. Pour subvenir aux besoins de 1,5 million de personnes les plus vulnérables, le Plan de réponse humanitaire (HRP) pluriannuel pour Haïti (2021-2022) nécessite 235,6 millions de dollars américains en 2021.

« Aujourd'hui, à travers ce Plan, les acteurs humanitaires renouvellent leur engagement à œuvrer pour sauver des vies, alléger les souffrances et préserver la dignité des ménages les plus vulnérables et à renforcer leur résilience. En parallèle, et en toute cohérence, il est essentiel de renouveler également notre engagement en faveur d’actions structurantes de développement pour réduire les vulnérabilités et risques auxquels les populations font face », a souligné Bruno Lemarquis, coordonnateur humanitaire, coordonnateur résident et représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en Haïti.

Les axes stratégiques de la réponse consistent à soutenir les populations les plus vulnérables dans les domaines de l'insécurité alimentaire, à consolider la résilience des ménages et des communautés face aux chocs et à restaurer les actifs productifs. De même, le plan vise à garantir un accès d'urgence à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène ainsi qu'aux services de santé d’urgence ; à supporter l'accès à l'éducation des enfants les plus défavorisés ; à prévenir les risques liés aux différents types de violence et d’abus ; à renforcer la redevabilité envers les populations affectées et, enfin, à mieux se préparer aux chocs.

Décliné sous forme d'objectifs stratégiques, le plan est structuré de manière à réduire d'au moins 20% le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire en renforçant le Nexus Humanitaire-Développement-Paix ; s’assurer qu'au moins 60% de la population cible ait la capacité de subvenir à ses besoins de base ; et à protéger 1,5 million de personnes, particulièrement les groupes les plus vulnérables.

Les interventions prioriseront 65 des 146 communes les plus vulnérables d'Haïti afin de centraliser les efforts pour garantir un impact maximum.

Le budget ventilé par secteurs du cycle de programme humanitaire (HRP) 2021-2022 prévoit une enveloppe de 156 millions de dollars – la part du lion – pour la sécurité alimentaire ; 15 millions pour la santé et l’éducation respectivement ; 12 millions pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement...

« La plupart des besoins humanitaires sont chroniques », a rappelé Bruno Lemarquis, appelant les acteurs humanitaires à collaborer ainsi que leurs homologues du développement à s'attaquer aux déficits de développement par des réformes, des investissements et un engagement soutenu sur le long terme.

Par ailleurs, les plans humanitaires des cinq dernières années ont été financés en moyenne à hauteur de 30 %, les plus gros bailleurs de fond étant les États-Unis, l’Union européenne, le Canada et le Fonds d’urgence des Nations unies (CERF), avait précédemment confié à Le Nouvelliste Bruno Lemarquis avant d’annoncer une contribution de 17 millions dollars de l’Union européenne (ECHO).



Réagir à cet article