4 millions d’Haïtiens en situation d’insécurité alimentaire aiguë entre août 2020 et février 2021

Publié le 2021-02-22 | lenouvelliste.com

Dans son dernier rapport adressé au Conseil de sécurité le 11 février dernier, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné l’impérieuse nécessité de concrétiser les liens entre action humanitaire, développement et paix en Haïti pour réduire les facteurs de risque et de vulnérabilité qui sont à l’origine des besoins humanitaires.

« Selon l’aperçu des besoins humanitaires en Haïti pour 2021 qui doit paraître en mars 2021, 4,4 millions de personnes nécessiteront une aide humanitaire au cours de l’année. Pour répondre à ces besoins, le plan de réponse humanitaire 2021-2022, qui doit être lancé début mars, ciblera 1,5 million de personnes parmi les plus vulnérables dans 65 des 146 communes », lit-on dans ce rapport adressé au Conseil de sécurité de l’ONU, ajoutant qu’un montant de 235,6 millions de dollars sera nécessaire pour financer ce plan de réponse humanitaire.

Pour Antonio Guterres, la plupart des besoins humanitaires en Haïti sont chroniques et dus à des déficits de développement. Dégradation de la situation économique, fluctuations de la gourde haïtienne, production agricole inférieure à la moyenne et insécurité persistante, tels sont les facteurs qui ont sapé les progrès en matière de développement et aggravé la situation humanitaire déjà préoccupante en Haïti.

« Dans cette situation humanitaire difficile, les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition ont augmenté au cours de l’année écoulée. L’inflation, le faible rendement des cultures dû aux précipitations inférieures à la normale et les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont réduit le pouvoir d’achat des ménages les plus pauvres et leur capacité d’accéder à l’alimentation, bien que les prix des produits alimentaires aient quelque peu baissé pendant les derniers mois de la période considérée du fait de la dépréciation du dollar par rapport à la gourde haïtienne », a constaté Antonio Guterres devant le Conseil de sécurité.

Malgré cette baisse des prix, a-t-il poursuivi, la dernière analyse fondée sur le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire montre qu’environ 4 millions de personnes se sont trouvées dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë entre août 2020 et février 2021. La nutrition des enfants reste également un grand sujet d’inquiétude, 2,1 % des garçons et des filles du pays souffrant de malnutrition aiguë sévère.

Face à ces tendances préoccupantes, a annoncé le numéro un de l’ONU, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé deux grands  projets d’aide d’urgence financés par le gouvernement haïtien, avec le soutien de la Banque interaméricaine de développement et de la Banque mondiale, pour aider quelque 750 000 personnes vulnérables touchées par la crise de la Covid-19 au moyen de transferts en espèces et de rations alimentaires.



Réagir à cet article