Le Feu Vert Night-Club : l’antre de l’Orchestre Septentrional (1 de 2).

Publié le 2021-03-02 | Le Nouvelliste

Islam Louis Étienne  

Cap-Haïtien est une cité qui   valorise notre histoire et  qui attire les regards des autres peuples vers cette ancienne colonie devenue indépendante. Cité du Cap-Haïtien, par ses images frappantes et révélatrices, par son histoire héroïque et vivifiante, par sa musique captivante et entraînante, par sa cuisine créole et savourante,  représente un acier trempé, symbole de résistance, d’orgueil et de fierté, qui fait naître l’espoir et réunit dans un même élan l’esprit et le cœur pour faire surgir et se développer une prise de conscience sur les aberrations et les inepties de notre société.  

Cité du Cap-Haïtien traduit un état d’âme qui se veut encore l’écho de tous les sentiments humains, rempli de sensibilité par son caractère nationaliste et régionaliste.  Elle  démontre du même coup une attitude poétique englobant  toute  une  pensée , toute une tradition, toute  une philosophie  , toute  une  science pour montrer toute sa beauté  et afficher son histoire pathétique  à la face du monde  et pour atteindre ce tournant décisif jamais espéré.  

  Elle  a extrait la beauté du mal .  On lui a donné de la boue,  elle  en a fait de l’or comme un défi. Elle a apporté sa part de reconnaissance  et de gratitude  envers la liberté  reçue comme une offrande dans un berceau. L’égalité chevillée dans l’âme comme une armure et la fraternité inscrite au cœur comme un blason.  

 La défaite de la grande armée de Napoléon à Vertières situé à quelques kilomètres de la ville   reste et demeure  l’un des faits les plus saillants et les plus déterminants non seulement  de notre histoire, mais encore  de l’histoire de tous les pays  qui ont bénéficié de notre exemple pour devenir indépendants.  

Après l’emploi, la croissance et le développement durable, la musique et les boîtes de nuits sont   devenues les thèmes majeurs de la pensée économique et un carrefour incontournable de  l’équilibre  social. Dans un monde en accélération  où le savoir se développe  et change à une vitesse  inconnue  des siècles précédents ,ou l’énergie nucléaire, l’automation et la conquête de l’espace  ont transformé radicalement  les conditions de l’industrie humaine,  une  santé robuste   passe nécessairement par  une bonne détente dans un cadre attrayant comme facteur primordial de l’évolution économique et sociale .  

Le Feu Vert Night-Club se présente comme une collection exposant autant d’identités, d’histoires particulières qui se sont imbriquées  pour former une vaste mosaïque  socioculturelle qui  embellit la ville. Des repères vivants ont permis  de retracer sa genèse, son parcours  et sa réalisation pour en faire un patrimoine dans la modernité.  

Cette œuvre colossale de l’Orchestre septentrional dépasse aujourd’hui ses créateurs. Elle est à ce point important et considérable qu’elle pourrait même devenir, au rythme où vont les choses, le principal legs de la cité, le temple de référence de la culture  dans le Nord, le principal espace de création,  de  sauvegarde et  de  diffusion de la culture  à l’échelle nationale.  

La société capoise, les mélomanes du monde entier, le secteur culturel et les fans de Septent en particulier  se comportent comme  le boulanger qui fait du pain ; la tête dans le four et les deux mains dans la farine. Pour le reste, la livraison, la mise en marche, l’entretien ou l’administration, ils s’en fouttent, moyennant que l’institution demeure.  

L’ambition affichée est de guider les chercheurs  dans leur recherche de vérité et d’établir un fond de plan utile pour la sauvegarde et la pérennité de l’œuvre. Septent a commencé avec neuf (9) membres fondateurs : deux musiciens indépendants (Jacques Volonté Pierre et Émile Obas). Les membres du trio Astoria (Ulrick Pierre- Louis, Jacob Germain et Jacques Mompremier). Les membres du quatuor septentrional (Jean-Menuau, Rigaud Fidèle, Raymond Jean-Louis et Léandre Fidèle).  

Au moment de concevoir le projet  du Feu Vert Night-Club en 1964, seulement quatre  (4) de ces membres fondateurs ont investi. Pour avoir une plus grande marge de manœuvre, ils se sont associés à neuf (9) nouveaux musiciens  pour devenir treize (13) partenaires et  une entité organisée  (l’orchestre septentrional) comme  associés et  copropriétaires à part égale de l’institution.  

 Pour l’histoire et pour la vérité, nous publions  les noms des quatorze (14)  copropriétaires qui ont commencé  la construction du  Feu Vert Night-Club. Chemin faisant, devant les difficultés  grandissantes rencontrées, certains copropriétaires impatients  se sont fait dédommager et ont abandonné le  projet. Ils sont très peu nombreux ceux qui ont parcouru le trajet jusqu'à la fin. L’équipe de départ était la suivante  :  

Quatre  (4) saxophonistes : Ulrick Pierre –Louis ; Jacques Jean ; Roger Jean François  et Jacques Volonté Pierre ;  

Trois (3) trompettistes : Jacques François ; Alfred Moise  et Lucien Pierre-Louis.  

un (1) guitariste : Jean-Menuau ;  

un (1) bassiste : Raymond Jean –Louis ;  

un (1) pianiste : Louis Etienne (Loulou)  ;

un (1)  percussionniste : Athémis Dolcé ;  

un (1) tambourineur : Arthur François ;  

un (1)  chanteur : Roger Colas .  

L’orchestre Septentrional   

Les fondateurs de ce temple qui vivent encore se font maintenant vieillissants, et il nous faut déjà penser à une pérennisation de cette institution à court et à moyen terme. On doit travailler   sur une planification stratégique visant à transformer notre Feu Vert Night-Club,  en collaboration avec les  différents partenaires qui gèrent cet héritage sacré, soit comme héritiers directs soit comme gérants responsables, en une boule de cristal très convoitée et très sollicitée  dans le secteur  et un porte –étendard  dans la cité.  

(A suivre)  

Islam Louis Étienne  

Nov. 2010  

Auteur

Réagir à cet article