Tamara Sufren comme un coeur pour chanter l’amour

Publié le 2021-02-18 | Le Nouvelliste

« Banm lanmou », de Tamara Sufren, aligne toute une équipe: Azgad Massena, producteur, Ferdinand Jn-Baptiste (guitariste), les choristes, Vanessa Suffren, Cinthia Michel et le compostieur, Kenny Desmangles (texte et mélodie). 

Rude Design entertainment a présenté « Banm lanmou », un clip paru en octobre 2020. C’est une Tamara bien en chair qui chante l’amour. Le sentiment qui l’anime ne repose pas sur les biens matériels. Elle exprime ce cri du coeur à l’être aimé. Naturel, l’amour qui coule comme l’eau de source dans un coeur que la ville n’a pas perverti. 

Dans cette vidéo, elle chante, danse et s’offre comme un coeur.

« Renmen m renmen w la

se pa paske w se yon bèl gason

ou posede de twa mezon

flannen nan avyon

Renmen m renmen w

Mwen pa gade sa ou genyen. »

Les paroles de la chanson font de l’effet. Elles glissent tendrement sur un compas love. Les yeux rivés sur l’écran embrassent un cadre de vie, un homme et une femme qui éprouvent le bonheur dans la vie à deux. Ce cri du coeur est prémonitoire, il annonce aux fans de l’artiste, un grand bonheur : l’union de deux coeurs dans les liens du mariage. En effet, le dimanche 13 janvier 2021, à l’hôtel Oasis, Pétion-Ville, l’animateur de compas, Peterson Gilles et Tamara Suffren se sont dit oui pour le meilleur et pour la vie. 

Dans la vidéo, l’histoire s’accorde dans la mélodie à raconter que tout n’est pas donné, tout se construit petit à petit dans le feu de l’expérience. L’amour est fragile, il pousse, il grandit, il a besoin de deux êtres sensibles et intelligents qui savent exprimer leurs sentiments. Les oreilles s’ouvrent pour écouter ces paroles nourries de tendresse. 

« Ou te ka ofri m lemond antye

Men sa pa fè m mache.

Men se fason ou fè m santi m

Enpòtans ou ban m nan lavi m.

Se efè ou fè sou mwen lè m bò kote w. »

L’amour est roi dans la forteresse du coeur. Tamara Suffren chante l’amour pour avoir envie d’aimer.

M renmen, m renmen, m renmen w.

Se kè m ki deside. »

Le feu de la passion est là. Elle dit tout haut ce que son coeur lui dicte:

« Gen lanmou ou pa ka kontwole.

Lajan pa fè m ebranle. »

C’est un éternel besoin d’amour dans ce compas love. Elle se met à rappeler à tous ceux qui s’aiment que l’amour n’est pas un sentiment inébranlable. Tout peut vaciller, tout peu recommencer et tout peut s’éteindre. L’amour c’est si vivant, si naturel, il n’a pas besoin d’ostentation pour s’exprimer. Tamara Suffren chante:

« M pa bezwen gwo bijou.

Men m bezwen lanmou toulèjou.

Si yon flè pa wouze

L ap seche jouktan l mouri.

Tankou yon ti bebe

K ap kriye l pa jwenn tete

M bezwen lanmou. »

Tamara danse. Elle est en fête dans cette vidéo. Son homme est en amour auprès d’elle.

Dans cette vidéo produite par Rude Design entertainment, le feu brûle, un feu de camp près d’une tente pour symboliser la passion. Il fait nuit, il fait bon, les amoureux conjuguent l’amour.

Tamara Suffren reste la même dans toutes ses prestations. Sur scène et dans une vidéo, la talentueuse chanteuse est d’un naturel constant. Elle ne force pas la voix, elle suit le mouvement du compas love et son timbre s’épanouit sur le rythme, une voix chaude, colorée et qui fait danser « Banm lanmou ».

Quand on écoute Tamara, cette chanteuse qui a suivi des cours de l'Académie internationale d'été de Wallonie en Belgique, on se dit, qu'elle peut faire ce qu’elle veut avec sa voix. Elle jazze, elle flirte avec la chansonnette, s'épanouit dans les chansons traditionnelles. Même amour avec Tamara Suffren quand elle investit son talent dans le compas.

Thatessiana Thomas  Thassy2010@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article