« Au-delà des mensonges légendaires et des justifications grossières, votre responsabilité dans cette descente aux enfers est entière… », écrit la CHR à « M. Jovenel Moïse »

Comme un pavé dans la mare, la Conférence haïtienne des religieux et religieuses (CHR) somme le président Jovenel Moïse de respecter la  Constitution. « Au-delà des mensonges légendaires et des justifications grossières, votre responsabilité dans cette descente aux enfers est entière et vous avez le devoir de donner des réponses célères et concrètes aux demandes du peuple, dont la première consiste à respecter les lois de ce beau pays », a écrit la CHR dans une lettre ouverte envoyée à « M. Jovenel Moïse ».

Robenson Geffrard
Par Robenson Geffrard
08 mars 2021 | Lecture : 3 min.

Pas une fois, dans cette lettre ouverte, la Conférence haïtienne des religieux et religieuses (CHR) n'a désigné Jovenel Moïse  président de la République ni chef de l’État. Comme pour dire à Jovenel Moïse que son mandat a pris fin le 7 février 2021, la CHR a adressé cette lettre ouverte à « M. Jovenel Moïse » à l’occasion des 38 ans de la visite du pape Jean Paul II en Haïti.  

« Cher compatriote,

Dans la dernière note, en date du 2 février 2021, émanant de la Conférence des évêques d

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.