Watson Charles : écrire la souffrance humaine

Publié le 2021-03-10 | Le Nouvelliste

Connu comme poète, Watson Charles revient avec son premier roman, « Le ciel sans boussole », dans lequel l’écrivain nous raconte l’histoire tragique du narrateur, Jackson, traversant les villes d’Haïti avant de s’installer à Port-au-Prince, où il mène clandestinement la rébellion contre la fermeture des usines. Ce roman nous éblouit par sa force de description entraînante, son réalisme, où chaque lieu est décrit d’une manière chirurgicale, exposant les conditions de vies des Haïtiens, dénonçant la criminalité et l’exploitation des plus pauvres. L’écrivain nous entraîne dans les villes, avec ses charmes, son odeur et ses mœurs, où chaque ville est bien décrite au point de nous plonger dans un réalisme fracassant et cru.

« Le jour commence à poindre quand Jackson rentre à Port-au-Prince. Au-dessus des montagnes les nuages parcourent le ciel comme des oiseaux migrateurs. Jackson met sa main en auvent sur son front, regarde les maisons entassées ; plus loin, la mer : cette mer infinie, lisse et bleue où les bateaux se laissent bercer par les vagues et le vieux vent des Caraïbes. »

« Le ciel sans boussole »  est un roman de voyage et de découverte, une fable teintée d’exotisme et d’amour. Une écriture à la fois poétique et sensible, par moments.  Watson Charles  déroule son récit à travers la vie de Jackson, partageant sa vie avec son ami Rodrigue, mort du cancer ; mais aussi celle de Rosemène avec qui il noue un amour sans faille. L’écrivain partage sa vision  sans filtre de son pays,  ses angoisses, ses joies et ses chagrins. Il décrit avec une justesse déchirante les épreuves du narrateur, la dureté de la vie, la violence et la pauvreté.

« Dans l’entrepôt – un trou empestant la sueur des hommes – le cuir inhalé ronge les organes comme des vers remuant dans une chair pourrissante. Cela ne semble pas effrayer les hommes qui y travaillent, pourtant eux aussi mourront comme leurs camarades, dans la crasse et dans cette misère qui les forcent à courber l’échine. »

Dans ce récit, Watson Charles nous entraîne dans cette langue unique et poétique, truffée de mots et de cultures créoles, d'images fortes, taillées d’élégance.

(Le ciel sans boussole, les éditions Moires 2021, France.)

Webert Charles Auteur

Réagir à cet article