La communauté protestante marchera dimanche contre la dictature en Haïti

La Commission protestante contre la dictature en Haïti a, lors d’une conférence de presse, mardi, invité la population haïtienne à marcher dans les rues de la capitale, dimanche prochain, pour dénoncer la dictature et l’insécurité dans le pays.

Publié le 2021-02-23 | lenouvelliste.com

C’est le pasteur Gérard Forges qui a ouvert cette conférence, pour inviter tous les secteurs de la vie nationale à participer à cette grande marche contre la dictature et l’insécurité. Selon l’homme de Dieu, la situation difficile que connait le pays concerne tout le monde. Et le pasteur Gérald Bataille de renchérir que toutes les couches de la société doivent s’impliquer pour éviter qu’Haïti sombre, à nouveau, dans la période des Duvalier. Rappelant les mauvais souvenirs de la dictature des Duvalier, le responsable d’Église a juré que la population ne vivrait plus jamais de tels moments, tout en mettant l’accent sur les conséquences de l’insécurité, notamment du kidnapping sur la société haïtienne, impuissante devant le silence des autorités.

Une marche totalement pacifique, a promis le pasteur Gérald Bataille, qui a invité les agents de la police nationale, ou tout autre citoyen, à procéder à l’arrestation de n’importe quel fauteur de troubles.

La marche pour la vie aura deux points de rassemblement, la place de la Constitution au Champ de Mars et le carrefour de l’Aéroport, communément appelé Carrefour résistance, et prendra fin sur la place de Canapé-Vert, en passant par Delmas, Pétion-Ville, Juvénat- où les organisateurs délivreront un message au Bureau intégré des Nations unies en Haïti, a précisé Me Gédéon Jean, présent à cette conférence.

Les organisateurs en ont profité pour rappeler à la communauté internationale leur foi en la démocratie, leur désir de participer aux élections, toutefois, la conjoncture actuelle, la situation sécuritaire du pays n’est pas propice à la tenue de ces joutes. Pour les pasteurs Gérard Forges et Gérald Bataille, toute élection réalisée dans de telles conditions ne fera qu’empirer la crise en Haïti.

Si la réussite de cette journée de mobilisation, le syndicaliste Duclos Bénissoit, quant à lui, a attiré l’attention des travailleurs de la presse sur les dangers qu’ils courent après les dernières déclarations de Jovenel Moïse, à l'attention du Conseil de sécurité des Nations unies. Aussi a-t-il invité les journalistes à la prudence.

Le secteur protestant s’allie avec plusieurs autres secteurs de la société civile pour marcher à Port-au-Prince, dimanche prochain, dès 10 heures du matin, en vue de dénoncer l’insécurité et dire non à la dictature. Toute la population est invitée, car les organisateurs entendent envoyer une réponse à la représentante du BINUH, Helen La Lime, sur ses récentes déclarations en rapport à la manifestation du 14 février dernier.

Florence Lisené
Auteur


Réagir à cet article